La croissance économique créée par les échanges améliore l’emploi et les salaires

L’ouverture des marchés et la résistance au protectionnisme stimulent la croissance économique et la création d’emplois de valeur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La croissance économique créée par les échanges améliore l’emploi et les salaires

Publié le 25 mai 2012
- A +

Les gouvernements qui favorisent l’ouverture des marchés et résistent au protectionnisme ont toutes les chances de stimuler une croissance économique inclusive et de créer des emplois de valeur. Dans tous les pays, les exportations comme les importations renforcent la croissance de la productivité tout en contribuant à la création d’emplois plus qualifiés et mieux rémunérés.

Une nouvelle étude, réalisée sous l’égide de 10 organisations internationales et intitulée « Policy Priorities for International Trade and Jobs« , montre que le protectionnisme et les mesures commerciales discriminatoires ne protègent pas les emplois. Au contraire, la fermeture des marchés risque plutôt d’étouffer la croissance et de soumettre les marchés du travail à des tensions supplémentaires. Établi par l’Initiative de collaboration internationale sur le commerce et l’emploi, le rapport analyse les interactions complexes entre la mondialisation, les échanges et les marchés du travail. Sur la base de nombreuses études couvrant différents endroits du monde à différents stades de développement, le rapport met en évidence le rôle considérable que peuvent jouer les échanges en faveur de la croissance et de l’emploi.

Le rapport examine 14 études principales effectuées depuis 2000 qui concluent toutes que les échanges jouent un rôle indépendant et positif sur la hausse des revenus. Par leurs effets sur la productivité, les échanges contribuent aussi au relèvement des salaires moyens. De 1970 à 2000, les ouvriers des secteurs manufacturiers des économies ouvertes ont bénéficié de niveaux de rémunération trois à neuf fois plus élevés que ceux des économies fermées, selon la région. Ainsi, au Chili, les travailleurs des secteurs les plus ouverts gagnaient en moyenne 25 % de plus que ceux des secteurs peu ouverts.

Les craintes suscitées par les délocalisations sont exagérées : des études effectuées au Royaume-Uni, aux États Unis, en Allemagne et en Italie montrent que la délocalisation des biens intermédiaires est sans effet, ou que ses effets sont positifs sur l’emploi comme sur les salaires. Cependant, le rapport souligne aussi que l’ouverture aux échanges ne suffit pas. Il faut des politiques complémentaires, notamment des politiques macroéconomiques saines, un environnement favorable à l’investissement, des marchés du travail souples et des systèmes de protection sociale adéquats, pour que les sociétés tirent pleinement parti des échanges.

Le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, rappelle que dans le contexte difficile d’aujourd’hui, marqué par une reprise hésitante et un ralentissement de la création d’emplois, l’ouverture du marché est un facteur essentiel de stimulation de la croissance et de l’emploi. La libéralisation des échanges va toujours de pair avec une amélioration des résultats économiques lorsqu’elle s’appuie sur des institutions solides et s’accompagne de politiques efficaces en matière d’emploi et d’éducation, dans les économies développées comme dans les pays en développement. Une plus grande ouverture profitera aux travailleurs, aux entreprises et aux consommateurs.

Le rapport de l’Initiative de collaboration internationale sur le commerce et l’emploi bat en brèche l’argument principal de ceux qui s’opposent à la libéralisation des échanges, à savoir l’impact supposé des importations sur l’emploi, en indiquant qu’il n’existe pas de lien systématique entre les deux. En réalité, les données montrent que, dans tous les pays, les exportations comme les importations renforcent la croissance de la productivité tout en contribuant à la création d’emplois plus qualifiés et mieux rémunérés. (Télécharger les données en format Excel.)

La délocalisation et la sous-traitance auxquelles ont recours les pays développés – deux aspects négatifs souvent cités de la mondialisation – viennent souvent compléter plutôt que remplacer les emplois nationaux, tout en créant de nouvelles possibilités d’emplois assortis de salaires plus élevés dans les pays en développement, précise le rapport.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Récemment, le président français Emmanuel Macron s'est emporté contre la "loi sur la réduction de l'inflation" américaine, un texte législatif qui offre des subventions aux voitures électriques et qu'il considère comme une violation des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), qualifiant cette initiative de "non amicale".

Ce qui est troublant, c'est qu'en réponse à cette initiative protectionniste américaine, Macron veut répondre par le protectionnisme européen, puisque la France et l'Allemagne envisagent maintenant un Buy ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles