Budget 2013 : hausse d’impôts et rigueur au menu

Outre le matraquage fiscal, le gouvernement Ayrault aurait prévu de stabiliser les dépenses de l’État durant 3 ans.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 323 austérité et rigueur

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Budget 2013 : hausse d’impôts et rigueur au menu

Publié le 28 juin 2012
- A +

Outre le matraquage fiscal, le gouvernement Ayrault aurait prévu de stabiliser les dépenses de l’État durant 3 ans.

Un article du Cri du contribuable.

Outre le matraquage fiscal, le gouvernement Ayrault aurait prévu de stabiliser les dépenses de l’État durant 3 ans. C’est un avis de tempête fiscale qui commence pour l’ensemble des ménages. On annonce la fin de la défiscalisation des heures supplémentaires, un tour de vis sur les niches fiscales, les donations, l’abaissement du seuil à partir duquel les successions sont taxables sans oublier la création d’une tranche super confiscatoire à 75% et le durcissement de l’ISF.

Ce ne sera pas tout : ces mesures seront suivies par d’autres en 2013, millésime durant lequel l’État devra trouver une trentaine de milliards € supplémentaires pour boucler un budget dont chaque ligne sera scrutée par Bruxelles. Hausse de la CSG et alignement de la fiscalité du patrimoine sur celle du travail sont au programme. L’effort demandé aux Français à compter du 1er janvier prochain sera encore plus important que celui exigé par le gouvernement Ayrault durant ses 6 premiers mois de règne.

Le millésime 2013 ne sera pas uniquement placé sous le régime de la purge fiscale mais aussi sous celui de la diète budgétaire. Si le détail des mesures en attente est resté sous le boisseau, le gouvernement a laissé filtrer le mot d’ordre adressé à l’ensemble des ministres afin d’en tester l’accueil auprès des syndicats et du grand public. Jean-Marc Ayrault a informé ses ministres d’une stabilisation des dépenses de l’État jusqu’en 2015 hors charge de la dette et pensions.

Les collectivités locales devront se serrer la ceinture

Parmi les conséquences prévisibles, les hausses de salaire généralisées des fonctionnaires devraient décroître et les effectifs de la fonction publique se stabiliser, des délestages intervenant dans certains ministères en compensation des recrutements massifs annoncés, par exemple, dans l’Éducation nationale.

De même, les dépenses de fonctionnement – que la précédente majorité avait prévu de réduire de 10% entre 2011 et 2013 – diminueront sans que l’on sache encore exactement où. Enfin, les dotations aux collectivités locales seront rationnées.

Pour détourner l’opinion de l’imminence de cette rigueur, rien de tel qu’un bon rideau de fumée : un quotidien a révélé, mardi matin, le coût du bouclier fiscal en 2011 (735 millions d’euros) et l’information a été reprise en cœur par l’ensemble des médias, audiovisuel public en tête. Cette coïncidence est sûrement fortuite !

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Saletés d’imbéciles de socialistes !
    Ils préfèrent s’attaquer au peuple plutôt qu’à la finance, responsable de la crise !

    Hollande ne vaut pas mieux que Sarkozy !

    • « la finance, responsable de la crise »

      Ou pas… Enfin si on cherche à trouver qui a fournit l’essence et qui a ordonné de lancer l’allumette (pour la crise des subprimes)… Et si on parle de la crise de surendettement des États, les responsables sont clairement… les États.

      Mais bon c’est sûr que si on lit la presse française, on risque pas d’être au courant des vraies causes de la crise.

    • Saletés d’imbéciles de socialistes !
      Ils préfèrent s’attaquer au peuple..

      Bah oui, puisque c’est des socialistes..

  • C’est pour quand la FIN DES GAUCHOS ????

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par François Facchini. Un article de l'Institut économique Molinari

La dépense publique en France est un thème récurrent des campagnes électorales depuis la prise de position de Valéry Giscard d’Estaing, alors troisième président de la Cinquième République, qui affirmait qu’au-delà d’un ratio de 40 % de prélèvements publics obligatoires sur la production (produit intérieur brut), le régime économique pouvait être qualifié de socialiste.

Elle a aussi été au cœur des débats de l’élection présidentielle de 2017 et indirectement au ... Poursuivre la lecture

Surprise, surprise ! L’inflation - auparavant cantonnée aux produits financiers et à l’immobilier - leste maintenant le panier de la ménagère :

« On va vers des hausses qu'on n'a pas connu depuis près de 40 ans", a prévenu […] Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) […]. Notre prévision actuelle, c'est entre 7 et 10 %, de manière assez rapide", a assuré le dirigeant de la FCD, organisation professionnelle qui regroupe la plupart des enseignes de la grande distribution ».

L’origi... Poursuivre la lecture

socialisme
3
Sauvegarder cet article

Le doute n’est plus permis, nous vivons dans une ambiance socialiste assumée.

Que droite ou gauche gouverne importe peu. D’ailleurs, ce clivage politique a perdu de sa puissance fédératrice. Voter à gauche puis ensuite à droite n’était même pas envisageable il y a cinquante ans. Cela n’effraie plus personne aujourd’hui. L’explication fondamentale de ce phénomène apparaît à tout observateur de la vie politique : le socialisme a gagné. L’opposition libéralisme-socialisme n’existe plus dans la réalité économique et sociale française.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles