Forbidden Voices

Dans son film « forbidden Voices », la réalisatrice suisse Barbara Miller a réuni des images et des interviews de Farnaz Seifi, Zeng Jinyan et Yoani Sanchez, trois blogueuses admirables qui utilisent le clavier et les réseaux sociaux comme moyen de dénonciation

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 294 forbidden voices

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Forbidden Voices

Publié le 22 juin 2012
- A +

Dans son film « Forbidden Voices », la réalisatrice suisse Barbara Miller a réuni des images et des interviews de Farnaz Seifi, Zeng Jinyan et Yoani Sanchez, trois blogueuses admirables qui utilisent le clavier et les réseaux sociaux comme moyen de dénonciation.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

Elle demandait seulement d’avoir les mêmes droits qu’un homme dans son pays. Elle a fait de la technologie un porte-voix pour dénoncer ces lois qui en Iran la laissent sans défense et désavantagée par rapport aux hommes. Blogueuse et féministe, Farnaz Seifi s’est exilée en Argentine après avoir été arrêtée et menacée plusieurs fois sur la terre qui la vit naître. Elle a dû se mettre à écrire sous un pseudonyme face aux pressions croissantes dont sa famille a été victime. Le drame qu’elle vit est millénaire, mais elle sait que l’absurde peut se terminer un jour et cesser subitement. Ce petit espoir l’a conduite à ne pas se résigner et à intégrer le mouvement « Changement pour l’égalité », créé par une vingtaine d’activistes. Elle utilise le clavier pour arrêter les coups, les réseaux sociaux comme moyen de dénonciation des outrages que tellement de femmes n’osent pas raconter.

De son côté, c’est l’amour qui soutient Zeng Jinyan. Cette affection qui l’unit à Hu Jia, le célèbre défenseur des droits de l’homme en Chine. Son mari a systématiquement dénoncé la maltraitance des malades du SIDA et les dommages provoqués par le milieu ambiant dans un pays où un parti unique impose une  version unique de la réalité. Zeng a raconté sur Internet les moments les plus difficiles de ses années récentes, la détention et la prison de son mari, les longues journées de réclusion à domicile, auxquelles elle a été elle-même soumise avec son bébé, et les tendres embrassades au retour de son mari lorsqu’il a été libéré. Curieux paradoxes que ceux qu’apporte la technologie : on l’empêchait de sortir de chez elle et pourtant le cyberspace réduisait les distances entre elle et ses lecteurs.

On m’a placée, moi aussi, entre ces deux femmes admirables, dans un documentaire qui analyse l’utilisation des nouveaux media de communication comme arme contre la censure. Sous le titre « Forbidden Voices », la réalisatrice suisse Barbara Miller a réuni des images, des interviews et des scènes domestiques qui viennent compléter la personne humaine qu’il y a derrière un compte Twitter, celle dont la présence virtuelle est beaucoup plus libre que la réelle. De sorte qu’il s’agit bien de l’histoire de quatre femmes, trois d’entre elles désireuses de trouver respect et espace dans leurs sociétés respectives et une quatrième, l’auteur du film, qui équipée d’un objectif et de beaucoup de patience, exprime visuellement sa propre rébellion.

—-
Sur le web.
Traduction : Jean-Claude Marouby.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence W. Reed.

Dans une chronique du 21 mars 2021, Jeff Jacoby, rédacteur du Boston Globe, a cité le grand abolitionniste Frederick Douglass :

Supprimer la liberté d'expression est une double faute qui viole les droits de l'auditeur aussi bien que ceux de l'orateur. Il est tout aussi criminel de priver un homme de son droit de parler et d'entendre que de le priver de son argent.

Le fait que la déclaration de Douglass ne soit pas approuvée par la majorité des Américains est un constat triste, tra... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

En écho à l’article bienvenu de Philippe Bilger sur « la liberté d’expression et la liberté de rire de tout », diffusé sur Contrepoints, un court hommage à Pierre Desproges, personnalité à l’humour unique qui continue d’inspirer ponctuellement un certain nombre d’humoristes.

 

Chroniques de la haine ordinaire

Je me souviens avoir regardé à plusieurs reprises, tout jeune, la fameuse minute de monsieur Cyclopède, diffusée quasi-quotidiennement à la télévision. Mais j'étais alors probablement bien t... Poursuivre la lecture

Par Sam Bocetta. Un article de la Foundation for Economic Education

 

De récentes enquêtes sur la culture financière ont révélé que les adultes de la génération Z (personnes âgées de 18 à 25 ans) sont plus instruits financièrement que toute autre génération précédente. Aujourd'hui, plus de la moitié de la génération Z investit déjà sous une forme ou une autre. 26 % de ceux qui ont investi placent leur argent sur le marché boursier.

Mais cela ne signifie pas que cette génération n'a pas encore tout à apprendre. Parmi ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles