L’effondrement de « l’idéal » européen

Les ministres de l’intérieur des États-membres de l’UE viennent de s’accorder sur le principe que chaque pays devrait être autorisé à fermer ses frontières s’il l’estime nécessaire

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
frontière

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’effondrement de « l’idéal » européen

Publié le 12 juin 2012
- A +

Les ministres de l’intérieur des États-membres de l’UE viennent de s’accorder sur le principe que chaque pays devrait être autorisé à fermer ses frontières s’il l’estime nécessaire. Cette réticence à accepter l’ouverture totale des frontières est de mauvais augures pour une union politique totale.

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume-Uni.

Il n’y a rien de plus cher au cœur des européistes (en partant du principe qu’ils en ont un) que l’ouverture des frontières entre les pays membres de l’UE.

Il semble en revanche que cet enthousiasme ne soit pas totalement partagé par les États eux-mêmes. Dans une rare démonstration d’indépendance, les ministres de l’intérieur viennent de s’accorder sur le principe que chaque pays devrait être autorisé à fermer ses frontières s’il l’estime nécessaire.

Cet accord s’applique aux membres de l’espace Schengen et leur permet de réintroduire des contrôles aux frontières en cas de menace pour leur sécurité. Et, pour la première fois, il est possible de définir les flux d’immigration comme des menaces.

Cette position éloigne les ministres de Bruxelles dans la mesure où la commission européenne et le parlement souhaitaient tous deux que de telles décisions soient communautarisées.

Il se pourrait d’ailleurs qu’ils aient le dernier mot, car ces changements doivent être ratifiés par le parlement européen, qui a déjà indiqué qu’il ne les approuverait pas sous leur forme actuelle.

Le commissaire aux affaires intérieures de l’UE Cecilia Malmstrom s’est déclarée « déçue par le manque d’ambition européenne des États-membres », bien que le ministre de l’intérieur allemand Hans-Peter Friedrich ait rejeté l’idée selon laquelle cela marquerait un pas en arrière pour l’UE.

La cause du revirement a été l’arrivée des réfugiés nord-africains suite aux révolutions du Printemps Arabe. La Grèce en particulier a été submergée par un afflux d’immigrants illégaux venant sur son territoire par la Turquie.

Ironiquement, c’est aussi la Grèce qui pourrait être la plus affectée par les nouvelles règles. La Suède, par exemple, se prépare à une explosion des demandes grecques de permis de séjour cette année, leur nombre étant passé de 371 à 767 entre 2010 et 2011.

Si la fuite d’eau se transformait en déluge, les détenteurs de passeports grecs pourraient se retrouver considérés comme des migrants économiques et avoir bien plus de difficultés à traverser les frontières.

Le point le plus intéressant ici est que la réticence des États-membres à accepter d’ouvrir totalement leurs frontières est de mauvais augures pour une union politique totale. Si des flux de population sans restrictions ni frontières ne sont pas les bienvenus, il est difficile de croire qu’un gouvernement sans restrictions ni frontières le sera.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Article disponible en podcast ici.

On dit qu’une blockchain est sûre, que personne ne peut voler vos cryptos sur blockchain. Alors pourquoi les personnes de Celsius ont perdu leur argent ? Pourquoi les personnes de Voyager ont perdu leur argent ? Pourquoi les utilisateurs de Slope ont perdu leur argent ? Pourquoi les utilisateurs de Terra ont perdu leur argent ?

Depuis quelques semaines, les failles et les faillites se succèdent et les victimes se comptent en nombre. Une blockchain est sûre à condition de bien s’en servir !

... Poursuivre la lecture

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

Dans ces colonnes, Frédéric Mas a développé comment Emmanuel Macron et Anne Hidalgo espèrent se refaire une santé politique avec les JO, alors que le coût stratosphérique de l’organisation et les retombées économiques sont loin d’être évidents. Nous allons voir que les conditions de sécurité des athlètes et du public ne sont également pas garanties. Il est à craindre que Paris 2024 soit au mieux un fiasco à l’image de l’organisation de la finale de la Ligue des Champions fin mai 2022. Mais l’État ayant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles