L’Espagne devra-t-elle être sauvée en 2013 ?

En l’absence de croissance économique, il est probable que le gouvernement sera finalement contraint de demander un plan de sauvetage de la part de ses partenaires européens ou du Fonds monétaire international en 2013

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mariano Rajoy, Angela Merkel, François Hollande, Herman von Rompuy (Crédits La Moncloa Gobierno de España, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Espagne devra-t-elle être sauvée en 2013 ?

Publié le 3 juin 2012
- A +

En l’absence de croissance économique, il est probable que le gouvernement sera finalement contraint de demander un plan de sauvetage de la part de ses partenaires européens ou du Fonds monétaire international en 2013.

Par Alex Korbel.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy assure que l'Espagne sortira de la crise avec l'aide de l'UE.

L’Espagne est de retour sous les projecteurs de la crise de la zone euro. C’est une place qui lui revient de droit à cause de la mauvaise gestion budgétaire, financière et économique du pays par l’État.

Depuis le début de la crise des dettes publiques des pays de la zone euro, la solvabilité des États concernés a été largement déterminée par les investisseurs internationaux.

Objectif : regagner la confiance des investisseurs

Pour ramener le coût de l’emprunt à un niveau soutenable, l’État ibérique a besoin de regagner la confiance des investisseurs. Mais comment ?

Après que le rendement des obligations de l’État espagnol a recommencé  à croître rapidement au début du mois d’avril, Madrid a annoncé une réduction supplémentaire des dépenses de 10 milliards d’euros le 9 avril 2012. Cette mesure a été dévoilée quelques jours seulement après que le premier ministre Mariano Rajoy avait annoncé 27 milliards d’euros de hausses d’impôts et de baisses des dépenses publiques dans le cadre du budget 2012.

Dans le contexte actuel, on voit mal comment la spirale austérité/récession pourrait être brisée.

En effet, si le gouvernement espagnol n’annonce pas de nouvelles mesures d’austérité, les marchés estiment que celui-ci n’est pas capable d’atteindre ses objectifs budgétaires et de ramener sous contrôle sa dette souveraine. Mais si le gouvernement espagnol annonce des mesures d’austérité supplémentaires, les marchés s’effraient de ces coupes claires qui approfondiraient l’actuelle récession économique dans le pays. Bref, peu importe ce que le gouvernement espagnol annonce, les investisseurs restent sceptiques.

Cela ne devrait pas changer au cours de l’année prochaine, à moins que l’Espagne montre des signes d’être sur la voie d’une croissance durable.

Peut-on raisonnablement l’envisager ?

De mauvais indicateurs économiques plus ultra*

Le taux de chômage a atteint près de 23% au dernier trimestre 2011 (le chômage des jeunes a dépassé les 50% en janvier). La confiance des investisseurs espagnols est à son niveau le plus bas depuis 11 mois. Les carnets de commande continuent à s’alléger, ce qui n’augure rien de bon pour l’avenir. Le marché immobilier espagnol n’a pas encore atteint son niveau plancher, ce qui va continuer à miner le bilan des ménages et des banques du pays.

Le gouvernement met en œuvre des mesures d’austérité et des réformes structurelles substantielles mais il est improbable que celles-ci aient un impact positif sur la croissance à court terme. Les chiffres du premier trimestre 2012 n’ont pas rassuré les marchés lorsqu’ils ont été dévoilés le 30 avril 2012.

En outre, il y a peu de chance que l’État espagnol parvienne à réduire son déficit global à 5,3% du PIB cette année pour atteindre 3% du PIB en 2013.

Les nuages noirs n’ont pas non plus disparu du secteur bancaire espagnol. Il reste une source d’incertitude totale pour les investisseurs. Le taux de chômage continuant d’augmenter et les prix immobiliers de baisser, le risque de défaut de paiement hypothécaire ne peut que se renforcer.

Vers un plan de sauvetage ?

Une bonne nouvelle cependant : l’État espagnol a déjà préfinancé la moitié des intérêts de sa dette publique pour l’année 2012. Même si les coûts d’emprunt deviennent insoutenables, Madrid ne sera pas à court de liquidités cette année.

Il est presque certain que la Banque centrale européenne (BCE) va intensifier ses achats d’obligations espagnoles. En outre, la BCE pourra prendre des mesures supplémentaires pour soutenir le système bancaire espagnol.

Ces probables interventions de la BCE pourraient donner plus de temps à l’État espagnol mais cela  ne changera pas fondamentalement ses trajectoires économique et budgétaire. En l’absence de croissance économique, il est probable que le gouvernement sera finalement contraint de demander un plan de sauvetage de la part de ses partenaires européens ou du Fonds monétaire international en 2013.

—-
Publié initialement sur 24hgold.

Note :
* Plus Ultra, « Encore au-delà » en français, est la devise de l’État espagnol.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Pas d’accord avec cet article qui reprend le ton victimaire du gouvernement espagnol qui estime avoir déjà tout fait , alors que les marchés se méfient de l’Espagne tout simplement parce que les coupes dans les dépenses sont très insuffisantes et que très très peu a été fait sur le plan structurel pour relancer la croissance.
    Les ajustements au budget sont liés essentiellement à des hausses d’impôt, la réforme du marché du travail est l’unique réforme satisfaisante -mais très incomplète- réalisée , et celle du secteur financier se fait avec de l’argent public sans remettre en cause le rôle des politiques dans les banques et caisses d’épargne qui ont mené ce pays à la ruine.
    Par dessus tout, le gouvernement espagnol préfère botter en touche de manière démagogique et accuse les communautés autonomes d’être les uniques responsables des déficits publics, alors que les 3/4 proviennent de l’Etat.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au Forum financier international qui vient de se tenir à Paris, le gouverneur de la Banque de France a confirmé l’intention des banques centrales de créer un euro numérique. En même temps, dans un article récent, Le Figaro se demande : « Euro numérique : à quoi servira la nouvelle monnaie européenne ? » Excellente question, à laquelle j’ai bien peur que la réponse soit « à rien ».

Dans nos pays développés, nous disposons d’une vaste gamme de moyens de paiement : outre les chèques et les espèces, une multitude de cartes de crédit et plu... Poursuivre la lecture

Vivons-nous dans un monde fini ?

Le simple fait de poser la question suscite parfois des réactions indignées tant la réponse semble évidente. Pourtant, la question des ressources naturelles et de leurs limites est complexe. Une façon utile d’y réfléchir, sans pour autant prétendre la régler, est de considérer le monde entrepreneurial. Cela nous permet de développer une approche plus nuancée, et moins pessimiste, de la question.

 

La leçon des entrepreneurs

Que peuvent nous apprendre les entrepreneurs sur la notion de... Poursuivre la lecture

Que nous vivions dans un monde aux ressources finies semble une évidence pour tout le monde. De là naissent toutes sortes de théories qui se ramènent essentiellement à la nécessité de ralentir, voire de stopper notre croissance, car comment avoir une croissance infinie dans un monde aux ressources finies ?

Comme souvent, cette évidence n’en est pas une. Elle constitue un cas classique de sophisme, c’est-à-dire de raisonnement faux malgré une apparence de vérité.

Savez-vous ce qu’est le guano ? C’est un amas d’excréments d’oiseau... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles