La Grèce est prête pour la guerre civile

Alors que les Grecs viennent de revoter avec un nouveau résultat ambigu, voyons si la démocratie est vraiment en mesure de résoudre les questions essentielles auquel le pays est confronté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 276 Grèce guerre civile

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Grèce est prête pour la guerre civile

Publié le 18 juin 2012
- A +

Alors que les Grecs viennent de revoter avec un nouveau résultat ambigu, voyons si la démocratie est vraiment en mesure de résoudre les questions essentielles auquel le pays est confronté.

Par Pasm, depuis Bruxelles, Belgique.

La démocratie ne résout jamais rien.

Nous avons pris l’habitude de croire que le vote démocratique permettait un choix entre des options politiques alors qu’il ne s’agit que d’un choix entre des hommes. Dans un pays comme la France, les États-Unis ou la Belgique, tout se passe toujours bien parce que rien ne change d’une élection sur l’autre. Il y a bien un petit impôt de plus par-ci ou une subvention de moins par-là, mais rien de très fondamental. Le rôle de l’élection se limite à choisir qui pourra manger avec la Reine d’Angleterre lors des sommets internationaux.

Mais prenez une vraie question comme celle qui était posée aux Grecs ce dimanche et vous verrez que le vote démocratique ne sert à rien. À l’heure d’écrire ses lignes, les premiers sondages à la sortie des urnes donnent Nouvelle Démocratie et Syriza au coude-à-coude  juste au-dessous des 30%. Là où les observateurs espéraient un choix du peuple grec entre le maintien dans l’Euro à tout prix et le rejet pur et simple d’une austérité criminelle, nous nous retrouvons face à un double échec. Quel que soit le parti qui empochera les 50 sièges de bonus promis par la constitution au vainqueur de l’élection, il sera incapable de former un gouvernement majoritaire.

À partir d’ici, tous les artifices politiques et juridiques qui seront mis en œuvre pour permettre la nomination d’un gouvernement ne pourront camoufler cette vérité première que le peuple grec est profondément divisé en deux clans de taille égale. Aucun choix politique ne sera légitime. Que Syriza prenne le pouvoir et la Grèce quittera l’Euro, entraînant la ruine de nombreux grecs. Que ND arrive en tête et sa politique d’austérité provoquera autant de pauvreté. Dans les deux cas, le différentiel électoral sera insuffisant pour justifier la politique mise en œuvre face à ceux qui en souffriront. Ce sera l’application pure et brutale du pouvoir étatique par un clan.

Jusqu’à ce que l’autre clan se rebelle pour de bon et prenne les armes.


Sur le web

—-

La CIA craint un coup d’état en Grèce.

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

La démocratie est un sujet que nous avons souvent abordé, et qui a été étudié depuis fort longtemps par de très nombreux intellectuels. Loin d’être notre horizon indépassable, elle a donné lieu à un certain mysticisme.

Mise en cause dès ses origines, ayant rencontré des difficultés inhérentes à sa nature dès son apparition dans la Grèce antique, la démocratie semble une fois de plus à bout de souffle et menacée non seulement dans ses fondements, mais dans son existence-même. D’où l’intérêt du débat engagé entre deux philosophes contemp... Poursuivre la lecture

Dans une première partie, nous avions vu ce qui caractérisait une société de méfiance, à savoir :

centralisation administrative excessive, bureaucratie omnipotente, affaiblissement des initiatives, décharge de la responsabilité.

 

Dans cette seconde partie, il conviendra d’insister à la fois sur l’absence de responsabilité et sur les carences institutionnelles.

 

Une société de défiance caractérisée par une décharge de responsabilité

C’est le propre des systèmes centralisés où l’État oscille : trop faib... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles