Le plus dur reste à faire

Après avoir opposé « austérité » et « croissance », François Hollande devra-t-il expliquer que « l’austérité » est un préalable à la « croissance » ? La vie politique est faite de ces retournements post électoraux et c’est à la capacité de négocier les virages que l’on reconnaît l’homme d’État

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 296 Hollande

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le plus dur reste à faire

Publié le 22 juin 2012
- A +

Après avoir opposé « austérité » et « croissance », François Hollande devra-t-il expliquer que « l’austérité » est un préalable à la « croissance » ? La vie politique est faite de ces retournements post électoraux et c’est à la capacité de négocier les virages que l’on reconnaît l’homme d’État.

Par Guy Sorman.

Les deux tiers des Français (sondage IFOP pour l’Observatoire de la fiscalité et des finances publiques) s’attendent à une forte augmentation des impôts. Celle-ci permettra-t-elle de « relancer » la croissance ainsi que s’y est engagé François Hollande ? 61% des Français envisagent plutôt un effet négatif de l’impôt sur la croissance, y compris parmi les électeurs de gauche. La sagesse populaire converge ainsi avec les enseignements de l’économie : à peu près tous les économistes considèrent que, dans un pays à prélèvement public déjà très élevé (la moitié de la richesse nationale en France transite par les caisses publiques), plus de fiscalité conduirait à moins de croissance.

D’accord aussi avec la plupart des économistes (dont certains entourent le Président de la République), 75% des Français souhaitent une baisse des dépenses publiques ; les salariés du secteur public y sont naturellement moins favorables mais toutes ces opinions sont massivement partagées par tous les Français.

Le gouvernement se retrouve donc dans une situation complexe : sa base électorale, et ses militants, sont les moins favorables à une réduction des dépenses publiques, alors même que celle-ci est considérée comme indispensable pour la majorité des Français et sans doute une condition préalable au retour de l’investissement privé. Après avoir opposé « austérité » et « croissance », François Hollande devra-t-il expliquer que « l’austérité » est un préalable à la « croissance » ? La vie politique est faite de ces retournements post électoraux et c’est à la capacité de négocier les virages que l’on reconnaît l’homme d’État.

La croissance pour autant ne se décrète pas : sans réduction des dépenses publiques, elle ne reviendra pas, mais la réduction de ces dépenses ne la garantit pas. En vérité, la politique économique des gouvernements ne constitue qu’une part infime du processus de croissance. Si j’en crois le sondage IFOP, les Français dans l’ensemble semblent avoir mieux intériorisé ces lois de l’économie que n’y parviennent bien des dirigeants politiques, tous partis confondus.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est un fait regrettable, la France est le pays développé le plus taxé au monde. Elle est devenue malheureusement et pour longtemps un enfer fiscal.

Principalement sous la présidence Macron, le ministre des Finances veut nous faire croire que les impôts ont diminué. C’est vrai pour certains tandis que d'autres ont augmenté. Et ce n’est pas fini car deux domaines vont aggraver la situation : la transition écologique et surtout le retour de l’inflation et donc obligatoirement une remontée des taux d’intérêts.

 

Prélèveme... Poursuivre la lecture

À partir du moment où l’on admet qu’il existe des « limites à la croissance » comme l’a théorisé le rapport Meadows publié par le Club de Rome en 1972, ou lorsqu’on pense comme Jean-Marc Jancovici que « la planète n’acceptera pas d’avoir 10 milliards d’habitants », dans le droit fil des prédictions apocalyptiques sur l’impossibilité d’obtenir une production alimentaire en phase avec la croissance démographique formulées aux alentours de 1800 par l’économiste britannique Thomas Malthus, on en vient assez rapidement à vouloir imposer un mode de... Poursuivre la lecture

Une majeure partie, soit 80 % des impôts que nous payons s’inscrivent dans une logique gagnant-perdant, voire perdant-perdant. Les échanges gagnant-gagnant augmentent la prospérité d’une société. Les échanges gagnant-perdant la laissent inchangée. Les échanges perdant-perdant appauvrissent tout le monde.

Voici des exemples concrets de ces catégories.

Gagnant-gagnant : vous achetez votre pain chez le boulanger parce qu'il fait du meilleur pain que vous ou bien que vous y passeriez trop de temps si vous deviez le confectionner vou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles