Christian Saint-Étienne : « L’alourdissement de la dette menace notre indépendance »

Dernier sommet européen, dérive de la dette française. Christian Saint-Étienne, économiste, juge sévèrement les premières décisions du gouvernement Ayrault et estime que les effets du « 1% » européen pour la croissance ne seront pas perceptibles avant 5 ans.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Christian Saint-Étienne : « L’alourdissement de la dette menace notre indépendance »

Publié le 1 juillet 2012
- A +

Dernier sommet européen, dérive de la dette française. Christian Saint-Étienne, économiste, juge sévèrement les premières décisions du gouvernement Ayrault et estime que les effets du « 1% » européen pour la croissance ne seront pas perceptibles avant 5 ans.

Une interview du Cri du Contribuable.

On apprend que la dette française vient d’atteindre 89,3% du PIB. Quel est votre commentaire ?

CSE : C’est une nouvelle étape – et sans doute pas la dernière – dans la dérive qui s’est amorcée il y a une trentaine d’années et qui ne cesse de s’accélérer : entre 2007 et 2012, la dette a progressé de plus d’un quart de PIB. À terme, son alourdissement pourrait menacer notre indépendance.

Que vous inspire la teneur du dernier rendez-vous européen ?

CSE : C’était un sommet d’urgence où les pays du Sud sont apparemment parvenus à imposer une partie de leurs points de vue à l’Allemagne. Apparemment, car il faut attendre le détail des contreparties qui seront demandés en échange des aides promises.

Concernant les banques, si ces contreparties sont assez sévères pour occasionner un coup d’accordéon sur le capital de certaines banques, l’effet obtenu ne sera pas celui escompté !

Consacrer 1% du budget européen à la relance sera-t-il efficace ?

CSE : J’observe d’abord que ces mesures étaient sur la table depuis 2011 et qu’elles avaient notamment été proposées par la Commission européenne. Madame Merkel est charitable quand elle laisse François Hollande s’approprier le mérite de cette initiative.

Techniquement, l’allocation du 1% à la relance passe par un renforcement du capital de la BEI. Celle-ci devra identifier les projets prioritaires et l’argent ne sera engagé que vers 2013-2015. Il faudra encore compter 1 à 2 ans supplémentaires pour que les sommes soient effectivement investies. Les premiers effets concrets ne seront donc perceptibles qu’à horizon 2016-2017, vers la fin du quinquennat actuel.

Quel premier bilan dressez-vous  des orientations économiques du gouvernement Ayrault.

CSE : Deux erreurs majeures ont été commises. La première, sur les retraites, dont la charge représente déjà 14 points de PIB. Revenir sur l’allongement de l’âge légal de la retraite coûtera environ 5 milliards €.

La seconde faute lourde est l’abandon de la TVA sociale car nos entreprises sont aux abois. Leur marge, tous secteurs confondus, est inférieure de 40% à celle de leurs homologues allemandes. Et les entreprises ont besoin de fortes marges pour se développer.

Avez-vous mesuré l’impact de l’annulation de la TVA sociale pour les entreprises ?

CSE : Oui, on peut l’estimer à 13 milliards €. Quand on y ajoute les 3 premiers milliards distribués dans le cadre de la réforme de la retraite on obtient 16 milliards € gaspillés en 2013.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

    Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

Le gouvernement doit chaque année résoudre un problème récurrent : le budget.

Il consiste à faire correspondre une liste de dépenses prévues, ordinairement classées dans l’ordre des ministères qui les présentent à l’approbation des parlementaires, avec une liste d’impôts et de taxes. Les gouvernements n’ont en effet aucun autre moyen que ces deux instruments pour se procurer de l’argent.

Depuis plus de 40 ans néanmoins, devant la difficulté d’équilibrer ses comptes, le gouvernement a fait appel au crédit. Comme chacun le sait, c... Poursuivre la lecture

Notre système économique basé sur l’impôt est appelé à s’améliorer, à s’améliorer toujours, et à s’effacer au niveau de l’impôt sur le revenu pour réaliser autrement sa mission de service public.

Supprimer un impôt n’est pas supprimer les autres impôts. Notre système économique est malade. La suppression de l’impôt sur le revenu signifie 20 % des recettes de l’État afin de relancer l’emploi par la consommation. Il serait alors judicieux de s’interroger pour savoir si les 80 milliards dédiés au plan de relance de l’industrie seront util... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles