L’école de Cuba : l’heure du bilan

À Cuba, le manque de qualité éducative des écoles bute sur l’élévation de l’exigence lors des examens finaux pour accéder à l’enseignement supérieur. Le résultat : des écoles entières où à peine trois ou quatre étudiants s’en sortent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
restaurante

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’école de Cuba : l’heure du bilan

Publié le 2 juillet 2012
- A +

À Cuba, le manque de qualité éducative des écoles bute sur l’élévation de l’exigence lors des examens finaux pour accéder à l’enseignement supérieur. Le résultat : des écoles entières où à peine trois ou quatre étudiants s’en sortent.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

Nous rengorger des diplômes de nos enfants et pavaner en brandissant les bonnes notes obtenues à un examen, voici de ces plaisirs que nous ne laissons pas passer quand l’occasion se présente. Juin arrive et lorsqu’on tombe sur un voisin ou un ami, la question de rigueur est lancée : comment se passent les examens de ton enfant? La chaleur est reléguée au second plan et la torpeur de l’été gagne en mystère avec cette interrogation. Les aura-t-il ou pas? Passera-t-il au niveau supérieur? Les nuits s’allongent consacrées à la résolution d’exercices de mathématiques, face à tant d’élèves procrastinateurs il y a pénurie de soutien scolaire, et aux abords des écoles on affiche les listes comportant les notes. Le tourbillon de la fin de l’année nous emporte… mais cette année on observe plusieurs nouveautés.

Après l’application successive de diverses réformes de l’éducation, ce sont maintenant plusieurs fournées d’étudiants formés dans ces “laboratoires” de l’enseignement qui sont arrivés à l’université. Je fais allusion à ceux qui, depuis le premier jour de l’école primaire, ont connu devant le tableau ceux qu’on appelait “maîtres émergents”. Les mêmes adolescents qui ont reçu durant des années jusqu’à 60% de leurs cours à travers un écran de télévision. Mon fils est un bon exemple de tout cela. Il a bénéficié de la fin des lycées aux champs -bonne nouvelle- mais il a souffert de cette restructuration du programme scolaire, truffé d’inégalités, d’heures gâchées et entaché du bas niveau de formation académique chez les professeurs. Il a également été affecté par la forte désertion au sein du corps enseignant, dont les salaires continuent de relever du symbolique, voire du ridicule. Tout ceci s’ajoutant à une présence – excessive et ininterrompue – de l’idéologie, même dans les cours ou matières les plus éloignés du spectre politique.

Ces vents deviennent à présent de véritables tempêtes. Le manque de qualité éducative bute sur l’élévation de l’exigence lors des examens finaux pour accéder à l’enseignement supérieur. Le résultat : des écoles entières où à peine trois ou quatre étudiants s’en sortent ; des groupes complets qui doivent aller au rattrapage et à des sessions d’examen supplémentaires, des parents au bord de la crise de nerfs lorsqu’ils découvrent que leur enfant si “intelligent” ne connaissait même pas le théorème de Pythagore. Face à ce manque de contrôle, la reprise en main est aujourd’hui très ferme ; on retrouve la raison après cette phase délirante du monde éducatif. Le problème c’est que nous ne parlons pas là de numéros mais de jeunes dont le niveau d’enseignement a été bien plus bas que celui qu’on leur demande aujourd’hui lors de leurs examens. Des gens sur lesquels le volontarisme et les expériences scolaires démontrent à présent leur échec.

—-
Sur le web.
Traduction : M. Kabous.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

    Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le journal Le Soir a récemment publié une Carte blanche intitulée « Dans l’enseignement supérieur, ce sexisme toujours ordinaire… »

Les auteurs y indiquent qu'il serait grand temps de s'attaquer, sur les campus, au fondement des violences sexistes et sexuelles : le sexisme ordinaire. Il est question de compliments déplacés, de remarques en apparence anodines, qui seraient bel et bien du harcèlement sexiste et sexuel, et auraient un impact considérable sur la santé mentale des personnes concernées, en grande majorité des femmes. Le prob... Poursuivre la lecture

Klaus Kinzler est cet enseignant de civilisation allemande à Sciences Po Grenoble qui, rappelez-vous, a été victime il y a un peu plus d’un an d’un véritable déferlement de haine de la part d’une minorité d’extrémistes adeptes des thèses racialistes et de la cancel culture. Jusqu’à être mis à pied par la direction, étant accusé d’avoir tenu des « propos diffamatoires ». Et avoir subi des menaces de mort.

Loin de se laisser faire, ce professeur a choisi d’exprimer sa révolte et son indignation, à travers un livre dans lequel il livre sa... Poursuivre la lecture

En France, la séparation marquée entre les arts dit « libéraux » et « mécaniques » remonte à l’Antiquité. Elle est restée présente dans les esprits de nos « élites » qui vouent à la pensée un culte disproportionné aux dépens du simple bon sens. Ils perdent ainsi pied avec la réalité du monde physique pour le malheur des hommes en favorisant une idéologie déconnectée du terrain dont le fondement s’enracine dans l’Histoire.

Des origines antiques

Depuis l’Antiquité, les « arts » ont été classés selon une échelle de valeurs, mais les Grecs... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles