La fuite des capitaux coûte 8 milliards d’euros par an à l’État français

Contribuables Associés a été auditionné, le 22 mai, devant la commission d’enquête du Sénat sur l’évasion des capitaux et actifs hors de France. Le but de cette commission est d’évaluer les incidences fiscales de ce phénomène sur les caisses de l’État.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La fuite des capitaux coûte 8 milliards d’euros par an à l’État français

Publié le 23 mai 2012
- A +

Contribuables Associés a été auditionné, le 22 mai, devant la commission d’enquête du Sénat sur l’évasion des capitaux et actifs hors de France. Le but de cette commission est d’évaluer les incidences fiscales de ce phénomène sur les caisses de l’Etat.

Article publié en collaboration avec le Cri du Contribuable.

Julien Lamon, directeur des études de Contribuables Associés, était chargé de défendrer nos arguments à partir de l’étude de Jean-Paul Gourévitch (Le coût de l’émigration, ces Français qui quittent la France de 2007), expert international en ressources humaines. Agnès Verdier-Molinié, vice-présidente de l’iFRAP était également présente.

Le premier constat révèle le manque criant de données fiables sur l’évasion des capitaux en général. Le nombre de Français quittant le territoire national est « en augmentation constante depuis 10 ans » assure Julien Lamon. Le chiffre de 1,3 million de Français à l’étranger est « sous-estimé » selon Jean-Paul Gourévitch. Il seraient en réalité 2,39 millions pour 2007. Sur les 233 000 Français partant à l’étranger chaque année, 65 000 ne reviennent pas.

L’émigration, principalement à destination de la Belgique et de la Suisse, est étudiante, fiscale et concerne surtout la main-d’œuvre pour plus de 50 %. La moyenne des revenus nets annuels est de 48 000 euros pour un Français à l’étranger contre 24 600 euros pour un résident. Parmi les arguments qui poussent les Français à partir, on retrouve le manque d’avenir, le poids des taxes et le manque de motivation.

Chaque année le manque à gagner fiscal net pour l’État français s’élève à 8 milliards d’euros.

Pour Contribuables Associés, lutter efficacement contre l’émigration fiscale reviendrait àabolir l’ISF et supprimer les niches « corporatistes » en mettant fin à l’inflation réglementaire et à la créativité fiscale. Une fiscalité régionalisée permettrait à chaque entité administrative d’adapter l’impôt avec la réalité économique locale. Enfin, les Contribuables Associés militent pour l’impôt proportionnel et donc non progressif, appelé flat tax et pratiqué dans de nombreux pays européens de l’Est (République Tchèque, Slovaquie, Roumanie…).

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici

Comme nous l’avons vu précédemment, les impôts directs sur le capital (tels l’IGF, l’ISF, l’IFI ou les droits de succession) ne pourraient avoir un impact positif sur la croissance économique à long terme que dans la mesure où l’usage qui ... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

Un second rapport du Comité d’évaluation des réformes de la fiscalité du capital a été publié ce 8 octobre pour poursuivre l’analyse des réformes engagées notamment au titre de la transformation de l’ISF en IFI et de l’instauration du Prélèvement forfaitaire unique et libératoire de 30 % -le PFU- sur les revenus du capital mobilier. Ce Comité conclut globalement, et avec prudence bien sûr, que trop d’impôt sur le capital peut aussi tuer le capital et coûter à l’État.

La baisse d... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

Cet article a été publié en mai 2018.

Certes, la politique fiscale du gouvernement est plus qu’ambiguë. Plus d’une dizaine de nouvelles taxes et les coûts de mise en œuvre de la retenue à la source renchérissent la charge que supportent les contribuables. L’exonération partielle de la taxe d’habitation relève de l’arbitraire fiscal. Bien sûr, les déclarations fiscales sont toujours plus complexes et ceux qui déclarent l’IFI ne le démentiront pas.

Mais l’annonce par Emm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles