Les raisons de la nationalisation risquée de YPF

Les découvertes de YPF (filiale de Repsol) de pétrole et de gaz de schiste ont excité la convoitise du gouvernement argentin, qui espère ainsi acquérir l’indépendance énergétique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les raisons de la nationalisation risquée de YPF

Publié le 28 avril 2012
- A +

Les découvertes de YPF (filiale de Repsol) de pétrole et de gaz de schiste ont excité la convoitise du gouvernement argentin, qui espère ainsi acquérir l’indépendance énergétique. Mais de lourds investissements et un fort niveau de compétence sont encore nécessaires pour exploiter ces ressources.

Le 16 avril dernier, Cristina Kirchner a envoyé un projet de loi au congrès pour prendre le contrôle de YPF en expropriant Repsol. L’Argentine avait pourtant été, en 1993, un des premiers à privatiser sa compagnie nationale. Ce projet de loi a été adopté le 26 avril au Sénat en première lecture, à une très large majorité : 63 pour, 3 contre. Un résultat similaire est attendu à la Chambre des députés.

Début novembre 2011, Repsol (actionnaire majoritaire de YPF) avait annoncé la découverte à Vaca Muerta (vache morte) de l’une des réserves d’hydrocarbures non conventionnelles parmi les plus grandes et de la meilleure qualité au monde. Grâce à cette zone, l’Argentine bénéficie de la troisième réserve de gaz de schistes de la planète avec 22 000 milliards de mètres cubes, derrière la Chine et les États-Unis (respectivement 36 000 et 25 000 milliards de mètres cubes). Les réserves de la France sont estimées à 5 100 milliards de mètres cubes.

Repsol souligne que cette découverte avait nécessité cinq années de travail et de coûteux investissements. Selon certains experts, il subsiste encore beaucoup d’inconnues sur l’exploitation technique de ces gisements et de nombreux investissements sont encore nécessaires : « 1,5 milliard de dollars par an sur une très longue période ». Conscient du besoin en savoir-faire et des lourds investissements nécessaires, l’État argentin a multiplié les rencontres avec les majors pétrolières ces derniers jours pour les rassurer sur leurs investissements en Argentine.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Ce gaz de schiste c’est un excellent révélateur de la nature de nos gouvernements : en Argentine, pillage des investisseurs. En France, interdiction abusive, et injustifiée, de travailler – mais c’est sûr qu’en France, du travail, il y en a déjà beaucoup trop, n’est-ce pas ?

  • C’est vrai qu’il faut éviter à tout prix de concurrencer le gaz du « nord »stream » entreprise et état français étant actionnaires, économie de connivence,….c’est ce que l’on ne voit pas !

    • Ah, Nord Stream, tout un poème et une belle illustration des moeurs des politiques : pour rappel, le chancelier Schröder avait accordé la licence en toute fin de mandat, avant d’aller diriger, une fois son mandat fini … North Stream.

      « Représentants du peuple », qu’ils disaient. « Intérêt général ».

  • Avec ces découvertes de gaz et de pétrole, le gouvernement de Kirchner qui est un gouvernement de kleptocrate, au moment où les cours sont au plus haut sur les marchés a vu un bon moyen de s’enrichir un peu plus elle et toute sa clique.
    Elle a fait passé cela sur le dos de la souveraineté nationale bla bla bla. Il est certain qu’aujourd’hui l’Argentine est devenue déficitaire et importe, et que YPF avait baissé ses investissements comme le fait n’importe quelle entreprise, mais l’investissement financier est très lourd et l’environnement juridique trop incertain pour se lancer de telles opérations, la preuve: ils se sont faits exproprier, ils ont bien fait de ne rien faire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Jean-Jacques Nieuviaert.

 

La crise énergétique européenne de ce début 2022 est d’une gravité qui n’avait plus été connue depuis les chocs pétroliers des années 1970.

Mais contrairement à ce que la Commission Européenne tente de nous faire croire, les causes de cette crise ne sont pas principalement externes à l’Europe, et le conflit russo-ukrainien est loin d’en être la cause déterminante.

Depuis plus de 10 ans la Commission européenne n’a aucune stratégie ni aucune vision pour assurer à la ... Poursuivre la lecture

Les prix élevés pour les métaux ?

Un analyste de l’Agence internationale de l’énergie, cité par l’AFP, donne la solution : « investir dans des nouveaux projets miniers. »

Mais où ? Avec quel argent ?

Cela ne risque-t-il pas de vous mettre à dos les écolos ?

Qui a envie d’investir ?

Les métaux ont chuté à travers le plancher en début de 2020, en raison de la fermeture des usines. Si des restrictions bloquent à nouveau les économies, les sociétés vont à nouveau essuyer des pertes.

L’opérateur d’une mine... Poursuivre la lecture

Après de nombreuses tergiversations, l’Europe a finalement décidé dans la nuit de lundi à mardi d’un embargo partiel sur les importations de pétrole russe. « Partiel » car il vise exclusivement les importations par voie maritime (soit deux tiers des importations).

Elles devraient être arrêtées d’ici décembre 2022. En revanche, l’acheminement par oléoduc se poursuivra jusqu’à une date non fixée. Il se matérialise notamment par l’oléoduc de l’Amitié (son nom Russe est « Droujba ») transitant depuis la Sibérie Occidentale 1,5 millions de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles