Non, ce n’est pas la crise partout en Europe

L’économie lettonne a enregistré son plus fort taux de croissance en plus de quatre ans au premier trimestre 2012, selon des données publiées jeudi. La croissance du pays a atteint 6,8% sur les trois premiers mois de l’année, soit son plus fort taux depuis le troisième trimestre de 2007.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, ce n’est pas la crise partout en Europe

Publié le 14 mai 2012
- A +

L’économie lettonne a enregistré son plus fort taux de croissance en plus de quatre ans au premier trimestre 2012, selon des données publiées jeudi. La croissance du pays a atteint 6,8% sur les trois premiers mois de l’année, soit son plus fort taux depuis le troisième trimestre de 2007.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

L’économie lettonne a enregistré son plus fort taux de croissance en plus de quatre ans au premier trimestre 2012, selon des données publiées aujourd’hui  jeudi.  La croissance du pays a atteint 6,8% sur les trois premiers mois de l’année, soit son plus fort taux depuis le troisième trimestre de 2007. Le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 1% par rapport au dernier trimestre de 2011.

« La croissance de 11% dans l’industrie et de 10% dans le commerce ont eu des effets positifs sur le PIB et le volume des taxes perçues sur les produits a progressé de 20%. Le secteur de la construction continue de croître aussi bien », a indiqué l’Office des statistiques. Ce taux de croissance devrait alimenter les recettes fiscales. Du coup,  le gouvernement envisage d’abaisser la TVA et l’impôt sur le revenu.

Pourtant, la Lettonie a connu une profonde récession, la plus forte des pays de l’Union européenne (UE). Frappée de plein fouet par la crise financière, son PIB avait plongé de 18% en 2009, les prix de l’immobilier s’étaient effondrés à certains endroits de plus de 50%,  le gouvernement avait dû intervenir pour sauver une banque. Aujourd’hui, la forte croissance du pays contraste nettement avec la faiblesse des autres économies de l’UE. Le ministre des Finances, Andris Vilks, dit s’attendre à une croissance autour de 4% à 5% pour le deuxième trimestre.

La Lettonie, candidate à l’Euro, devait intégrer la monnaie unique en 2008. En raison de sa situation de l’époque, elle avait préféré, contrairement à d’autres, ne pas forcer le passage mais reporter à 2014 son entrée. Dans l’hypothèse d’un éclatement en deux de la zone Euro, la Lettonie est donnée comme intégrant la zone Nord, celle des pays en bonne santé et à la gestion vertueuse.


Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • « Dans l’hypothèse d’un éclatement en deux de la zone Euro, la Lettonie est donnée comme intégrant la zone Nord, celle des pays en bonne santé et à la gestion vertueuse. »

    Juste un truc: la France, on la placera où? parce que question « gestion vertueuse » …

  • Au moins quelques bonnes nouvelles du nord 🙂  » l’hivers viens »

  • Parler d’un pays qui est 91 au classement mondiale en PIB total et 53 en PIB par habitants…. me parait tout à fait logique, surtout quand on a si peu de chose à gérer avec 2 millions 2 d’habitants.

    A titre de comparaison, Chypre est 29eme en PIB par habitant (avec 1,1 millions d’habitants) et 94 en PIB total.

    Il y a encore du chemin à faire pour la petite Lettonie.

    • Qui a dit le contraire ? Et en quoi cette comparaison est-elle pertinente ?
      Et puis évidemment, tu n’as pas poussé l’analyse à comparer avec Cuba (110e en PIB/hab), le Venezuela (95e) ou la Corée du Nord (191e). Pourquoi diable, tant qu’on est dans les pignouferies de base ?

    • « surtout quand on a si peu de chose à gérer avec 2 millions 2 d’habitants.  »
      ——————————-
      Bizarre comme argument, surtout quand les étatistes ne cessent de clamer qu’on a besoin d’une France, d’une Europe…. forte et unie càd bien plus peuplée et donc à fortiori plus dure à gérer.
      Si la petite taille est la raison, il n’y a qu’à faire 30 petites Lettonies de nos régions françaises et hop, finie la crise.

    • Des types comme Riku n’ont aucun scrupule à affirmer tout et son contraire du moment que cela va dans le sens de leur argumentaire. Un jour la petite taille d’un pays sera considéré comme un avantage ayant pour effet de rendre non pertinent un exemple de réussite économique, un autre jour elle sera perçue comme un obstacle à des politiques volontaristes concertées, facteur de progrès économique.

      • « Pourquoi diable, tant qu’on est dans les pignouferies de base ? »
        – L’article a bien comparé un pays Baltes aux grands pays européen, non? *

        « Si la petite taille est la raison, il n’y a qu’à faire 30 petites Lettonies de nos régions françaises et hop, finie la crise. »
        -Et pourquoi pas? Le massif central intégrera le tiers monde, donc pourquoi pas.

        « Des types comme Riku n’ont aucun scrupule à affirmer tout et son contraire du moment que cela va dans le sens de leur argumentaire. »
        – Mais non voyons! Ce n’est que de la logique!

        « Un jour la petite taille d’un pays sera considéré comme un avantage ayant pour effet de rendre non pertinent un exemple de réussite économique, un autre jour elle sera perçue comme un obstacle à des politiques volontaristes concertées, facteur de progrès économique. »
        – Le principe de ressource limité, d’actifs stratégiques, de sécurisation de l’approvisionnement, cela vous évoque quelque chose?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

[caption id="attachment_261601" align="aligncenter" width="500"] By: Illya Kondratyuk - CC BY 2.0[/caption]

Début juillet, j’ai eu la chance d’accompagner en Lettonie un groupe d’une quinzaine d’étudiants pour travailler bénévolement dans un orphelinat situé au centre du pays. Cet orphelinat a été fondé par un Français, en 1996, suite à un voyage touristique qu’il avait effectué dans ce pays. Il avait alors été surpris par le grand nombre d’orphelins et d’enfants abandonnés, conséquence des années commun... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alex Korbel.

[caption id="attachment_195847" align="aligncenter" width="640"] Tsipras credits Daniele Vico (licence creative commons)[/caption]

 

Depuis l’arrivée au pouvoir du Premier ministre Andreas Papandreou en 1981, la Grèce s’est illustrée comme un modèle d’irresponsabilité budgétaire. Pensez donc : l’État grec a eu un déficit budgétaire moyen de 8,7% du PIB du pays entre 1981 et 1999.

Aspirant à aider le « berceau de la démocratie », les capitales européennes ont oublié toute prudence (et jusqu’aux... Poursuivre la lecture

Russie Ukraine
0
Sauvegarder cet article

Par Corinne Deloy. Un article de Trop Libre.

« Si je le voulais, les troupes russes pourraient arriver en deux jours, non seulement à Kiev, mais aussi à Riga, Vilnius, Tallinn, Varsovie et Bucarest » a déclaré Vladimir Poutine au président ukrainien Petro Porochenko selon leSüddeutsche Zeitung. Le président russe aime aussi à répéter que la protection des minorités russes où qu’elles soient dans le monde est pour Moscou une mission. Officiellement, c’est d’ailleurs au nom de son inquiétude à l’égard de la minorité russe en Ukraine que ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles