Ron Paul ne s’est PAS retiré de la primaire républicaine

Contrairement à ce que la presse tente de faire passer comme information, Ron Paul ne s'est pas retiré de la course à la primaire.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ron Paul (Crédits Gage Skidmore, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ron Paul ne s’est PAS retiré de la primaire républicaine

Publié le 15 mai 2012
- A +

Contrairement à ce que la presse, tant française qu’américaine, tente de faire passer comme information, Ron Paul ne s’est pas retiré de la course à la primaire républicaine. Il est donc toujours opposé à Mitt Romney et continue d’ajouter des délégués pour la prochaine convention républicaine de Tampa, en Floride, prévue au mois d’août.

Ron Paul, candidat à la primaire républicaine
Ron Paul (Crédits Gage Skidmore, licence Creative Commons)

On ne compte déjà plus le nombre d’articles de presse française qui titre vaillamment « Ron Paul se retire de la course » ou encore « Ron Paul abandonne », reprenant sans la moindre vérification de base les titres eux-mêmes faux d’une presse américaine largement opposée au candidat libertarien.

Le problème est ici que l’information véhiculée est… complètement fausse : non, Ron Paul ne quitte pas la course à la nomination républicaine. Il n’abandonne pas sa campagne. Il ne laisse pas Mitt Romney seul en lice, et il continue donc à se présenter dans tous les Etats où des votes restent à faire.

L’information initiale, que Contrepoints peut vous livrer ici, après une monumentale recherche sur Internet en allant directement sur le site de campagne du candidat, est la suivante :

« Our campaign will continue to work in the state convention process. We will continue to take leadership positions, win delegates, and carry a strong message to the Republican National Convention that Liberty is the way of the future. Moving forward, however, we will no longer spend resources campaigning in primaries in states that have not yet voted. »

On remarquera au passage que la nouvelle sur le site de campagne commence par un titre qui devrait normalement lever un minimum l’ambiguïté :
ron paul has not

(Note aux traducteurs anglais/français travaillant pour la presse française : le « has not » signifie une négation. Comme dans « Ron Paul NE s’est PAS retiré de la primaire américaine »)

En réalité, Ron Paul a simplement expliqué vouloir concentrer ses moyens financiers pour l’étape suivante de la primaire, à savoir la convention républicaine à laquelle il compte bien aller. Son équipe de campagne ne dispose en effet pas de suffisamment de fonds pour continuer à payer les spots publicitaires et les meetings politiques dans les états qui n’ont pas encore voté ; le mouvement paulite compte donc fortement sur ce qui a fait, jusqu’à présent, le succès de sa campagne : l’implication directe des citoyens.

D’ailleurs, cette implication n’est absolument pas prise en compte par les médias traditionnels qui ne comprennent en conséquence rien à la stratégie du candidat libertarien, comme l’explique fort bien Jesse Benton, son directeur de campagne :

—-
Sur le même sujet : La stratégie Ron Paul

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • On joue sur les mots. Ils ne vont plus dépenser un dollar. Une campagne qui ne dépense pas un dollar, c’est quoi ? Je comprends la charge affective et émotionnelle déraisonnable qui pesait sur cette campagne, mais il faut savoir se rendre à l’évidence. Ite missa est.

    Pour être bien clair: la stratégie d’avoir le plus gros impact possible à Tampa m’est très claire, et parait une bonne idée (si ce n’est pas fait en hurlant comme des dérangés, comme on l’a vu à certains caucus ou autres réunions du GOP). Mais la convention n’est pas la campagne.

    La disctinction est pourtant claire.

    Ceci étant dit, que des médias Français, dont la ligne était jusqu’ici la non existence de Ron Paul, signalent maintenant qu’il arrête, est délicieux.

    • Mh, ce n’est pas tout à fait exact : non seulement, les médias indiquent qu’il arrête, mais que Romney est seul en lice. Or, si Paul va à la convention, c’est bel et bien que Romney sera opposé à Paul. Romney n’est donc pas seul, Paul n’a donc pas abandonné. Ou je ne sais pas comment il faut comprendre le truc.

      Même sans la charge émotionnelle, comment peut-on arriver du message sur le site du candidat « Ron Paul HAS NOT suspended his campaign » à quelque chose comme « Ron Paul abandonne sa campagne » dans les médias mainstream ? C’est quoi, le lien logique, la démarche de trad, le respect de l’info ???

      Je veux bien qu’on joue sur les mots, mais là, c’est plus du jeu, c’est de la torture.

      • Je t’avoue que je ne suis pas d’accord: il reste dans la primaire et il arrête la campagne (ne plus dépenser un sous, en campagne électorale, c’est arrêter).

        Primaires / campagne. 2 choses.

        Et je signale, que le titre que je vois sur Le Monde (en faisant google actu Ron Paul), c’est « Ron Paul se met en retrait des primaires ». Pour un titre compact, je trouve que c’est bien formulé.

        D’autres médias écrivent bien ce que tu dis, là. Ceux là ont tort et sont bien, selon l’expression consacrée, des pignoufs.

        • C’est à ces derniers médias que s’adresse ma critique. L’article du Figaro est un peu plus nuancé, et celui du Monde semble correctement titré.
          Pour l’arrêt de la campagne, ce n’est pas exact non plus : il ne dépense plus un rond en spots et en meetings, mais il fait toujours campagne (magie du net) ; évidemment, ce sera plus discret pour les médias mainstream, mais là encore, c’est expliqué sur les différents sites de campagne pour qui veut se donner la peine d’aller voir. Et comme je l’ai dit, quand on titre « Ron Paul HAS NOT suspended his campaign », que te faut-il de plus ?

          Donc non, ce n’est pas un abandon (il reste en lice) et non, ce n’est pas un arrêt de campagne.

        • Il continue de dépenser pour faire campagne… auprès des délégués. Ce qui est probablement la meilleure façon d’utiliser ses fonds, vu comme cette stratégie lui réussit jusqu’ici.

    • Je le redis ici: il continue à dépenser pour les délégués, les caucus et les frais à Tampa. Il arrête juste les coûteuses publicités télé et les meetings géants. Il est face à un adversaire qui a un accès gratuit aux média, qui est soutenu financièrement par les grandes banques et le GOP lui-même aimerait affirmer qu’il est son candidat (ah non, on me dit que certains officiels l’ont déjà annoncé il y a plusieurs semaines). Bref, je peux comprendre qu’il rationne l’argent privé de ses donateurs quand Romney dépense fastueusement l’argent tout chaud qui sort d’impression.

  • Putain ca me rend fou cette histoire! Moi j’y avais cru hier! Journalistes véreux et incompétents! heureusement que Contrepoints est là!

  • twitter_olivierspaeth
    15 mai 2012 at 14 h 14 min

    Pourquoi Ron Pail a réorganisé sa campagne? Tout simplement parce qu’il ne reste plus que des primaires, qui lui sont beaucoup moins favorables que les caucus (et où une victoire dans le scrutin public ne serait que symbolique)
    Dans les états restants, les délégués sont, la plupart du temps, élus lors des conventions d’Etats (comme indiqué sur la page wikipedia des primaires : http://en.wikipedia.org/wiki/Republican_Party_presidential_primaries,_2012) et ces élections sont bien plus complexes que ça. Ce qui explique les succès de Ron Paul dans l’Iowa, le Maine, le Nevada, le Minnesota, etc.
    Aujourd’hui, pour Ron Paul et les libertariens, il vaut mieux se concentrer (en temps et en argent) sur ces élections de délégués, plutôt que sur des primaires perdues d’avance (et « hors de prix »)
    L’espoir est loin d’être perdu, et l’éventuelle victoire n’en serait que plus impressionnante.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici Neuvième partie de la série ici Dixième partie de la série ici Onzième partie de la série ici Douzième partie de la série ici

On peut appeler seigneuriage le profit obtenu dans la production de monnaie. Mais on parle aussi souvent de l’imp... Poursuivre la lecture

Par Aurélien Chartier.

Il y a seulement 7 ans de cela, l’avenir semblait radieux pour le mouvement libéral aux États-Unis. Alors que des années très creuses avaient succédé à la présidence de Ronald Reagan, une nouvelle génération naissait dans le sillage des campagnes à la primaire républicaine de Ron Paul en 2008 et 2012. Dans un parti où l’aile néo-conservatrice religieuse avait fini par obtenir un contrôle quasi-total, un candidat défendait enfin un programme radical de défense du capitalisme et d’isolationnisme en politique extéri... Poursuivre la lecture

Par Damien Theillier.

Ce texte est librement adapté de divers discours de Ron Paul, ancien candidat à l’élection présidentielle américaine (2008 et 2012), aujourd’hui à la retraite. On me demande souvent s’il vaut la peine de s’impliquer en politique. Je réponds qu’il ne suffit pas de voter ou d’espérer gagner le pouvoir. L’enjeu est d’abord intellectuel et moral, avant d’être politique, au sens militant du terme. Il s’agit de formuler un ensemble de principes simples, applicables dans tous les domaines pour atteindre l’harmon... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles