Internet: il faut craindre une bulle 2.0

Dur de ne pas voir dans les valorisations actuelles les signes d’une bulle technologique 2.0.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Internet: il faut craindre une bulle 2.0

Publié le 12 avril 2012
- A +

Si vous ne voyez pas dans les valorisations actuelles les signes d’une bulle technologique 2.0, je me dis que je ne suis pas seul, finalement, à perdre la mesure des chiffres qu’on nous balance jour après jour.

Par David Descôteaux, de Montréal, Québec.

C’est beaucoup, un milliard ? Honnêtement, je ne sais plus. Depuis 2-3 ans, on nous bombarde de chiffres qui ne rentreraient même pas sur une ligne de mon « cahier Canada » au primaire.

Huit cent milliards pour des plans de relance, dette publique de dizaines de billions, des trillions de dollars de produits dérivés qui menacent le système financier, des billions par-ci, des trillions par-là, des gonzillions…

Alors un milliard de dollars, c’est beaucoup ? Pour une application informatique gratuite, qui ne génère aucun revenu, il me semble que oui. C’est pourtant le prix qu’a payé Mark Zuckerberg, le grand sorcier de Facebook. Pour acheter Instagram, une application pour iPhone ou iPad (et tout récemment, pour Androïd aussi) qui permet de partager vos photos prises avec votre téléphone intelligent. Et de les enjoliver un peu au passage.

Un start-up fondé il y a à peine deux ans par un étudiant de Stanford, Kevin Systrom. Il a 27 ans. Et lui, ne s’en fait pas trop pour son régime de retraite.

Je n’avais jamais entendu parler d’Instagram avant cette nouvelle. Jamais utilisé. Mais l’application compte tout de même 30 millions de membres, selon Bloomberg. C’est surtout un bond spectaculaire par rapport aux quatre millions d’il y a un an.

Alors un milliard, ça paraît gros. Mais quand Facebook lui-même prévoit valoir 100 fois plus lorsqu’il sera en bourse, on se dit que finalement, un milliard c’est peu. Dans le monde un peu fou de Silicon Valley.

Désespéré ou brillant ?

Zuckerberg, à quelques semaines du lancement de son bébé Facebook en bourse, a-t-il payé trop cher pour Instagram ? Les milliards de dollars brûlent-ils les doigts du jeune PDG, qui fêtera ses 28 ans dans un mois? Sur son mur Facebook, Zuckerberg affirme qu’il ne prévoit pas faire d’autres acquisitions de cette envergure. Il explique qu’Instagram va s’intégrer à Facebook, mais l’application va aussi poursuivre son développement de façon indépendante. Les usagers, par exemple, pourront toujours partager leurs photos sur d’autres réseaux sociaux.

Ou, comme on pouvait lire sur Twitter : « Facebook achète Instagram pour réunir parfaitement la photo de votre souper, et vos amis qui ne veulent pas la voir »…

Certains parlent d’une excellente acquisition. Qui va corriger ce que plusieurs perçoivent comme une faiblesse de Facebook, soit l’expérience de partage de photos prises à partir d’un appareil mobile. Selon l’analyste Mary Meeker, en 2013 la majorité des gens naviguant sur Internet le feront partir de leur appareil, et non avec leur ordinateur à la maison, écrit Nicholas Carlson, de Business Insider.

Un geste désespéré ? Brillant ? Les experts technos sont mieux placés que moi pour en juger.

Mais le parallèle est inévitable avec bulle techno qui a éclaté en 2000, et qui a gâché la vie de tellement de petits épargnants. LinkedIn (4,5 milliards $), Tweetdeck (40 millions $),  Skype (4,5 milliards), Facebook qui s’apprête à entrer en bourse et vaudrait 100 milliards $, le titre d’Apple qui bat des records chaque jour…

Si vous n’y voyez pas les signes d’une bulle technologique 2.0, je me dis que je ne suis pas seul, finalement, à perdre la mesure des chiffres qu’on nous balance jour après jour.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Toute entreprise qui ne génère pas de bénéfices n’est pas intéressante économiquement.
    Toute entreprise qui ne génère que du trafic virtuel est un attrape nigaud !!!

    Facebook revend (illégalement) des informations récupérées (illégalement) auprès des utilisateurs.
    Ce site génère bien plus de trafic qu’il n’est rentable. C’est un attrape nigaud boursier!!!
    Son entrée en bourse va faire exploser la bulle internet actuelle, qui est fondée sur les mêmes bases que la précédente.
    A croire que les « grands financiers » et les « petits porteurs » n’ont rien appris !!!

    • Bah, en se basant seulement sur des valorisations qui paraissent astronomiques, on peut pas en déduire grand chose, si ce n’est qu’elles sont astronomiques.

      Faudrait comparer ça aux résultats réels d’une entreprise comme facebook.

      Le principe des start ups, c’est qu’elles ne génèrent aucun chiffre d’affaire pendant de longues années, donc pour les investisseurs il y’a beaucoup de devinettes et d’estimations en fonction du potentiel plus que de la réalité. Je doute qu’Instagram ait jamais généré de revenus proportionels a sa valorisation, étant une petite structure récente, Par contre si Facebook ne génère aucun revenu après si longtemps, aucun investisseur ne s’y risquerait a mon avis.

  • Hhhmm ouais ça sent la grosse bullasse en effet à part si ils ce diversifient, un peu comme google mais ça va être très dur et entre nous créer Facebook n’a pas vraiment demandé des efforts imaginatif et intellectuel énorme.
    Plein de gens avez fait des sites dans ce genre, c’est juste le premier geek à avoir eu l’idée de ce faire du blé avec en faite.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

C’est la dernière nouvelle de la messe Apple 2022. L’entreprise lance son service passkey pour permettre à des sites internet d’utiliser les capteurs biométriques FaceID ou TouchID pour s’authentifier. L’objectif est clair : tuer les mots de passe.

Mais pourquoi vouloir tuer les mots de passe ? Est-ce une lubie californienne ? Les GAFAM ont-ils des arrière-pensées ?

 

Qui veut tuer les mots de passe ?

Un site internet gère des milliers d’utilisateurs, toutes les données sont ... Poursuivre la lecture

Après la présentation, ainsi que des analyses précises et détaillées portant sur les enjeux liés aux techniques et technologies du numérique, objets d’un premier volume, puis la portée économique prodigieuse de ces technologies, étudiées dans un second tome, cette importante somme de connaissances et de réflexions se poursuit à travers ce troisième et ultime volume, consacré aux enjeux sociétaux et aux nombreuses questions que soulève la pratique du numérique.

Réunissant une nouvelle fois les contributions de multiples spécialistes ven... Poursuivre la lecture

Il y a 20 ans, presque jour pour jour, la Commission européenne imposait une amende record de 497 millions d’euros à Microsoft et lui imposait de produire une version de Windows sans Internet Explorer et sans Windows Media Player.

Ceci mettait fin à des années de procédures antitrust et arrivait à contre-temps alors que la concurrence avait déjà amplement limité le monopole de Microsoft sur ces deux produits.

Quelle ironie que Microsoft ait récemment renoncé à mettre à jour Internet Explorer et ait choisi de le remplacer par Edg... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles