Les femmes sont-elles victimes de la mondialisation ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
mondialisation

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les femmes sont-elles victimes de la mondialisation ?

Publié le 11 avril 2012
- A +

Selon ses détracteurs, la mondialisation, en libéralisant les flux de commerce et d’investissement et en exacerbant la concurrence internationale, a creusé les inégalités entre hommes et femmes, poussé celles-ci vers le travail informel et précaire, ce qui a débouché sur la féminisation de la pauvreté. Peut-on vraiment affirmer que les femmes sont victimes de la mondialisation ?

Par Hicham El Moussaoui
Publié en collaboration avec UnMondeLibre

Souvent les altermondialistes mettent en avant le développement de la sous-traitance et des zones franches économiques (ZFE) comme le témoin de l’exploitation de la femme par le système capitaliste véhiculé par la mondialisation. Ils vont plus loin dans leur raisonnement en soutenant que le développement de ce modèle économique a fini par jeter une majorité des femmes dans la pauvreté.

À entendre ce raisonnement l’on croirait qu’auparavant les femmes étaient riches et que suite à la mondialisation elles se sont appauvries. Or, l’on sait que la condition de la femme avant l’essor de la mondialisation a été pire qu’aujourd’hui, et que grâce aux opportunités d’emploi offertes par l’extension des marchés, permises par la mondialisation, le taux d’activité des femmes s’est amélioré même si la situation reste perfectible (par exemple, leur taux d’activité est passé de 53,5 à 53,9% entre 1993 et 2003). L’accès à davantage d’emplois, même s’ils sont informels ou précaires, a donné aux femmes la possibilité de générer un revenu propre, ce qui a permis d’accroître leur autonomie et améliorer leur niveau de vie. Par ailleurs, la mondialisation a réduit la pauvreté contrairement à ce que soutiennent les altermondialistes : en Inde par exemple, le taux de pauvreté est passé de 51% en 1977 à 26% en 1999-2000 (Bhagwati, 2010).

Enfin, quand les altermondialistes soutiennent que la mondialisation a creusé les inégalités entre les hommes et les femmes, il faut leur demander par rapport à quel point de référence ils font la comparaison. Car s’ils comparent avec une situation où les femmes travaillaient gratuitement, il devient évident que la mondialisation a permis de réduire le fossé béant entre la rémunération versée à qualifications égales aux hommes et aux femmes. Par ailleurs, si les entreprises se faisant concurrence au niveau mondial remplacent de plus en plus de main-d’œuvre masculine par de la main-d’œuvre féminine moins onéreuse, cela a pour effet d’augmenter peu à peu les salaires des femmes.

Donc, la question pertinente à poser n’est pas de savoir si les femmes sont victimes ou non de la mondialisation, mais pourquoi elle ne leur profite pas davantage ?

La réponse réside dans la persistance du système patriarcal, d’une part, et la faiblesse de l’état de droit, d’autre part. En effet, la nature précaire et informelle du travail des femmes s’explique par le système patriarcal véhiculant une division sexuelle du travail reposant sur deux principes : le principe de séparation et le principe de hiérarchie. Le premier assigne prioritairement les hommes à la sphère productive et les femmes à la sphère reproductive. Selon le second, un travail d’homme vaut plus qu’un travail de femme.  Par conséquent, on comprend mieux pourquoi malgré l’existence d’opportunités d’emploi, les femmes s’en trouvent exclues ou réduites à des emplois précaires ou marginaux.

Toujours du fait de ce système patriarcal, les femmes continuent dans certains pays, d’avoir un statut de mineures de par les lois nationales ou les codes religieux, au sein de leur famille et dans la sphère publique, ce qui les exclut de la transmission de richesses via l’héritage, notamment au Moyen Orient et dans les pays musulmans. Cela les empêche quelquefois de travailler ou d’avoir accès à la propriété, aux crédits ou à la terre (les femmes perçoivent 10% de la masse salariale mondiale et possèdent 1 % de la richesse de tous les pays).

La discrimination envers les femmes s’explique en amont par le déni de leur droit à l’éducation (70% des analphabètes sont des femmes), ce qui les handicape dans leur accès aux opportunités d’emploi. Par ailleurs, les stéréotypes sexistes issus du patriarcat les confinent dans des filières dites féminines, tournées vers les services, peu qualifiantes et peu rémunérées. Par conséquent, l’existence de l’exploitation et la discrimination des femmes est bien antérieure non seulement à la mondialisation, mais également au capitalisme si l’on en juge par l’antériorité du patriarcat.

À travers le monde, les femmes comptent pour 49,6% de la population, mais seulement 40,8% des actifs employés dans le secteur formel (Banque Mondiale, 2012). Cette faible participation des femmes n’est pas la conséquence de la mondialisation, qui a accru le taux d’activité des femmes, mais bel et bien des inégalités des hommes et des femmes devant le droit. En témoigne que les économies les plus compétitives à l’échelle mondiale, celles qui profitent le plus de la mondialisation,  sont aussi celles ou l’écart d’opportunité entre hommes et femmes est le moindre. Selon le rapport de la BM « Women, Business and the Law 2012: Removing Barriers to Economic Inclusion », seulement 20 des 128 économies étudiées ont les mêmes droits juridiques pour les hommes et les femmes dans plusieurs domaines importants pour les entrepreneurs et les travailleurs.

Comment espérer que la mondialisation profite aux femmes  alors que dans un certain nombre de pays africains, comme le Rwanda, le Cameroun et le Togo, les hommes ont le droit légal d’interdire à leurs épouses de travailler ? L’accès inégal des femmes à la propriété, au crédit, les pousse forcément vers le travail informel. Donc le problème n’est pas la mondialisation, mais l’hostilité de l’environnement juridique des affaires aux femmes. Les régimes corrompus, les bureaucraties et l’absence d’état de droit qui favorisent les monopoles et les privilèges rendent l’investissement pour les femmes très couteux : elles se trouvent donc exclues des opportunités d’investissement offertes par la mondialisation.

Somme toute l’on s’aperçoit bien que poser les femmes comme victimes de la mondialisation est un faux problème. Le véritable enjeu est institutionnel dans le sens où persistent des institutions formelles et informelles qui consolident la marginalisation et la discrimination des femmes. Celles-ci ne pourraient jamais profiter des opportunités offertes par la mondialisation tant qu’il n’y a pas une réforme institutionnelle radicale favorable à l’accès de la femme au triptyque : éducation, travail et propriété.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Demandez à ces femmes qui organisent la vente de fringues chinoises sur les marchés, ont toutes leur business, et détiennent dans plus pays africains 90 % de la reichesse nationale, si la mondialisation leur fait peur !

    Ce féminisme neuro-dépressif en chambre ne peut être le fait que de gens ui ne sortent jamais de chez eux !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

Depuis plusieurs jours, les médias et les réseaux sociaux crachent leur haine sur le milliardaire Elon Musk après son rachat de Twitter. N’aurait-il pas pu régler tous les problèmes du monde avec ces 44 milliards d’euros ?

À la base de ce déferlement, la haine de la liberté, l’ignorance de l’économie.

 

Merci au capitaliste !

Soyons clairs : Musk fait davantage pour le pouvoir d'achat de l'individu lambda que tous les syndicalistes et hommes politiques du monde, et davantage pour l'écologie en aidant à fournir des mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles