La France ne tiendra pas ses engagements européens selon Bruxelles

Le rapport de la Commission Européenne a été plutôt sévère à l’égard des « pays du Sud », y compris la France. La promesse de réduire les déficits budgétaires ne semble pas devoir être tenue, compte tenu des prévisions de croissance économique d’une part, et de l’évolution des dépenses publiques d’autre part.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France ne tiendra pas ses engagements européens selon Bruxelles

Publié le 10 juin 2012
- A +

Le rapport de la Commission européenne a été plutôt sévère à l’égard des « pays du Sud », y compris la France. La promesse de réduire les déficits budgétaires ne semble pas devoir être tenue, compte tenu des prévisions de croissance économique d’une part, et de l’évolution des dépenses publiques d’autre part.

Article publié en collaboration avec l’Aleps.

Mercredi le rapport de la Commission européenne a été plutôt sévère à l’égard des « pays du Sud », y compris la France. La promesse de réduire les déficits budgétaires ne semble pas devoir être tenue, compte tenu des prévisions de croissance économique d’une part, et de l’évolution des dépenses publiques d’autre part.

Le calendrier sur lequel la France s’est engagée vis-à-vis de l’Union est la limitation du déficit à 3 % en 2013, et le retour à l’équilibre en 2016. L’affaire est mal partie aux yeux de la Commission : si le déficit s’est situé à 4,4 % pour 2011, il sera vraisemblablement de 4,5 % en 2012, et à 4,2 % en 2013 dans la meilleure des hypothèses de croissance. Or, celle-ci ne serait pas supérieure à 0,5 % en 2012 alors que le budget est bâti sur un chiffre révisé autour de 1,2 %. En 2013 la croissance pourrait être autour de 1,3 % (si la conjoncture européenne ne se dégrade pas). La Commission souligne deux causes principales de la situation française : sa perte de compétitivité (c’est, avec la Grèce, le pays dont la compétitivité a le plus diminué et nos exportations sont en baisse de près de 20 % en cinq ans), et le niveau très élevé des dépenses publiques.

Sur ce dernier point, le pessimisme de la Commission rejoint celui de la Cour des Comptes, qui vient de remettre son rapport pour 2011. Tout en admettant qu’il a été fait « un effort méritoire qui n’a guère de précédent », la Cour relève le dérapage de la masse salariale et des retraites de la fonction publique, et les dépenses d’intervention. Sage conseil du Président Didier Migaud : « Il faut agir davantage sur les dépenses que sur les recettes, compte tenu de notre niveau de prélèvements obligatoires ».

On voit mal comment le nouveau pouvoir va agir sur les dépenses, sinon pour les augmenter. De la sorte, la France va s’enfoncer un peu plus dans les déficits et la dette. La Commission de Bruxelles demande « un effort supplémentaire » : « Il est nécessaire que la hausse de la dépense publique reste inférieure à celle de la croissance prévue », a conclu Jose Manuel Barroso. En tous cas, la perspective de renégocier le pacte budgétaire européen : la promesse de François Hollande est déjà caduque. Il est vrai que l’on peut reconduire le pacte quand on prend la bonne habitude de ne pas le respecter. Mais Bruxelles ne semble pas dupe…

Sur le web

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le pouvoir d'achat a été un sujet central lors des campagnes électorales qui viennent de se dérouler. La NUPES, première force d'opposition qui a obtenu 137 sièges à l'Assemblée, s’est fait le parti de l’amélioration de ce dernier avec un SMIC  qui serait porté à 1500 euros, le dégel du point d’indice des fonctionnaires et le blocage des prix sur les produits de première nécessité.

Il faut donc examiner comment se situe le pouvoir d’achat des Français par rapport aux autres pays européens. De nombreuses études existent en ce domaine. M... Poursuivre la lecture

En janvier 2022 j’attirais l’attention sur la posture pour le moins surprenante adoptée par quelques sénateurs français vis-à-vis des approches du gouvernement chinois durant la crise que nous avons traversée (traversons). Dans un rapport prospectif ils se montraient ostensiblement admiratifs du solutionnisme technologique chinois.

Dans ce même rapport, ils ne manquaient pas de vanter - sans ambages - tous les mérites des méthodes de l’empire du Milieu, sans omettre de valoriser certaines de ses approches les plus coercitives…

S... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

La NUPES a réussi à fédérer la gauche autour de ses idées les plus extrêmes. Il est très peu vraisemblable qu’elle gagne une majorité car elle a peu de réserves de voix. Il n’empêche qu’il est urgent de lui faire barrage. L’idéal serait que Renaissance (Macron) ne puisse pas gouverner seul et que Les Républicains soient suffisamment nombreux et crédibles pour négocier un programme de gouvernement avec un nouveau Premier ministre plus libéral et moins technocratique que la socialiste... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles