Les intellectuels cubains : débattre ou se cacher

Il y a une caractéristique qui se répète de façon alarmante chez les intellectuels cubains : il s’agit de leur incapacité à soutenir un débat avec des personnes qui sur l’île n’appartiennent pas aux institutions sanctifiées et créées par le pouvoir

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 205 Cuba

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les intellectuels cubains : débattre ou se cacher

Publié le 31 mai 2012
- A +

Il y a une caractéristique qui se répète de façon alarmante chez les intellectuels cubains : il s’agit de leur incapacité à soutenir un débat avec des personnes qui sur l’île n’appartiennent pas aux institutions sanctifiées et créées par le pouvoir.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

Qu’est-ce qu’un universitaire ? Qu’est-ce qu’un intellectuel ? Cela fait partie des questions qui m’ont tourmentée pendant des années, avant même que j’obtienne mon diplôme de philologie hispanique. Dans l’insolence de l’adolescence, j’ai cru pendant un temps que pour être l’un ou l’autre il était nécessaire d’assumer certaines poses, certains gestes, un certain accent et même des façons de se vêtir ou de fumer. Avec le temps j’ai compris que l’érudition n’a pas besoin d’être accompagnée d’une barbiche pointue, d’un regard de mépris, de lunettes posées au milieu du nez ni même de ces bérets sur le coté que nos étudiants aiment tant. J’ai connu des personnes qui avaient en même temps les connaissances et l’audace, le savoir et la spontanéité, un immense bagage culturel et une humilité admirable. Beaucoup parmi eux n’avaient même pas de diplôme universitaire et n’avaient pas publié le moindre livre. Je me suis également rendu compte que souvent le milieu intellectuel cubain ne se structure pas sur la base du savoir, mais sur celle de l’opportunisme et de la fidélité idéologique. Il y a trop d’exemples de doctorats « honoris causa » obtenus en récompense de l’activité militante, et non des aptitudes professionnelles. Nombreux sont aussi – malheureusement – ceux que l’on expulse ou relègue dans des centres de recherche pour de stricts motifs de défaillance politique et non scientifique.

Mais au-delà des apparences, comme les signes d’appartenance à une confrérie savante ou des marques de loyauté au gouvernement que professent tant de nos universitaires, il y a une caractéristique qui se répète de façon alarmante chez les intellectuels nationaux : il s’agit de leur incapacité à soutenir un débat avec des personnes qui sur l’île n’appartiennent pas aux institutions sanctifiées et créées par le pouvoir ; leur inaptitude à accepter le jeu de la discussion avec ceux qui pensent différemment. Un universitaire cubain voyage de La Havane à San Francisco et tolère que dans le public un Américain du nord lui pose des questions et des interrogations que jamais il n’accepterait d’entendre dans son propre pays. Il prend un avion pour participer à LASA 2012 et il est prêt à prendre part à une table ronde dans laquelle sont présentes des perspectives libérales, démocrates et anti totalitaires, auxquelles il ne laisserait pas place ici. Le comble c’est que l’intervention qu’il fera hors de nos frontières est à l’évidence quelques degrés plus osée et plus critique que celle qu’il peut faire devant ses étudiants, lecteurs ou collègues. Pourtant une fois de retour sur le territoire insulaire, si on l’invite à un échange d’idées depuis la société civile, l’opposition ou la scène alternative, soit il fait comme s’il n’avait pas reçu l’invitation, soit il insulte la contrepartie. Il dénigre, se convulsionne, fait appel à l’État papa pour qu’il le défende ; tout ceci et même davantage, plutôt que d’accepter l’échange d’arguments et de positions dont notre pays a pourtant urgemment besoin. Bref, il se cache.

Voilà pourquoi je n’en suis plus à chercher dans les dictionnaires et les manuels la définition de ce qu’est un savant. Je ne vais pas décrire ici tous les éléments qui m’aident à me faire une idée très personnelle de la culture de chacun, mais je vous dirai quelle est la caractéristique qui vient en tête de ma liste très subjective. Il s’agit de l’art de la polémique et de la controverse dont peut faire preuve une personne, de sa disposition à écouter y compris les thèses les plus antagonistes ou les critères les plus opposés. J’admire ceux qui sont capables de débattre avec le contrevenant idéologique ou universitaire sans tomber dans l’arrogance, la violence verbale ou l’offense personnelle.

Cela ne me dérange pas que certains s’habillent avec ce qu’ils pensent être l’apanage d’un intellectuel, ni même qu’ils disent être en plein accord idéologique avec le gouvernement qui – au passage – leur verse leur salaire. Ce qui m’irrite et me déçoit c’est que, soi-disant à l’avant-garde de la parole et de la pensée de ce pays, ils refusent d’utiliser le verbe et les idées dans le débat, ils abandonnent leur engagement scientifique de rechercher la vérité en prenant en compte toutes les variables.

—-
Sur le web.
Traduction : Jean-Claude Marouby

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
incertitude égalité
4
Sauvegarder cet article

Les intellectuels ont tendance à surestimer le caractère ordonné du monde social.

Ce préjugé de surdiplômés a des conséquences pratiques, que nous expérimentons quotidiennement : nos élites politiques, administratives et universitaires, parce qu’elles surestiment leur capacité à comprendre le monde qui les entoure, tendent à faire de l’activité de gouverner un outil de transformation sociale. La planification découle d’une trop grande confiance dans la théorie, ce que relevait déjà Friedrich Hayek dans la critique qu’il adressait aux d... Poursuivre la lecture

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles