Les eurobonds existent déjà et ils ne sont pas la solution

C’est grâce aux taux bas en Europe, permis par le « parapluie » du sérieux germanique que des pays comme la Grèce, l’Espagne ou le Portugal ont pu mener des politiques d’endettement massif. L’euro comme monnaie a donc bien fonctionné comme des Eurobonds… avec le succès que l’on connait.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les eurobonds existent déjà et ils ne sont pas la solution

Publié le 25 mai 2012
- A +

C’est grâce aux taux bas en Europe, permis par le « parapluie » du sérieux germanique que des pays comme la Grèce, l’Espagne ou le Portugal ont pu mener des politiques d’endettement massif. L’euro comme monnaie a donc bien fonctionné comme des Eurobonds… avec le succès que l’on connait.

Par Charles Sannat.

Alors que le débat politique est en train de virer au psychodrame franco-allemand, j’échangeais avec un ami sur le risque que faisait peser sur l’or la mise en place des eurobonds. Sa réponse a été un grand rire. Mais non, pas d’inquiétude, quelque part la monnaie unique c’est déjà des eurobonds et on ne peut pas dire que ça marche vraiment.

Effectivement, tout le monde l’a déjà oublié, mais souvenons-nous pourquoi la Grèce a pu emprunter au delà de toute raison. Il est vrai que la banque Goldman Sachs a apporté son aide à « l’optimisation des comptes publics » dirons-nous pudiquement afin de nous éviter d’employer le mot « triche ».

Mais il n’y a pas que le maquillage des comptes. Il y a eu une véritable convergence des taux d’emprunt des différents pays depuis la mise en place de l’euro. Le risque pays qui était différencié et pris en compte par les marchés lorsque les monnaies étaient nationales est une notion qui a été progressivement oubliée.

C’est donc essentiellement grâce au fait que les taux en Europe étaient partout bas, car profitant du « parapluie » du sérieux germanique que des pays comme la Grèce, l’Espagne ou le Portugal ont pu mener des politiques d’endettement massif sans que cela ne pose de problème.

L’euro comme monnaie a donc bien fonctionné comme des eurobonds… avec le succès que l’on connait.

Dans la même logique, le FESF qui est le Fonds Européen de Stabilité Financière, fonctionne également sur un principe intellectuel similaire à la démarche des eurobonds. Il s’agit là encore d’une mutualisation du risque, et les « meilleurs » emprunteurs se portent caution pour l’ensemble de la structure pour faire bénéficier cette dernière de leur taux bas.

Or là encore cela ne fonctionne pas vraiment bien.

Le FESF, qui devait emprunter sur les marchés avec la caution des États actionnaires, a le plus grand mal pour lever des fonds.

Cela est compréhensible pour une raison de bon sens. Si tout le monde a bien saisi que le préteur est garanti par les États. Mais quels sont les revenus du FESF ?

Faisons une petite analogie. Lorsqu’un ménage va voir son banquier pour acheter une maison, on va lui demander quels sont ses revenus, car c’est à partir des revenus que le remboursement du crédit sera possible. Or le FESF n’a pas de revenus.

Pour les États, les revenus ce sont au sens large les impôts. Toute idée ou notion d’eurobonds butera sur la mise en place d’une véritable fiscalité européenne. Des emprunts obligataires européens ne seront possible que si cela s’accompagne de la mise en œuvre d’une politique fédérale, avec un abandon de souveraineté budgétaire, mais aussi de la création d’impôts européens.

Non seulement cette étape sera techniquement, juridiquement et constitutionnellement très complexe à franchir mais de surcroit rien ne dit que les États ou les peuples soient prêt à le faire.

Notre dossier spécial « Crise de l’Euro ».

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Selon certains, le Mexique n’a pas fait assez pour relancer son économie après le covid. Le pays n’a pas touché au déficit, à l’inverse de la plupart des autres pays. Son économie rebondit au même rythme que la France, et sa monnaie résiste face au dollar.

Je parlais à un autre Américain que j’avais rencontré à l’église à Paris...

Les compagnies pétrolières, dit-il, ont tout intérêt à nier le réchauffement… mais les chercheurs n’ont pas d’incitation à prouver le réchauffement.

Je réponds que les renouvelables et l’écologi... Poursuivre la lecture

L'inflation annuelle dans la zone euro continue d'augmenter, passant de 7,4 % en avril 2022 à 8,1 % en mai, dépassant les attentes de 7,8 %, atteignant le niveau le plus élevé depuis la création de l'euro. L'énergie a augmenté de 39,2 % - contre 37,5 % en avril - et l'alimentation, l'alcool et le tabac de 7,5 % - contre 6,3 % en avril - mais même sans les prix de l'énergie et de l'alimentation, l'inflation est passée de 3,5 à 3,8 %.

Les coupables sont bien connus : l'expansion monétaire effrénée des banques centrales, les distorsions d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles