Vent de révolte contre la dette aux États-Unis

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vent de révolte contre la dette aux États-Unis

Publié le 27 mars 2012
- A +

Plusieurs États poussent en faveur d’une modification de la Constitution américaine, qui obligerait Washington à faire valider par les États la hausse du plafond de la dette publique. Un moyen puissant pour empêcher son envolée continue.

Par Pierre-Yves Saint-Onge.

Un mouvement se déclenche tranquillement aux États-Unis contre l’expansion de la dette du gouvernement fédéral. Plusieurs États ont approuvé le “National Debt Relief Amendment”, une demande de modification de la constitution qui forcerait, en 18 mots seulement, le gouvernement fédéral à avoir l’appui d’une majorité des États avant d’augmenter la dette nationale. Le texte en question:  “An increase in the federal debt requires approval from a majority of the legislatures of the separate states.”

Selon le sénateur du Dakota du Nord Curtis Olafson: “Our Founders wisely foresaw that they would need to include in the Constitution a method to empower the American citizens to rein in an overreaching federal government. Article V, via the state legislatures, the government closest to the people, gives us that power. If ever there was an issue for which we should be invoking the power of Article V, it is our out-of-control federal debt crisis.”

L’année dernière, les assemblées du  Dakota du Nord et de la Lousiane l’ont approuvé. Avec l’appui de 36 autres législatures, cet amendement prendra effet. Cette année, l’amendement a passé les sénats de l’Arizona et de l’Oklahoma.

Selon cet article V de leur constitution, une super-majorité des États peut demander un amendement, sans devoir réviser le document dans son ensemble, ce qui serait un exercice très dangereux.

Comment réagira Washington ? C’est à suivre. Répondraient-ils à un refus d’augmenter le plafond de la dette en coupant dans les budgets envoyés aux États pour commencer ? Ça ne serait pas la première fois : dans les années 70, quand certains États ont rouspété après l’insistance du gouvernement central de baisser la limite de vitesse à 55mph, ils ont simplement menacé de couper les fonds de construction des autoroutes aux États qui ne se pliaient pas.

Il faut croire que c’est partout pareil… au Québec, ça marche à l’envers par contre: quand le gouvernement veut couper dans les commissions scolaires, celles-ci nous disent qu’ils n’auront pas le choix de couper dans les services…


Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle. Un article de Mises.org

Aucune économie n'a été capable d'ignorer une bulle immobilière, encore moins de la compenser et tout en poursuivant sa croissance, le tout en remplaçant un secteur immobilier en ruines par d'autres pans de l'économie. Les économies lourdement réglementées, de l'Islande à l'Espagne, n'ont pas réussi à contenir l'impact négatif de l'effondrement du secteur immobilier. Il en sera de même pour la Chine.

Il y a trois problèmes dans le domaine de l’immobilier en Chine : la taille massive du... Poursuivre la lecture

Par Gérard Dréan.

Je retrouve cette lettre de Thomas Jefferson à James Madison, qui figure dans un recueil de ses écrits politiques que j’avais eu le plaisir de traduire en 2006. Elle prend un relief particulier avec d’une part l’accumulation des dettes et d’autre part la crise climatique.

Thomas Jefferson a été le troisième président des Etats-Unis (de 1801 à 1809). C’est aussi un grand penseur (libéral) des Lumières et une personnalité fascinante. Il était à l’époque ambassadeur des Etats-Unis en France. Le destinataire était ... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

Pour William Doyle, la Révolution française n’a pas commencé le 14 juillet 1789 car à cette date « l’Ancien Régime était déjà en ruine, au-delà de tout espoir de reconstruction ».

Le point de départ remonte au 20 août 1786, le jour où le Contrôleur général des Finances, Calonne, avouait à Louis XVI le désastre financier. Même si l’administration royale, par son fonctionnement très particulier[1. Il n’y avait pas d’administration centrale, les finances étaient administrées par des financiers indépendan... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles