Bayrou, soutien de Sarkozy au second tour?

Comment peut on déduire des dénégations répétées de François Bayrou, qu’il va, finalement, rejoindre Nicolas Sarkozy ? Les signaux sont clairs, voilà pourquoi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Bayrou, soutien de Sarkozy au second tour?

Publié le 18 avril 2012
- A +

Comment peut on déduire des dénégations répétées de François Bayrou, qu’il va, finalement, rejoindre Nicolas Sarkozy ? Les signaux sont clairs, voilà pourquoi.

Par Marc Suivre.

Le premier tour de l’élection présidentielle approchant, les positions évoluent et les alliances se dessinent. Contrairement à ce que nous serinent, tous les jours, les moines gras du commentaire politique autorisé, les jeux sont loin d’être faits pour le second tour. En effet, à mesure que se cristallisent les opinions et que se définissent les programmes, les stratégies des protagonistes se précisent mais aussi et surtout évoluent au gré des circonstances. Il en va ainsi de la campagne ratée de François Bayrou. Celui qui en 2007 avait refusé le don de son corps – électoral – à Ségolène pour faire barrage à Nicolas, s’apprête à s’allier au Président sortant pour barrer la route à l’ex compagnon de la Chimène d’alors.

Des signes qui ne trompent que ceux qui veulent encore l’être

Comment peut on déduire des dénégations répétées de François Bayrou, qu’il va, finalement, rejoindre Nicolas Sarkozy ? D’abord parce que ces démentis sont de plus en plus mous. Qu’ensuite, depuis dimanche, le discours du béarnais s’est sensiblement infléchi sur sa droite. C’est ainsi que s’explique  sa dernière et violente (pour le personnage) charge sur l’irréalisme, en période de disette budgétaire, de la proposition Hollandiste de créer 60 000 postes d’enseignants. Notez que cette attaque a au moins eu le mérite de faire sortir le Hollande du flou dont il aime à enrober ses promesses, puisqu’il vient d’expliquer qu’il n’y aura pas de création de postes, juste des redéploiements. On imagine, sans peine, la joie de son aile gauche. Que disait déjà la grand-mère de Martine Aubry à propos du flou et du loup ?

Il y a surtout eu, lundi dernier, cette prise de position inédite pour un centriste eurobéat, mondialiste et bien pensant en diable. Saint François du Béarn a pris soudainement conscience que l’immigration n’est peut-être pas une chance pour la France, du moins si cette dernière entend rester ce qu’elle est depuis Clovis. Notre humaniste a en effet confié sur Europe 1 que les flux migratoires devaient être limités et qu’il n’était plus tenable d’accueillir 200 000 étrangers par an. Pour un aggiornamento, c’en est un de taille ! Rappelons nous qu’il n’y a pas si longtemps, le gentil Bayrou se répandait dans tous les médias pour expliquer ce qu’il y avait de « nauséabond » à parler d’identité nationale.

Enfin on mesure le pas fait vers l’UMP, aux protestations de fidélité de ses proches. J’en veux pour preuve les déclarations de Jean-Luc Benahmias, transfuge des Verts, qui explique que cette campagne « ils la mèneront jusqu’à son terme, ensemble et dans l’unité ». Une fois que l’on laisse de côté le chêne dans lequel il a taillé la langue de bois dont il abuse, cette saillie  se traduit par : « je me suis trompé de camp mais tant qu’à avoir l’air d’un con, autant assumer jusqu’au bout. Au pire, j’aurai droit à un peu de soupe ».

Un positionnement plus tactique qu’affectif

Qu’au final François Bayrou ne soit pas un fan de Nicolas Sarkozy importe peu. On ne fait pas de politique avec des sentiments ou alors c’est que l’on aime se faire du mal. Le ralliement qui s’opérera au soir du premier tour repose sur un schéma tactique mûrement pesé et réfléchi. Après tout, on est pas obligé d’être totalement crétin quand on est centriste. En réalité, les positions Béarnaises sont plus près des options Sarkosistes qu’elles ne le sont des rêves socialistes.

Si François Bayrou a été le premier anti-sarkoziste de France c’est parce qu’il avait refusé de se rallier à Ségolène Royal. Espérant une explosion du PS, il se voulait au Centre, en rassembleur de la gauche réaliste, tétanisée par la prise de pouvoir des neo-bolchévicks sauce  Hamon, rue de Solferino à l’issue de la raclée de 2007. Hélas, le parti de Jaurès, transformé en fédération d’élus locaux, a résisté à l’implosion. C’est qu’il vaut toujours mieux paraitre uni pour conserver ses prébendes que de partir à l’aventure pour défendre ses idées. C’est pour avoir fait cette erreur de prospective que le Modem s’est trouvé isolé et marginalisé pendant cinq longues années.

La campagne qui s’achève devait donner le signe du renouveau. L’incroyable élimination du favori pour cause d’obsession sexuelle, lui ouvrait un boulevard. Cependant, ne disposant pas de la force de frappe colossale de médias vassaux, François Bayrou ne put lutter pour s’imposer comme l’alternative au Président sortant et il fut vite dépossédé de ses attributs de premier anti-sarkoziste primaire du pays, par le gars qui se prétendait normal bien qu’ayant dirigé le PS pendant dix ans. Aussi ne lui restait-il plus que son credo sur la dette. Hélas, là aussi, il ne suffit pas d’avoir été le premier pour convaincre que l’on a des solutions. Pour avoir, comme les autres, refusé de dire dans quels budgets il couperait pour faire reculer les dépenses, il a perdu et sa singularité et sa crédibilité.

Un seul but : survivre

Dans ces conditions et alors que son « magot » électoral fond comme neige au soleil, il ne lui reste plus qu’à vendre sa peau au plus offrant. A ce petit jeu, force est de constater que l’UMP a mis les bouchées doubles. Cet exercice de séduction est plus naturel à des ex gaullistes – la force de l’habitude sans doute – qu’à des socialistes aiguillonnés par l’intransigeant Mélenchon. Il est quand même notable, dans cette Union pour Ma Personne, que toutes les ambitions se soient tues pour proposer Matignon à Bayrou. Faut-il qu’ils se croient à la rue ! En réalité, la stratégie de premier tour du Président prend tout son sens, à l’aune de ce que l’on pressent du second. Il ne va pas avoir à concilier l’inconciliable  entre des centristes humanistes et une droite extrême nationaliste. L’arrivée de François Bayrou et sa conversion au « ravages » d’une immigration incontrôlée, tout en lui ralliant les centristes, crédibilisera sa danse de séduction autours de l’électorat frontiste sur l’air du « regardez, cette foi je suis sérieux, j’ai même convaincu Bayrou ».

Pour le Béarnais le calcul est tout autre. Soit le 6 mai Sarkozy est battu et il ne doit pas apparaître comme celui par qui le désastre est arrivé, au risque de ne plus être audible dans la reconstruction qui s’en suivra à droite (Chevenementisation). Soit, face à la crise économique, il rejoint le « candidat de la raison » pour éviter l’aventure socialiste et il aura sauvé les meubles. Là encore deux scénarii se dessinent. Soit son renfort n’a pas suffi et il peut alors espérer capitaliser sur son « abnégation » pour recueillir tous les « humanistes » orphelins d’une UMP en ruine. Soit Sarkozy l’emporte et il aura, en tant que faiseur de roi les clefs de Matignon … du moins jusqu’aux législatives.

La politique est un éternel recommencement, surtout quand on est au Centre. Cette fois ci, c’est sur l’implosion de l’UMP et ses conséquences que mise le leader du Modem. Nous notons cependant que les conséquences pratiques de cette stratégie, ne sont pas du tout les mêmes qu’en 2007. A cette époque elle avait conduit au refus d’une consigne de vote, aujourd’hui elle impose un ralliement. Nous en déduisons donc aisément que malgré tout le baratin  que l’on nous sert depuis 10 ans, Bayrou reste de droite et que sa seule ambition est de parvenir à recréer, à son profit, l’UDF giscardienne face à la résurgence d’un pôle gaulisto-lepeno-souverainiste. En politique, on échappe parfois à son destin, jamais à ses racines.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Bonne analyse, mais est ce qu’il ne prendrait pas un risque personnel énorme à devenir premier ministre d’un gouvernement qui va tout simplement se prendre un tsunami économique et financier sur la tête.
    N’a t’il pas intérêt à attendre 5 ans (voir moins selon les circonstances), mais en commençant sa campagne beaucoup plus tôt.
    Franchement je ne voudrais pas être le prochain premier ministre.

  • La droite va rassembler tous les tenants de la centralisation des moyens de productions et de gestion, de l’industrie à l’État-Nation. Il faudrait pour cela que le parti du vainqueur éclate avec celui du vaincu, c’est possible mais peu probable avant 2 ans, quand toutes les politiques de rigueur et d’économie as-usual auront montré leur inefficacité.
    Le rassemblement à gauche se fera sans doute autour du concept de la gestion collective et locale des moyens de production et de gestion des interdépendances, dans une idée d’organisation en réseau. On y retrouverait évidemment les écologistes, mais aussi la nouvelle génération de socialistes, les libéraux de l’UMP qui n’ont pas perdu le lien avec les entrepreneurs et, hélas, quelques humanitaristes qui n’ont rien compris à l’histoire.
    Je pense que Bayrou peut tout à fait accompagner le centre dans sa réforme libérale libérée de la protection des intérêts des grandes entreprises, avec une idée de régionalisme encore territoriale et un fédéralisme européen minimal. Il faudrait donc intégrer ce qu’on appelle aujourd’hui le « partir pirate » et la profonde dynamique d’individualisation des moyens de production en général.
    Compte tenu de ces 3 mouvements que j’aimerais voir arriver (mais je ne sais pas si les français sont prêts à ce genre de rupture cognitive) Bayrou ne devrait pas se rallier à Sarkozy. D’une part le PS a plus de chances d’éclater même en étant vainqueur que l’UMP, qui a besoin de la défaite, d’autre part parce que pour exister il doit justement prendre le virage actuel de la position centriste qui va être celui de tout les pays industrialisés.

  • Un nouvel article d’un petit auteur

  • Hum, intéressant article, mais je crois que l’ego de Bayrou est trop sur dimensionné et sa haine de Sarkozy trop tenace pour qu’il se décide à pencher en faveur du nabot au second tour.
    Je pense qu’il fera comme en 2007, pas de consigne de vote

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Il s’ennuyait ferme, notre François Bayrou national, dans son grand bureau de l’hôtel Beistegui. La vue imprenable sur la place des Invalides et la Tour Eiffel avait beau être l’une des plus belles du Paris gouvernemental, la proximité avec l’Assemblée nationale avait beau être sinon stratégique du moins fort appréciable, sa table de travail restait désespérément vide de tout dossier important malgré sa double fonction de Haut-commissaire au Plan depuis septembre 2020 et de président du Conseil national de la Refondation depuis trois mois.Poursuivre la lecture

On attendait une rencontre sportive, on a droit à un numéro de cirque tragico-comique supervisé par le Qatar et ses différents soutiens. Entre les faux supporters qui défilent, les sponsors floués au dernier moment et un président de la Fifa qui joue grossièrement la carte de l’antiracisme woke pour répondre aux critiques adressées au Mondial dans le domaine des droits de l’Homme, le spectateur a droit à une suite de sketches en marge des matchs programmés.

🗣 “Today I feel Qatari. Today I feel Arab. Today I feel Af... Poursuivre la lecture

Un entretien avec Guillaume Kiefer, libéral au sein du parti Les Républicains.

Dans une récente tribune co-signée avec François-Xavier Bellamy et Julien Aubert, Bruno Retailleau inventorie le bilan des deux derniers présidents de droite : Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

 

Contrepoints : Cette tribune est-elle la démonstration que la droite est en train de se guérir de sa passion pour les hommes providentiels ?

Guillaume Kiefer : Tout d’abord, d’une certaine manière je pense que cet inventaire est salutaire ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles