Grosse fatigue libérale

imgscan contrepoints393 libéralisme

Le libéralisme n’a que peu de choses à voir avec l’économie, c’est une philosophie. Et peu importe qu’on se réclame de l’école autrichienne, du libertarianisme ou du monétarisme.

Le libéralisme n’a que peu de choses à voir avec l’économie, c’est une philosophie. Et peu importe qu’on se réclame de l’école autrichienne, du libertarianisme ou du monétarisme.

Par Charles Gave.
Article publié en collaboration avec l’Institut des Libertés.

Dés que l’on pénètre dans le monde libéral en France, les questions fusent :

« Êtes-vous un « Autrichien » ? Ou un libertarien ? Ou pire encore un monétariste ? On nous a rapporté que vous offriez des sacrifices propitiatoires sur des autels dédiés à Milton Friedman. Est-ce vrai ? Que pensez-vous de Murray Rothbard, ou  de Gary Becker. Quid de Ron Paul ? »

La réponse est toujours la même : J’ai lu, parfois admiré tous ces auteurs dont certains m’ont beaucoup appris et cela n’a rien changé à ce que je suis au fond de moi-même, c’est-à-dire un Libéral, ni ultra ni infra, ni éclairé, ni éteint, juste un libéral.

Mais qu’est-ce que cela veut dire être un libéral ? C’est tout simple. Cela veut dire que le bien ultime est la Liberté et que la liberté ne peut s’exercer qu’au niveau de l’Individu. Il n’y a pas de liberté collective. Le libéralisme et l’individualisme (qui n’a rien à voir avec l’égoïsme) ne font donc qu’un.

Qu’est-ce que cherche à faire le libéralisme ? Encore une fois, la réponse est toute simple : à domestiquer ces monstres sans cervelle que sont le capitalisme et l’État. Le capitalisme n’est ni bon ni mauvais, c’est un outil, comme un marteau ou une scie. Mais la bête a une force prodigieuse et il faut qu’elle ait un dompteur, et ce dompteur c’est le DROIT. Quant à l’État, c’est un animal très dangereux puisqu’il a le monopole de la violence légale.

La quasi-totalité des grands penseurs du libéralisme (Montesquieu, Turgot, Constant, Tocqueville, Bastiat,  et plus récemment Raymond Aron,  Bertrand de Jouvenel ou J.-F. Revel) étaient avant tout des philosophes du Droit. Les questions à laquelle ils ont tous essayé de répondre étaient toujours les mêmes et les voici :

  • Comment empêcher l’alliance entre les possédants et l’État, les possédants voulant transformer leurs profits en rente ?
  • Comment empêcher ceux qui ont le contrôle de l’État de prélever les plus values engendrées pour assurer leur fortune ou leur réélection et/ou mettre le reste de la population en esclavage ?
  • comment permettre à ceux qui n’avaient rien au départ de participer au jeu et d’en profiter au même titre que ceux qui avaient beaucoup ?

La réponse a toujours été la même : le Droit, toujours le Droit.

Le libéralisme n’a donc que peu de choses à voir avec l’économie. Il se borne à dire que le Droit de Propriété garanti par une justice indépendante est absolument nécessaire à la croissance économique (voir Hernando de Soto)  et que les droits de l’Individu sont antérieurs et supérieurs à la Loi ou à l’État.

Le libéralisme est de fait une philosophie qui s’applique à trouver les meilleures règles pour que chaque individu atteigne la plénitude de son développement potentiel. Il se trouve que l’application de ces règles juridiques à l’économie permet la croissance et la hausse du niveau de vie de tout le monde, et que si elles ne sont pas appliquées, la misère et l’injustice sévissent comme toute étude historique le montre. Mais ce résultat heureux n’est que la  conséquence de la prééminence du DROIT .

Le libéralisme, c’est donc la primauté de l’Individu encadrée par des règles de Droit qui s’appliquent également à tout le monde.

Et c’est pour ça que je suis libéral.

C’est le seul système philosophique mettant la personne humaine, l’individu, en son centre, exactement comme le christianisme (voir un Libéral nomme Jésus). Tous les autres systèmes – théocratie, aristocratie, ploutocratie, communautarisme, socialisme, communisme, étatisme – en ne mettant pas la liberté individuelle au cœur arrivent toujours à des abominations.

C’est ce que nous allons redécouvrir en France très bientôt.


Sur le web