Dette et dépenses de l’État : apprendre des expériences internationales

La réduction des dépenses publiques est le moyen le plus efficace pour réduire le ratio d’endettement de l’État

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints434 dépense publique

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dette et dépenses de l’État : apprendre des expériences internationales

Publié le 29 mars 2012
- A +

Quarante années d’expériences dans plus de vingt pays montrent que la réduction des dépenses de l’État, sans hausse d’impôts, est le moyen le plus efficace pour réduire le poids de la dette publique.

Par Alex Korbel

La dette de l’État français est passée de 20% du PIB en 1978 à 86,2% en 2011 (87% en 2012). Le service de la dette devient le premier poste du budget (46,9 milliards d’euros), devant celui de l’Éducation nationale (44,5 milliards) et de la Défense (30,1 milliards).

La République française n’est pas le premier État aux prises avec un ratio d’endettement (dette publique/PIB) dangereux.  Heureusement, le monde universitaire a déjà mis en évidence ce qui peut être fait pour réduire ce ratio tout en ayant un effet bénéfique pour l’économie du pays.

Alberto Alesina et Silvia Ardagna, de l’Université Harvard aux États-Unis, ont examiné 107 plans gouvernementaux visant à réduire la dette publique dans 21 pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) entre 1970 et 2007. Leur étude est gracieusement disponible en ligne.

Leurs résultats laissent entrevoir que les réductions d’impôt sont plus favorables à la croissance que l’augmentation des dépenses de l’État dans le cas d’une relance budgétaire.

Ils ont aussi constaté que la réduction des dépenses de l’État est le moyen le plus efficace pour réduire le ratio d’endettement :

Nous montrons que les réductions de dépenses publiques sont beaucoup plus efficaces que les hausses d’impôts afin de stabiliser la dette de l’État et d’éviter les ralentissements économiques. Mieux, nous présentons plusieurs cas où la réduction des dépenses de l’État adoptée afin de réduire le déficit public a provoqué une forte croissance économique en lieu et place d’une récession. (Source, page 3)

La conclusion de l’étude montre que dans les cas où les plans de réduction du ratio d’endettement réussissent (une réussite étant définie comme la réduction cumulative du ratio d’endettement d’au moins 4,5 points sur trois ans), ils sont le résultat d’une baisse de deux points de PIB des dépenses publiques et d’une baisse d’un demi-point des rentrées fiscales.

Les plans de réduction du ratio d’endettement infructueux (aboutissant à une augmentation cumulative du ratio d’endettement de l’État), eux, sont le fruit de réductions des dépenses de l’État plus faibles (0,8 points de pourcentage en moyenne) et d’une importante augmentation des recettes fiscales (1,4 points).

Le Fonds monétaire international (FMI) est arrivé à des résultats similaires et indique que l’ajustement budgétaire que doivent réaliser beaucoup de pays aujourd’hui a en réalité de nombreux précédents :

Au cours des trois dernières décennies, il y a eu 14 exemples dans des pays développés (et 26 exemples dans des pays en voie de développement) où les États ont fait baisser de sept points de pourcentage leur ratio d’endettement.  Plusieurs pays ont également été en mesure de maintenir d’importants excédents budgétaires sur plus de cinq années suivant la mise en œuvre de ces mesures (…). (Source, page 5)

Les plans de relance basés sur l’augmentation des dépenses de l’État et l’augmentation du fardeau fiscal ne fonctionnent pas. Les gouvernements japonais, européens et américains les ont mis en application, sans succès.

Il est maintenant temps de tirer les leçons de quarante années d’expériences dans plus de vingt pays et d’enfin réduire les dépenses de l’État et le fardeau fiscal pour renouer avec la croissance économique et le progrès social.

—-
Article publié initialement le 28 février 2012 sur 24hgold.com.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gustave Le Bon (1841-1931), souvent réduit de nos jours à l’auteur d’un seul livre, la Psychologie des foules (1895), fut aussi un observateur des phénomènes politiques et sociaux de son temps, de même qu’un penseur de la psychologie de l’être humain et des sociétés humaines que l’on peut rattacher au courant intellectuel de l’individualisme libéral.

Face à l’extraordinaire montée en puissance des États de par le monde depuis le début de la crise sanitaire, et devant la recrudescence d’un anticapitalisme et d’un antilibéralisme nourris... Poursuivre la lecture

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Telle est la conclusion que l’on peut tirer de la publication par le Bureau des Statistiques de l’ONU d’une étude sur l’évolution des PIB par habitant de divers pays, examinée sur une longue période. Ce n’est d’ailleurs pas surprenant car l’on voit bien que tous les clignotants de l'économie française sont au rouge, et que la dette de la France ne cesse de croître, d’année en année. Et l’on voit les habitants  réclamer en permanence une amélioration de leur pouvoir d’achat.

 

L’observation des données sur le temps long

Pour... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles