Croissance, ce mot magique

Le mot magique de « croissance » sonne de manière très positive contrairement à celui d’ « austérité ». Toutefois, ceux qui brandissent les politiques de croissance contre la « stupidité » de l’austérité ont peut-être oublié quelques éléments sur la croissance justement, qui ne se décrète pas à coups de « mesures de soutien »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
gear_0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Croissance, ce mot magique

Publié le 3 mai 2012
- A +

Le mot magique de « croissance » sonne de manière très positive contrairement à celui d’ « austérité ». Toutefois, ceux qui brandissent les politiques de croissance contre la « stupidité » de l’austérité ont peut-être oublié quelques éléments sur la croissance justement, qui ne se décrète pas à coups de « mesures de soutien ».

Par Emmanuel Martin.
Publié en collaboration avec UnMondeLibre.

Les débats publics sont souvent encombrés par la rhétorique. Le débat actuel sur la « croissance », opposée à l’austérité, n’échappe pas à la règle. Étant donnée la dimension péjorative du mot « austérité », le biais en faveur de la « croissance » (qui sonne au contraire de manière très positive) est quasiment automatique. Pourtant, derrière le « mot magique » de croissance, se cachent différentes choses et différentes conditions. Or, ceux qui brandissent les politiques de croissance contre la « stupidité » de l’austérité ont peut-être oublié quelques éléments sur la croissance justement.

Qui ne voudrait pas de la croissance (en dehors de quelques partisans de la décroissance, dont M. Mélenchon) ? Mais la croissance ne se décrète pas à coups de « mesures de soutien ».

Soutien budgétaire ?

Quand elle vient exclusivement de la dépense publique, elle asphyxie peu à peu l’économie (57% du PIB de dépenses publiques en France) et hypothèque au surplus notre avenir avec un irrésistible endettement public (bientôt 90% du PIB en France). Or, au beau milieu d’une crise fantastique de l’endettement public, les idées de Plan Marshall ou de politique à la Roosevelt réapparaissent.

On oublie souvent que la France pratique la relance keynésienne permanente depuis quatre décennies. Pourtant la théorie keynésienne pose que les déficits publics permettraient de maintenir une certaine demande globale en période de récession et de soutenir l’activité et que l’augmentation des recettes fiscales en période d’expansion annulerait ensuite les déficits. Sauf que depuis 40 ans la France n’a que des déficits.

La solution toute trouvée par nos hommes politiques aujourd’hui est de déplacer le problème à un niveau supérieur : l’Europe. Comme si, ce qui ne marchait pas au niveau national et a engendré les catastrophes actuelles, allait soudain, comme par magie, fonctionner au niveau européen, grâce à la solution du « fédéralisme ». Le caractère incantatoire de cette dernière est renforcé par un autre mot magique : solidarité. Entre alors en scène l’idée des eurobonds. Afin que les erreurs que nous faisions seuls soient démultipliées en les faisant à plusieurs ? Et ce, d’autant qu’au plus l’on s’éloigne du contrôle du citoyen dans l’échelle politico-administrative, au plus la dilution des responsabilité est grande, au plus le nombre de décisions prises « avec l’argent des autres » est grand, et donc au plus la gouvernance est mauvaise : le cas du sauvetage grec l’a amplement démontré.

Les grands travaux reviennent sur la table avec la BEI et quelques 200 milliards d’investissement de « relance ». Alors qu’il n’y a plus d’argent… Donc de nouveaux et dangereux schémas de financement avec effet de levier sont échafaudés : c’est le retour des subprimes. À croire que nous ne sommes pas dans une crise de la dette !

Soutien monétaire ?

Quand la croissance provient du stimulus monétaire, elle est généralement bullaire, comme les USA ou l’Espagne l’ont bien montré durant les années 2000. Voilà un siècle exactement, en 1912, un économiste autrichien, Ludwig von Mises, publiait une Théorie de la monnaie et du crédit dans laquelle il notait les effets destructeurs à moyen terme des politiques d’argent bon marché : ces dernières créent des bulles artificielles qui éclatent à un moment ou à un autre. Ces politiques, réclamées à cor et à cris par nos politiques depuis décembre, sont ainsi à l’origine de nombreuses crises économiques, et précisément de la crise actuelle.

Après ses programmes de rachat de dette publique de mauvaise qualité, la BCE a récemment injecté plus de 1000 milliards d’euros dans le système bancaire européen, en échange de collatéraux souvent d’une qualité tout aussi douteuse. Pour quel résultat ? Le système bancaire à la dérive, notamment du fait de sa collusion avec le politique qui l’a sommé d’acheter des dettes publiques, a été temporairement sauvé. Ou plutôt lui a-t-on permis de ne pas réellement se réformer et de ne pas avoir à subir les restructurations majeures qu’il aurait dû opérer. Mais les banques ne prêtent pas davantage à l’économie réelle.

Enfin, le débat ces derniers jours mentionne à nouveau la valeur de l’Euro qui serait un handicap à la compétitivité des pays du Sud. Comme il l’a été depuis quelques années. Baisser la valeur de change de l’euro ? Sur quelle base ? Les pays du Nord de l’Europe ne vont-ils pas en souffrir ? Les importations, notamment en pétrole, ne vont-elles pas se renchérir ? On comprend le problème. C’est le même que celui de la politique monétaire (taux d’intérêt) unique, « moyenne », qui a été d’un côté un mécanisme de génération de bulle dans les pays à forte croissance, et d’un autre côté d’atonie dans les pays à faible croissance. Lorsque l’on force toute une population à porter de la taille 38, il est évident que la majorité se retrouve dans un carcan ou avec des vêtements trop grands.

Il est curieux que dans un tel contexte l’Euro reste toujours une vache sacrée. Non qu’il faille absolument s’en débarrasser pour revenir aux monnaies nationales : il faut sortir du monopole monétaire, cause majeure des déboires européens actuels. La liberté monétaire permettrait à chacun, au niveau microéconomique, de trouver la meilleure solution à ses problèmes.

La croissance saine, durable, provient d’un long processus capitaliste de division du travail. Elle vient du fait que les gens se retroussent les manches, elle requiert des vraies entreprises qui créent de la valeur pour de vrais clients. L’impasse de l’endettement public étant écartée comme option, cela nécessite alors de permettre plus de liberté entrepreneuriale, de simplifier et assouplir les codes du travail, pour que les gens puissent enfin choisir la solution la moins mauvaise pour eux, plutôt que d’être enfermés dans un carcan réglementaire qui en fait soit des « protégés » soit des « exclus ».

En ces temps difficiles, il faut maximiser la souplesse pour la recherche de solutions « en bas ». Certainement pas créer de coûteuses nouvelles illusions « en haut ».

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Tout à fait d’accord avec la conclusion de l’article.

    Je préciserai juste que tous les fédéralistes ne sont pas pour les politiques keynésiennes, loin de là. L’Europe c’est avant tout une sécurité… Le fédéralisme irait dans ce sens avec une armée, une seule, et une diplomatie, une seule.

    Bref. Je ne comprends pas pourquoi l’euro pose problème. Que la BCE déverse 1000 milliards, c’est bien mauvais, les eurobonds également, mais l’euro ?

    Lorsque la France était au Franc, se plaignait-on que c’était une « taille 38 » pour les Alsaciens et les Auvergnats ?

    Le plus important c’est qu’une monnaie soit stable. Qu’elle soit forte ou faible, peu importe, dans tous les pays vous trouverez des perdants et des gagnants.

  • Entièrement d’accord avec vous. On se demande si le système Ponzi n’est pas en oeuvre et ne va pas faire exploser l’Euro et l’Europe.
    Que sont devenus les 1000 milliards de la BCE ? Certains prétendent que seuls, 100 milliards auraient réellement servi et que le reste serait déposé à la BCE par ses banques qui obtiendraient 0,1 ou 0,2 % de taux d’intérêt !!!!
    L’économie réelle manque de crédits et ne peut donc investir. La croissance européenne risque don de devenir négative et les dettes souveraines vont croître.
    Merkel qui ne veut pas perdre ses prochaines élections, ne va pas tomber dans le piège électoral que luit tend Hollande qui veut prendre le leadership des cigales européennes. Elle préfèrera aider ses entreprises à gagner des parts de marché vers les pays émergents.
    Si Hollande gagne, il comprendra rapidement que Keynes n’est qu’un emplâtre sur une jambe de bois.
    Si Sarkozy l’emporte, il sera obligé de réformer de fond en comble la France.
    Mais, comme chacun des deux voudra une majorité à l’assemblée, il faudra attendre cet été pour que la France se réveille ; mais les marchés seront-ils patients ?
    Ne risque t-on pas de voir l’épargne des Français confisquée pour rembourser la dette ?

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
Sapin de Noël
7
Sauvegarder cet article

Youpi, un Noël austère !

On l’a vu dans un précédent billet : en France, l’inflation n’est pas vraiment un sujet et avec Bruno Le Maire aux commandes, on sait que tout se passera au mieux dans les prochains mois. Néanmoins, lorsqu’on prend la peine de demander leur avis aux politiciens dont l’intelligence n’est pas un obstacle et notamment aux maires, la belle assurance fait place à une prudence teintée d’inquiétude.

En effet, selon une récente enquête, la plupart (77 % des 3700 maires interrogés) se disent au moins préoccupés par cette hausse des coûts qui co... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

Certains experts soutiennent que la clé de la croissance économique est le renforcement du marché du travail, qui repose sur l'idée qu'en raison de la réduction du nombre de chômeurs, davantage de personnes peuvent se permettre d'augmenter leurs dépenses. Par conséquent, la croissance économique suit le mouvement.

 

L'expansion de la réserve d'épargne - et non la baisse du chômage - est la clé de la croissance économique

Toutefois, le principal moteur de la croissance économique est l'accroissement... Poursuivre la lecture

Vivons-nous dans un monde fini ?

Le simple fait de poser la question suscite parfois des réactions indignées tant la réponse semble évidente. Pourtant, la question des ressources naturelles et de leurs limites est complexe. Une façon utile d’y réfléchir, sans pour autant prétendre la régler, est de considérer le monde entrepreneurial. Cela nous permet de développer une approche plus nuancée, et moins pessimiste, de la question.

 

La leçon des entrepreneurs

Que peuvent nous apprendre les entrepreneurs sur la notion de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles