Scandale au Wal-Mart

Quand on parle de pots-de-vin, on peut se poser la question : qui blâmer ? L’entrepreneur, ou le système pourri dans lequel il doit essayer de tirer son épingle du jeu ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 077

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Scandale au Wal-Mart

Publié le 2 mai 2012
- A +

Des dirigeants de Wal-Mart au Mexique auraient versé des millions en pots-de-vin à des bureaucrates mexicains. Mais quand on parle de pots-de-vin, on peut se poser la question : qui blâmer ? L’entrepreneur, ou le système pourri dans lequel il doit essayer de tirer son épingle du jeu ?

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec.

Des dirigeants de Wal-Mart au Mexique auraient versé des millions en pots-de-vin à des bureaucrates mexicains. Pour obtenir des faveurs, notamment des permis de bâtir, afin d’accélérer la construction de magasins.

Le NY Times, qui a déterré l’histoire, parle de 24 millions de dollars, au milieu des années 2000. Wal-Mart aurait aussi versé des millions $ en dons politiques.

Mon ami imaginaire, cynique, me demande : doit-on crier au scandale ?

Oui, car la haute direction a tenté d’étouffer l’affaire. Alors qu’il s’agit de pratiques illégales, aux États-Unis comme au Mexique.

La corruption légale

Mais mettons de côté la tentative de camouflage, et parlons de la corruption au sens large. Je me pose une question. La même que se posait hier Timothy Carney, sur son blogue du Washington Examiner (traduction libre) :

Qu’est-ce qui est pire ? Que des dirigeants de Wal-Mart aient versé des pots-de-vin à des fonctionnaires mexicains pour obtenir des faveurs ? Ou qu’en Amérique, la situation ne diffère qu’à un certain degré — Wal-Mart qui embauche des lobbyistes possédant des contacts au gouvernement, et qui contribue à la caisse de politiciens locaux afin de pouvoir ouvrir des magasins et obtenir des faveurs ?

J’ai jeté un coup d’œil hier sur le site du Center for responsive politics, qui recense les contributions politiques des entreprises à Washington. Wal-Mart a contribué à la caisse de plus de 200 élus (démocrates ou républicains) depuis 2008. Deux cents ! En 2011 seulement, la multinationale a dépensé près de 8 millions $ en lobbying juste aux États-Unis. C’est le triple du montant de 2006 ! C’est dire à quel point l’argent prend une place grandissante dans le système politique américain. Et toujours en 2011, Wal-Mart a embauché, tenez-vous bien, 102 lobbyistes !

Pour finir, Wal-Mart compte 83 salariés « portes tournantes », comme les appelle le Center for responsive politics. Il s’agit d’anciens employés de l’État, qui traversent la rue pour travailler comme lobbyistes, consultants ou « stratégistes » pour des grandes firmes (il en existe aussi beaucoup au Québec et au Canada).

C’est malheureusement le modus operandi d’un tas d’entreprises aux États-Unis. Que ce soit Wal-Mart, General Electric, ou des grandes banques.

Ce n’est pas un peu scandaleux, ça aussi ? Qui oserait croire que tout cet argent et ces contacts — que les petites entreprises peuvent difficilement se payer — n’influencent pas les décisions des politiciens ? Est-ce si différent de ce qui s’est passé au Mexique ? Un système est légal, l’autre pas…

Un jeu pourri

Facile de blâmer Wal-Mart. Et je ne les défends pas ici. Une certaine controverse entoure son expansion au sud des États-Unis — Wal-Mart emploie déjà 209 000 personnes au Mexique. Allégations de passe-passe comptable pour éviter de payer des impôts aux gouvernements locaux, de non-respect des lois du travail, salaires de misère, etc.

Mais quand on parle de pots-de-vin, je me pose la question : qui blâmer ? L’entrepreneur, ou le système pourri dans lequel il doit essayer de tirer son épingle du jeu ?

Ici, quand on entend les allégations entourant l’industrie de génie-conseil et de la construction, qui doit-on blâmer ? L’entrepreneur qui donne, ou le fonctionnaire ou politicien qui exige, et/ou reçoit ?

Bref, si on veut un jour vaincre ce cancer, c’est aux règles du jeu qu’il faut s’attaquer. Les règles de lobbying, le financement des partis, oui. Mais aussi, le rôle de l’État dans l’économie. Je ne suis pas convaincu que c’est en donnant encore plus de pouvoir aux politiciens ou aux fonctionnaires, ou en leur permettant de dépenser encore plus d’ « argent des autres », qu’on va régler quoi que ce soit.

—-
Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La banque mondiale a débloqué 4,5 milliards de dollars pour l’Ukraine afin de l’aider à faire face aux conséquences économiques de la guerre. Ces fonds sont fournis par les États-Unis. Le gouvernement ukrainien recevra le financement par tranches, en commençant par un décaissement de 3 milliards de dollars en août. Un problème persiste néanmoins : la corruption endémique du pays. Un défi de taille pour la bonne utilisation de l’aide à l’Ukraine.

 

Le problème de la corruption en Europe de l’Est

La corruption reste très impo... Poursuivre la lecture

Par Alex Gladstein. Un article de Reason

 

Le bitcoin a conquis certains des milliardaires les plus connus d'Amérique et les institutions du monde entier le considèrent comme un actif financier sérieux. Mais la hausse du prix du bitcoin n'est qu'une partie de l'histoire.

Qu'ils le sachent ou non, les personnes qui achètent des bitcoins renforcent un outil de protection des droits de l'Homme. Cette forme encore relativement nouvelle de monnaie électronique résiste à la censure, aux saisies, aux frontières, aux autoris... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

L’ONG Transparency Watch vient de publier son index de perception de la corruption 2021. Cette organisation s’est donné pour but de mettre fin à la corruption et de promouvoir la transparence, la responsabilité et l’intégrité à tous les niveaux et dans tous les secteurs de la société.

Il ressort de cet index que les avancées de la lutte contre la corruption ont stagné voire régressé pendant la pandémie. Une situation qui touche les pays d’Europe de l’Ouest comme la France.

Les pays nordiques restent les bons élèves

Le Danemark a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles