21 économistes lancent un appel contre le programme socialiste destructeur

Cet appel a été publié ce vendredi 4 mai au matin, dans le Wall Street Journal.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

21 économistes lancent un appel contre le programme socialiste destructeur

Publié le 5 mai 2012
- A +

Cet appel a été publié ce vendredi 4 mai au matin, dans le Wall Street Journal.

Publié en collaboration avec l’aleps.

Le programme de François Hollande et de ses amis socialistes procède de motivations démagogiques, mais qui sont illusoires et destructrices : augmenter le SMIC au lieu de libérer les énergies, punir les riches au lieu d’inciter tout le monde à l’effort productif, dépenser pour stimuler la croissance (en fait pour acheter des clientèles) au lieu d’utiliser au mieux les ressources. Le socialisme n’a jamais réussi, sous sa forme extrême – le communisme – comme sous sa forme plus modérée – la social-démocratie. Il est en effet incontestable que la prospérité est étroitement corrélée au degré de liberté économique.

Comment peut-on encore, au XXIème siècle, après des décennies et des siècles de réflexion et d’expériences, croire à des recettes qui relèvent plus de la magie incantatoire que de la science ? Comment peut-on croire que l’Etat peut manipuler l’économie comme le ferait un conducteur de locomotive en poussant quelques manettes ? Comment peut-on imaginer qu’il suffirait de fabriquer ex nihilo des unités monétaires irréelles pour que les hommes se mettent à produire plus ? Comment croire qu’un Etat peut promouvoir la croissance par le seul fait qu’il dépense plus, sans se rendre compte qu’il prélève par l’impôt ou par l’emprunt les ressources nécessaires à ses gaspillages et à ses dépenses démagogiques?

La croissance ne se décrète pas, elle est le résultat non planifiable des décisions et des actes innombrables d’individus capables d’efforts et d’imagination. Mais pour cela il est indispensable de ne pas freiner leurs élans par des contraintes règlementaires paralysantes ou des impôts spoliateurs. C’est dire que la politique socialiste qu’un François Hollande ferait si, malheureusement, il accédait au pouvoir suprême, avec le soutien de ses alliés inévitables – communistes et écologistes – ne pourrait produire que la stagnation économique, un chômage et une pauvreté accrus, un endettement public insupportable.

Il est tragique qu’on puisse penser qu’on va améliorer le sort de certains en punissant et en spoliant les autres. Nous sommes tous solidaires dans une société humaine et il est dans l’intérêt de tous d’inciter chacun à donner le meilleur de lui-même. La France souffre depuis des décennies d’une faible croissance, d’un chômage élevé, mais aussi du manque d’espoir qui frappe en particulier les plus jeunes. Malheureusement, nous ne sommes pas sortis du socialisme, des étatistes de droite ayant succédé aux étatistes de gauche. Pour rendre l’espoir aux Français il n’y a qu’une solution : sortir du socialisme. Y rentrer plus profondément ne pourrait être qu’une funeste erreur…

Les signataires s’engagent en tant qu’économistes professionnels et n’appartiennent à aucun parti politique

Florin Aftalion (ESSEC), Charles Arnoux (Univ. Aix-Marseille), Jacques Bichot (Univ.Lyon-3), Gérard Bramoullé (Univ. Aix-Marseille), Jean Pierre Centi (Univ. Aix-Marseille), Liliane Debroas (Univ. Aix-Marseille), André Fourçans (ESSEC), Georges Gallais-Hamonno (Univ. Orléans), Jacques Garello (Univ. Aix-Marseille, administrateur de l’IREF), Guido Hülsmann (Univ. Angers), Georges Lane (Univ. Paris-Dauphine), Jacques Lecaillon (Univ. Paris-2-Assas), Jean-Didier Lecaillon (Univ. Paris-2-Assas), Bertrand Lemennicier (Univ. Paris-2-Assas), Henri Lepage (Institut Turgot), Jean-Yves Naudet (Univ. Aix-Marseille), Patrice Poncet (ESSEC), Alain Redslob (Univ. Paris-2-Assas) Pascal Salin (Univ. Paris-Dauphine), Anne Tassy (Univ. Aix-Marseille), Alain Wolfelsperger (Science-Po Paris).

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Le meilleur moyen de sortir de cette crise financière est d’axer les efforts politiques sur l’éducation de nos jeunes et des immigrés qui eux aussi si intégrés et formés peuvent représenter des ressources importantes pour nos pays car beaucoup d’emplois ne sont acceptés que par cette frange de la population, ce que l’on ne nous dit pas ! L’immigré aujourd’hui représenterait un danger, quelle aberration !

    Nos jeunes n’ont plus de perspective d’avenir car les gouvernements ont perdu tout discernement, sagesse et bon sens, et ne savent plus que faire pour sortir de cette crise, aggravant ainsi le chômage.

    Quand comprendrons-nous que les ressources de notre planètes ne sont pas que naturels mais aussi humains et dans ce sens illimitées, et c’est en formant et éduquant ces ressources humaines (nos jeunes, adultes de demain) que nous sortirons vainqueurs de cette crise ! Non en les rendant de plus en plus à charge de l’Etat.

    C’est aussi en apprenant à être plus solidaires les uns des autres et moins individualistes, en consommant de façon plus responsable en ne pensant pas qu’à notre propre intérêt, profit ou confort mais aussi à celui des autres, plus fragiles, plus démunis.

    Combien d’hommes et de femmes en France ne participent plus à la vie économique du pays car endettés, sans emploi, sans domicile. Et la perspective d’avenir que la France offre aux jeunes n’est rien d’autre que cela. Réveillons nous !! Les riches deviennent encore plus riches, les pauvres encore plus pauvres. Et on s’étonne que l’économie va mal !

  • Au contraire, il faut souhaiter la victoire d’Hollandreou, car c’est seulement aux commandes, dans une situation de crise (contrairement aux périodes d’impunité Mitterrand Chirac Jospin)
    que Flamby prouvera par les actes que son programme n’est que démagogie et incompétence. Tant qu’il n’y sera pas, les medias (tous de gauche à quelques exceptions près), trouveront toujours toutes les excuses à ce guignol, et enfonceront Sarkozy.

    Flamby élu, la gauche au pouvoir, je leur donne environ un an pour que nos prêteurs lui remontent les cales. Là il implosera, sera obligé de dissoudre l’assemblée. La droite repassera mais pas comme si Sarko était reélu (imaginez la “résistance nationale” des bobos et cocos si Sarkozy gagnait).

    Là ce sera fini les bobards, ce sera les réformes à coups de pieds dans le cul. A l’italienne, 30 ans de démagogie seront rattrapées en 3 ou 4 ans. Mise à la niche des syndicats trotskistes. Cerise sur le gâteau : la gauche perdra dans la foulée tous ses mandats locaux. Et on reconnaîtra, à posteriori, le mérite de Sarkozy (comme Schröder aujourd’hui).

    Alors, chers Economistes, ne croyez vous pas que Flamby, malgré lui, précipitera la purge de cette pensée trotsko-bobo qui mine la France depuis plus de 30 ans ?

  • Si Sarkozy gagne, il ne pourra rien faire, car l »Assemblée Nationale sera encore plus à gauche, et nous vivrons une nouvelle cohabitation.

    Sarkozy a dénoncé le libéralisme. Qu’il parte.

    Le vote libéral n’a de sens qu’avec des candidats libéraux. A ce moment, il sera utile de voter pour un candidat proche, car nous aurons une capacité à négocier.

    Gardons nos force pour les législatives et pour les prochaines élections. D’ici là, communiquons, diffusons partout l’idéal libéral, porté naguère par la révolution de 1789.

    Revendiquons toutes les réelles avancées sociales apportées par les libéraux, bien supérieures en nombre aux apports de la gauche : Droit de grève, droit syndical, assurance chômage, centrales syndicales, assurances maladie, assurances retraites …

    Même l’éducation gratuite pour tous est une idée libérale. Mais avant d’être dévoyée par le monopole d’état imposé par Jules Ferry.

    Profitez de ce week-end pour aller à la pêche. Il y aura beaucoup de travail après ces élections !

    • J’ai eu la chance de vous lire plus d’une fois,et je trouve vos ébauches pertinantes et justes, j’espère sincèrement que vous poursuivrez ainsi 😉
      Amicalement

  • Cet ahuri de Flamby qui n’a jamais dirigé quoique ce soit, laissé le PS exsangue, demie-portion de DSK, même pas le rejeton de l’ordure Mitterand….. va prendre les commandes du pays demain dans la soirée.
    Le pire est de revoir les têtes de cons de l’époque revenir dans le fromage: Fabius, Emmanuelli, Aubry….. Quelle gerbe!!

  • Pourquoi avoir attendu le 4 Mai?

    • Le problème erst que les gouvernements de droite et de gauche fonctionnent par le clientélisme. Le clientélisme de droite qui distribue l’argent aux lobbies et à la classe privilégiée n’est pas moins nocif que le clientélisme de gauche qui distribue l’argent aux classes populaires.
      Par contre on a besoin d’une bonne alternance pour effacer les odeurs de corruption d’une droite installée depuis 10 ans.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’économiste est devenu une figure incontournable dans les campagnes présidentielles. On écoute le politique nous présenter son programme, et on consulte l’économiste pour valider la faisabilité du projet. Même le politique se doit aujourd’hui de connaître le langage de l’économiste, au cas où une question lui serait posée sur le financement des retraites par exemple. Et si en plus le politique se montre à l’aise avec le calcul de coin de table, alors c’est la cerise sur le gâteau.

L'économiste engagé

Mais il y a mieux encore. C’est lo... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles