Décision de justice contre l’éolien en Grande-Bretagne

Un juge de la Haute cour à Londres a rejeté en appel le projet de Sea Land and Power ltd. d’ériger quatre éoliennes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Non à l'éolien - éolienne couchée

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Décision de justice contre l’éolien en Grande-Bretagne

Publié le 4 juin 2012
- A +

Un juge de la Haute cour à Londres a rejeté en appel le projet de Sea Land and Power ltd. d’ériger quatre éoliennes d’une hauteur d’environ 100m près d’Hemsby et de Yarmouth, à la périphérie du parc national de Norfolk.

Sea Land and Power, qui avait fait une demande le 8 septembre 2009, avait fait valoir que le besoin d’atteindre les objectifs fixés en matière d’énergies renouvelables l’emportait sur toute considération d’ordre environnemental ou relative aux aménités paysagères ; mais la magistrate Justice Lang en a jugé autrement.

Le conseil municipal de Yarmouth, dans son plan local de développement adopté en 2001, a considéré le site comme un « paysage important pour le territoire de Broadland […] et son aménagement ». Le projet avait été refusé en raison du fait que la mise en place d’éoliennes entraînerait « d’importantes conséquences négatives sur le paysage ». Dans une enquête de planification datant de novembre 2010, l’inspecteur avait affirmé qu’il était « inévitable » que les éoliennes « causent des dégâts en ce lieu majoritairement rural ». Il avait motivé son refus en expliquant que les conséquences négatives étaient si importantes qu’elles l’emportaient sur les besoins en matière d’énergies renouvelables.

Justice Lang, dans le jugement rendu hier, a statué que, « en matière de loi », il n’était pas correct d’affirmer que la politique nationale consistant à promouvoir l’usage d’énergies renouvelables […] pouvait réduire à néant les politiques locales d’aménagement, ou qu’il fallait lui accorder la priorité sur celles-ci.

En soutenant ainsi l’inspecteur dans son refus, Lang a renversé le traditionnel principe en vertu duquel il est primordial d’atteindre certains objectifs en matière d’énergies renouvelables, ouvrant très probablement la porte à une future série de rejets de demandes relatives à l’éolien terrestre. Lentement, progressivement, mais inexorablement, la politique énergétique du gouvernement continue de s’effriter. L’industrie du renouvelable espérait ériger environ 10 000 éoliennes terrestres supplémentaires d’ici 2020, en plus des 3500 existantes. Avec cette nouvelle décision, ils n’ont pas la moindre chance d’y parvenir.

Eolienne couchée
Une autre éolienne renversée – mais celle-ci à Otterburn

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • L’article laisse à penser qu’il faut se réjouir de tout échec d’un projet éolien.
    Dans certaines circonstances, c’est pourtant une énergie intéressante, notamment pour les zones géographiquement isolées.
    L’éolien, comme le solaire, permette l’autosuffisance énergétique à petite échelle.
    Ce n’est pas forcément à rejeter en bloc si on parle d’installations dans des zones ne présentant pas particularités paysagères ou immobilières.

    • Je pense que la question c’est plutôt de se dire que la politique prônant les énergies renouvelables est néfaste car elle consiste à déformer les règles du marché de l’énergie à travers des subventions.

      Mais pour le reste, je suis d’accord avec vous.

      • Non, non, faites pas semblant de regarder ailleurs avec un air un peu gêné cet article est là pour défendre les interventions étatiques ce qui ne manque pas de sel sur un site libéral ! (comme quoi l’hypocrisie est un dénominateur commun de tous les extrèmismes politiques!)

    • Si c’est sans subvention, et sans endommager la propirété d’autrui, chacun fait ce qui lui plait.

      Sinon, non, une énergie intermittente n’est pas intéressante.

      Combien de temps avec déjà vécu avec une source d’énergie intermittente (à chaque fois il faut jeter le contenu du frigo) et imprévisible (qui ne produit pas pendant les vagues de froid les plus brutales, souvent) ?

    • L’autosuffisance suppose d’avoir une réserve mobilisable au moment où on en a besoin. Pour ça un groupe électrogène doté d’une réserve de carburant suffisante est parfait, bien supérieur à la quantité de batteries + éolienne qui rendraient le même usage, même en tenant compte des problèmes d’acheminement du carburant (quand on ne peut pas le produire sur place, ce qui est parfois le cas).
      La gratuité du carburant éolien est séduisante, mais il est bien rare qu’elle compense les autres surcouts (stockage, investissement, …) ; ce n’est pas pour rien si la machine à vapeur a détrôné les moulins à vent et à eau !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Écologisme
3
Sauvegarder cet article

Le silence épais des écolos

Tiens, voilà qui est remarquable : alors que tous les feux sont au vert pour les écolos, on ne les entend point. Oui oui, regardez la situation : elle devrait leur être favorable et on devrait les voir monter sur leurs ergots à chaque page de journal, sur chaque plateau télé, sur tous les réseaux sociaux...

Après tout, voilà qu'on crame du charbon comme jamais : 45 % de l'électricité allemande provient des centrales à charbon dont certaines ont été réouvertes récemment. En France, elles n'ont pas redémarré mais les lois qui les y autor... Poursuivre la lecture

Par Greg Elis.

Les nuisances reprochées à l'éolien sont essentiellement de deux ordres : pollution visuelle des paysages et pollution sonore de l'environnement proche. On y ajoute de temps à autre le massacre d'oiseaux ou des troubles psychologiques dus à d'immatérielles ondes.

En fait, l'insistance sur ces nuisances en cache d'autres majeures : l'éolien n'apporte rien aux réductions d'émission des gaz à effet de serre, utilise des composants polluants et coûte très cher aux contribuables.

Les arguments de madame Pompili

... Poursuivre la lecture

Par Florent Ly-Machabert, pour Action Écologie[1. Lancée fin 2020, l’association Action Écologie rassemble plus de 10 000 sympathisants. Elle a pour ambition « de défendre une écologie respectueuse des nos libertés, nos traditions et nos paysages »].

Avec près de 30 milliards d'euros dédiés à la transition écologique, l’actuel plan de relance gouvernemental fait l’objet d’un puissant mais pas irrésistible matraquage politique et médiatique en faveur des énergies dites vertes puissant.

De très nombreux faits, presque totalement p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles