Le plus dur reste à faire

Après avoir opposé « austérité » et « croissance », François Hollande devra-t-il expliquer que « l’austérité » est un préalable à la « croissance » ? La vie politique est faite de ces retournements post électoraux et c’est à la capacité de négocier les virages que l’on reconnaît l’homme d’État

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 296 Hollande

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le plus dur reste à faire

Publié le 22 juin 2012
- A +

Après avoir opposé « austérité » et « croissance », François Hollande devra-t-il expliquer que « l’austérité » est un préalable à la « croissance » ? La vie politique est faite de ces retournements post électoraux et c’est à la capacité de négocier les virages que l’on reconnaît l’homme d’État.

Par Guy Sorman.

Les deux tiers des Français (sondage IFOP pour l’Observatoire de la fiscalité et des finances publiques) s’attendent à une forte augmentation des impôts. Celle-ci permettra-t-elle de « relancer » la croissance ainsi que s’y est engagé François Hollande ? 61% des Français envisagent plutôt un effet négatif de l’impôt sur la croissance, y compris parmi les électeurs de gauche. La sagesse populaire converge ainsi avec les enseignements de l’économie : à peu près tous les économistes considèrent que, dans un pays à prélèvement public déjà très élevé (la moitié de la richesse nationale en France transite par les caisses publiques), plus de fiscalité conduirait à moins de croissance.

D’accord aussi avec la plupart des économistes (dont certains entourent le Président de la République), 75% des Français souhaitent une baisse des dépenses publiques ; les salariés du secteur public y sont naturellement moins favorables mais toutes ces opinions sont massivement partagées par tous les Français.

Le gouvernement se retrouve donc dans une situation complexe : sa base électorale, et ses militants, sont les moins favorables à une réduction des dépenses publiques, alors même que celle-ci est considérée comme indispensable pour la majorité des Français et sans doute une condition préalable au retour de l’investissement privé. Après avoir opposé « austérité » et « croissance », François Hollande devra-t-il expliquer que « l’austérité » est un préalable à la « croissance » ? La vie politique est faite de ces retournements post électoraux et c’est à la capacité de négocier les virages que l’on reconnaît l’homme d’État.

La croissance pour autant ne se décrète pas : sans réduction des dépenses publiques, elle ne reviendra pas, mais la réduction de ces dépenses ne la garantit pas. En vérité, la politique économique des gouvernements ne constitue qu’une part infime du processus de croissance. Si j’en crois le sondage IFOP, les Français dans l’ensemble semblent avoir mieux intériorisé ces lois de l’économie que n’y parviennent bien des dirigeants politiques, tous partis confondus.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
ENA, école de fonctionnaires
4
Sauvegarder cet article

Clémenceau disait :

« La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts ».

En effet plus il y a de fonctionnaires, plus il y a d’impôts. Diminuer le nombre des fonctionnaires est un moyen efficace pour diminuer les impôts.

Mais ce n’est pas facile. Car les fonctionnaires savent défendre leurs avantages : emploi à vie, études supérieures gratuites (et même rémunérées), avancement à l’ancienneté, temps de travail réduit, retraites avancées et plus élevées (75 % de la moyenn... Poursuivre la lecture

Depuis son arrivée au gouvernement sous François Hollande, la presse n’a eu de cesse de présenter Emmanuel Macron comme un libéral. Forte de son inculture en la matière, elle pensait qu’il suffisait d’être passé par une banque d’affaires et d’avoir fait voter une loi de libéralisation de l’exploitation des autocars pour en être.

Néanmoins, les dernières semaines nous montrent que notre président fait tout pour se départir de cette étiquette. Une déclaration m’a notamment marqué ces dernières semaines, celle critiquant une "Europe ultra... Poursuivre la lecture

Contrepoints a pu s'entretenir avec Benoît Perrin, le nouveau directeur de l'association Contribuables Associés, la principale organisation de défense des contribuables de France. C'est l’occasion d'aborder les problèmes liés au poids de l'État français.

 

Contrepoints : Pouvez-vous vous présenter et nous décrire votre parcours professionnel ?

Benoît Perrin : Originaire de Bordeaux, j’ai 42 ans et suis diplômé en dro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles