Les économistes en campagne

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
appel

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les économistes en campagne

Publié le 5 mai 2012
- A +

Chaque candidat à la présidentielle, ou presque, aura eu son soutien d’une liste d’économistes relayé dans la presse grand public. Toutefois les économistes libéraux qui ont souhaité s’exprimer dans ce débat n’auront pas eu droit aux faveurs du Monde, ni même à celles du Figaro et encore moins à celles de Libération.

Par Georges Kaplan.

Le 17 avril 2012, les premiers à ouvrir le bal sont les 42 économistes qui, dans les colonnes du Monde, déclarent publiquement leur soutien à François Hollande [1]. Deux jours plus tard, dans Libération, 34 autres économistes signent à leur tour un communiqué dans lequel ils s’engagent pour la candidature de Jean-Luc Mélenchon [2]. On attendra en vain les économistes de Marine le Pen. Le 2 mai, alors que l’équipe de soutien du Front de Gauche, entretemps gonflée de 19 nouveaux membres, appelle à « battre Sarkozy » dans le Monde [3], c’est au tour des 19 économistes du président sortant de se fendre d’une tribune dans la colonne d’à coté [4].

Bilan des arguments : il faut que l’État ceci, il faut que l’État cela, socialisme de gauche contre étatisme de droite ; d’une manière générale, mon candidat est bien meilleur que les autres ; c’est prouvé scientifiquement.

Et voilà qu’à deux jours du deuxième et dernier tour de cette palpitante élection, 21 autres économistes signent à leur tour un appel dans lequel ils dénoncent le socialisme « des étatistes de droite » qui ont, selon eux, succédé « aux étatistes de gauche » et appellent du bout des lèvres à privilégier la moins pire des solutions – en l’espèce, Nicolas Sarkozy.

Vous l’aurez peut être compris, ces économistes-là sont les premiers économistes libéraux à s’exprimer dans ce débat – en France du moins. En l’absence de candidat libéral dans cette élection présidentielle, ils font le choix d’appeler à voter contre celui qui leur semble le plus antilibéral : position tout à fait honorable, vous me l’accorderez.

Mais notez bien la différence : cet appel-là n’aura pas eu droit aux faveurs du Monde, ni même à celles du Figaro et encore moins à celles de Libération. Cet appel, il vous faudra aller le lire dans le Wall Street Journal [5]. Pensée unique, quand tu nous tiens…

—-
Sur le web.

Notes :

  1. Le Monde, Nous, économistes, soutenons Hollande (17 avril 2012).
  2. Libération, Nous, économistes, soutenons Mélenchon (19 avril 2012).
  3. Le Monde, Battre Sarkozy et briser la spirale austérité-récession (2 mai 2012).
  4. Le Monde, Économistes, sans parti pris idéologique, nous soutenons Sarkozy (2 mai 2012).
  5. Wall Street Journal, The Problem With Hollande (4 mai 2012) ; en version française sur libres.org ou Contrepoints.
Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Indépendamment des idées qu’ils défendent et des conditions évidentes d’âge et de droits civiques, les candidats à l’élection présidentielle française sont soumis à trois strates de réglementations pour mener à bien leur candidature : obtenir 500 parrainages auprès d’environ 42 000 élus (maires essentiellement) pour pouvoir se présenter, puis respecter les règles de financement de leur campagne et enfin obtenir un score final qui leur permettra d’accéder à un remboursement public plus ou moins important des frais engagés.

Interrogé jeu... Poursuivre la lecture

Imaginez un candidat d’extrême gauche expliquer qu’il a très envie d’emm… les 700 000 millionnaires hexagonaux. Admettons que l’exemple est mal choisi tant celui-ci risquerait d'être élu lorsqu’on se souvient de l’effet d’un « mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance » sur l’opinion française.

Prenons un exemple plus parlant : imaginez une France alternative dans laquelle un candidat d’extrême droite déclarerait qu’il a très envie de faire la même chose aux 6 millions de musulmans de ce pays. Quel tollé profondément légit... Poursuivre la lecture

Par Karl Eychenne.

Un jour, un homme angoissé se rend chez son psy :

« Docteur, j’ai peur : je me prends pour un grain de blé, et je viens de voir une poule ! - Vous savez bien que vous n’êtes pas un grain de blé. - Moi, je le sais, mais elle ? »

Curieusement, cette histoire absurde trouve de nombreux échos dans l'actualité.

Par exemple, elle a été proposée pour expliquer l’épisode du masque (The Appointment in Samara: A New Use for Some Old Jokes), qui n'a pas d’abord pas jugé utile pour nous protéger du virus, p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles