Tallinn libérée

À la division entre Europe de l’Ouest et Europe de l’Est, naguère imposée par les Soviétiques, s’est substitué un nouveau partage entre l’Europe du Nord sérieuse et l’Europe du Sud que l’on ne qualifiera pas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Toomas Hendrik Ilves, président de l'Estonie.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tallinn libérée

Publié le 15 mai 2012
- A +

À la division entre Europe de l’Ouest et Europe de l’Est, naguère imposée par les Soviétiques, s’est substitué un nouveau partage entre l’Europe du Nord sérieuse et l’Europe du Sud que l’on ne qualifiera pas.

Par Guy Sorman, depuis Tallinn, Estonie.

Toomas Hendrik Ilves, président de l'Estonie.

François Hollande devrait passer par l’Estonie. Il rencontrerait le Président Toomas Hendrik Ilves, un homme qui parle franc, qui lui dirait fermement ce qu’il répète à tous ses visiteurs :

Les Européens du Nord ne donneront pas un centime aux Grecs ou aux Italiens pour les récompenser de leur gabegie et malversation ; la Turquie en Europe renforcerait notre sécurité contre des voisins inquiétants à commencer par la Russie ; la rigueur budgétaire est la condition impérative de la croissance ; un impôt à taux unique de 21% sur tous les revenus (0% pour les bénéfices réinvestis par les entreprises) est le meilleur des stimulants économiques ; il serait temps que l’Union européenne adopte une politique énergétique commune plutôt que de s’abandonner, en ordre dispersé, aux diktats de Gasprom ; éviter la Schröderisation, c’est-à-dire l’achat des politiciens européens par le Kremlin ; cesser de brailler contre les « populistes » dès l’instant où tous les gouvernements qui achètent les voix des électeurs à coups de subventions et aides sociales sont aussi des populistes.

Bienvenue à Tallinn, Monsieur le Président : vous y découvrirez qu’à la division entre Europe de l’Ouest et Europe de l’Est, naguère imposée par les Soviétiques et non par les civilisations, s’est substitué un nouveau partage entre Europe du Nord sérieuse et libérale et Europe du Sud que l’on ne qualifiera pas. La France se trouve aujourd’hui écartelée entre les deux : prête à basculer.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors de l'European Liberty Forum à Varsovie, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral tel que Brad Lips.

Brad Lips est le directeur général d'Atlas Network, qui augmente les opportunités et la prospérité en renforçant un réseau mondial d'organisations indépendantes de la société civile qui promeuvent la liberté individuelle. Il est membre du conseil d'administration de l'American Friends of the Institute of Economic Affairs et de l'Institute of Economic Studies-Europe. En tant que ... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles