Cuba ou l’échec du socialisme par l’exemple des cajitas

L’économie interne cubaine souffre d’une telle fragilité, qu’il suffit d’une légère augmentation du prix du kilo de bifteck ou de beurre pour perturber notre fragile tissu commercial. Avec les quelques centimes qui s’ajoutent à un produit, le thermomètre de l’angoisse quotidienne éclate, et l’inquiétude monte de plusieurs degrés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Prix de denrées alimentaires sur un marché à Cuba

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Cuba ou l’échec du socialisme par l’exemple des cajitas

Publié le 4 juin 2012
- A +

L’économie interne cubaine souffre d’une telle fragilité, qu’il suffit d’une légère augmentation  du prix du kilo de bifteck ou de beurre pour perturber notre fragile tissu commercial. Avec les quelques centimes qui s’ajoutent à un produit, le thermomètre de l’angoisse quotidienne éclate, et l’inquiétude monte de plusieurs degrés.

Par Yoani Sanchez, depuis La Havane, Cuba.

Le marché est presque vide. Il est encore très tôt et quelqu’un reporte sur une tablette les derniers prix de la viande de porc. Le geste de cette main qui a légèrement modifié un chiffre dans le prix des côtelettes, des jarrets ou de la graisse préparée, paraît simple. Mais c‘est en réalité  un véritable cataclysme mercantile qui s’exprime dans cette ardoise, dans ces chiffres tracés à la craie. L’économie interne cubaine souffre d’une telle fragilité, qu’il suffit d’une légère augmentation  du prix du kilo de bifteck ou de beurre pour perturber notre fragile tissu commercial. Avec les quelques centimes qui s’ajoutent à un produit, le thermomètre de l’angoisse quotidienne éclate, et l’inquiétude monte de plusieurs degrés.

Précisément ces jours-ci, un certain climat d’inquiétude parcourt le pays. Le porc devient rare à cause des limitations du tourteau dont les importations ont diminué et dont la production locale ne cesse de se réduire. Le secteur indépendant se ressent de la rareté du produit qui est la base des paniers repas (« cajitas ») qui comprennent presque toujours du riz, quelque tubercule et un peu de viande. Ce déjeuner à emporter est la subsistance de beaucoup de Cubains qui travaillent loin de chez eux et il constitue également l’unité de base de la gastronomie privée. Quand le prix de la « cajita » monte il entraîne avec lui tout le reste. Le marchand de chaussures renchérit sa marchandise pour récupérer ce qu’il a perdu sur son casse-croute de midi, la commerçante qui a payé plus cher pour une paire de sandales essaiera de récupérer la différence sur des clients naïfs qui ne vérifient pas la monnaie, et la maitresse de maison en retraite écrira à son fils à Francfort ou à Miami pour qu’il augmente le mandat, puisque le coût de la vie est plus cher. Et toute cette série de problèmes et de malaises commence dans une porcherie, dans ce lieu où le tourteau et les soins devraient se transformer en kilos de viande alors que ce n’est pas ce qui se passe.

Traduction Jean-Claude Marouby. Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Juan Diego Rodríguez et Olea Gallardo. Un article de 14ymedio

 

Il y a quelques années, à l'occasion d'une de ces divertissantes conférences TED qui se répandent comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux, Barry Schwartz a popularisé l'expression "le paradoxe du choix" qui peut se résumer ainsi : choisir entre trop d'options produit de la paralysie et de l'insatisfaction, ce qui peut provoquer une sorte de stress très négatif dans les sociétés industrielles modernes.

Rien de tout cela n'arrivera aux clie... Poursuivre la lecture

L’émergence de la société marchande à la fin du XVIIe siècle et les conséquences multiples de son plein développement dans le siècle suivant n’ont pas laissé les philosophes indifférents.

Si nombre d’entre eux l’ont durement critiquée, d’autres en ont au contraire loué les vertus. C’est notamment le cas de Voltaire et sans doute de façon surprenante de Georg Wilhelm Friedrich Hegel, un philosophe majeur, pourtant apologiste de l’État. Peut-on défendre à la fois l’État et le marché ? C’est ce qu’il fait.

Hegel est l’un des philos... Poursuivre la lecture

Fidel Castro
1
Sauvegarder cet article

L’époque soviétique est le couteau suisse de Vladimir Poutine. D’un coté, elle lui permet d’idolâtrer l’impérialisme russe à travers la victoire sur le nazisme ; de l’autre, l’idéologie communiste lui sert de repoussoir : il se présente comme l’homme qui ne la laissera jamais reprendre le pouvoir au Kremlin. Enfin, elle lui lègue en sous-main toutes sortes de techniques de gouvernement, de manipulation, de corruption, dont il a besoin pour structurer sa tyrannie. Si bien que selon les moments il utilise le passé soviétique soit comme un totem... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles