Ne laissons pas le terrorisme gagner sa non-guerre !

Sur le territoire occidental aussi bien qu’en dehors, des gens détestent à ce point notre mode de vie qu’ils sont prêts à trahir les principes de l’islam, ou au moins à en tordre le bras, pour justifier des crimes qui ont un but et un seul : nous faire abandonner nos libertés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mohamed Merah (Non datée, Le Figaro)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ne laissons pas le terrorisme gagner sa non-guerre !

Publié le 23 mars 2012
- A +

Sur le territoire occidental aussi bien qu’en dehors, des gens détestent à ce point notre mode de vie qu’ils sont prêts à trahir les principes de l’islam, ou au moins à en tordre le bras, pour justifier des crimes qui ont un but et un seul : nous faire abandonner nos libertés.

Par le Parisien Libéral.

Mohamed Merah (Non datée, Le Figaro)

Avant toutes choses, félicitons les forces de l’ordre pour le travail effectué, et pour la mise hors d’état de nuire du terroriste de Toulouse.

Ceci étant dit, ne tombons pas dans le piège d’« un fait divers – une loi. », comme dirait Maître Eolas.

Aurait-il été possible de détecter les plans de Mohamed Merah avant qu’il passe à l’acte ? Oui, peut-être. Si la DCRI mettait un policier derrière chaque personne suspecte, alors on aurait su, dès que le tueur de Toulouse eut commencé sa chevauchée infernale, que quelque chose se préparait.

On voit bien que cela n’est ni réaliste, ni souhaitable. La DCRI a sans doute des milliers d’hommes sur le terrain, chargés de surveiller des dizaines de milliers de cas suspects, et elle empêche probablement des centaines de cas dont nous n’entendons jamais parler, et pour cause : ils n’ont pas eu lieu.

De plus, grâce à Mohamed Merah, la marque Al Qaeda revient sur le devant de la scène. N’oublions pas qu’Al Qaeda n’est pas McDonald’s, ni l’Armée. C’est manifestement, disent les spécialistes, un groupe horizontal et non pas pyramidal ou vertical, et une sorte de franchise sans droit d’entrée à payer, ni charte commune en dehors de la fascination pour la violence, et ce soi-disant au nom de l’islam.

Ce qui est sûr, c’est que sur le territoire occidental aussi bien qu’en dehors, des gens détestent à ce point notre mode de vie qu’ils sont prêts à trahir les principes de l’islam, ou au moins à en tordre le bras, pour justifier des crimes qui ont un but et un seul : nous faire abandonner nos libertés. Les terroristes savent très bien que, conventionnellement, jamais ils ne gagneront une guerre contre l’US Army ou contre les Forces armées françaises. La supériorité technologique est manifeste. Non, leur combat est ailleurs. Il s’agit de nous ramener à leur niveau, à un régime de terreur. À chaque fois que nous adoptons une loi liberticide, nous nous rapprochons d’eux.

Comme Libertés Chéries le blog, on peut s’interroger sur la volonté du Président de la République de vouloir, par exemple, créer un délit de voyage à l’étranger pour y suivre des travaux d’endoctrinement. Tous les ans, des jeunes vont à l’étranger pour s’endoctriner volontairement, y compris des libéraux. Et si (ou plutôt quand) l’extrême gauche communiste arrive au pouvoir, cette loi ne se retournerait-elle pas contre les libéraux et les conservateurs qui vont faire un séjour à Washington chez leurs homologues du GOP ou des libertarians ?

Il ne faut pas tirer de conclusion de portée générale de cette tragique affaire de Toulouse. Mohamed Merah n’est pas un idéologue, c’est un fou. Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur de ce monde. Désigner un meurtrier comme « activiste d’une cause » est grave de conséquences. Nous avons déjà toutes les lois possibles pour lutter contre le terrorisme. C’est Lionel Jospin (de gauche donc « humaniste »…) qui a autorisé la police à fouiller les coffres de voiture sans motif préalable. Sommes-nous plus en sécurité pour autant ?

Chez les libéraux, nous avons en tête la maxime suivante :  Ceux qui renoncent à leur Liberté au nom de leur Sécurité ne gagnent jamais en Sécurité. Ils se contentent de perdre leur Liberté. Ne laissons pas les hommes politiques satisfaire leur penchant naturel pour toujours plus de pouvoir.

Quant au terrorisme même, tout est si relatif ! N’oublions pas que nous avons finalement fait la guerre à Khadafi non parce qu’il a assassiné les passagers de vol UTA, non parce qu’il avait pris en otage deux Suisses innocents, mais parce que ses crimes, chez lui, sur son propre peuple, étaient devenus trop gênants.


Sur le web

Lire le reste de nos articles sur l’affaire

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • On ne peut être humaniste et de gauche, c’est philosophiquement 2 principes contraires.

    Quand on est de gauche, on nie l’individu, or l’individu est le principe même de l’humanisme.

    C’est Benjamin Franklin (vrai et grand humaniste, lui, donc libéral) qui disait :

    « Ceux qui sacrifient un peu de leur liberté pour plus de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre et les perdrons toutes les deux … »

  • D’un autre coté on a pas besoin d’être siglé DCRI pour surveillé quelqu’un..La France est le pays le plus fliqué d’Europe…

  • Excellent article, qui montre bien en quoi les propositions du genre celle faite par Sarko 1er sont in fine des victoires pour les islamistes.

    • Montauban, Toulouse, comme les évènements de Londres, de Barcelone, etc. ad nauseam montrent surtout que le concept de société ouverte, de libre circulation des individus ne vaut que dès lors il est partagé par des individus qui jouent le jeu parce qu’ils partagent des codes culturels et religieux communs. Bref, le modèle occidental de la société ouverte ne vaut que pour les occidentaux et les quelques rares peuples qui ont plus ou moins adopté ces codes.

      C’est faire de l’angélisme que de croire que des individus à peine sortis du tribalisme (au mieux), adeptes d’une soi-disant religion fondée sur la soumission inconditiennelle de ses membres et qui prêche la violence comme seul moyen d’expansion, vont se fondre dans la masse, adopter nos codes et se conformer à nos lois.

      islam et chrétienté sont inconciliables. Partant de là…

  • « […] ils sont prêts à trahir les principes de l’islam, ou au moins à en tordre le bras, pour justifier des crimes […] »

    C’est faux: Les principes de l’islam ne sont pas opposés à la violence, bien au contraire.
    Ils sont inscrits dans le Coran qui, comme l’indiquait J-F Revel, regorge d’incitations au meurtre des infidèles.
    Ils ont été incarmés par Mahomet, qui a fait assassiner ceux qui moquaient l’islam, pillé, violé, torturé, spolié, et génocidé (les Banu Qurayza) – bref commis tous les crimes.

    Je comprends que ces faits dérangent, mais c’est ainsi.
    Le déni et l’ignorance volontaire n’ont jamais résolu un problème.

    • Ah, c’est vrai que les Chrétiens et les Juifs ont toujours étaient des pacifistes…

      • C’est le problème de ce genre de débat sur l’Islam : dès qu’on pointe un certain nombre d’appel à la violence dans le Coran, on nous réplique : « mais , regardez la pratique des musulmans, la plupart sont pacifiques, donc l’islam est pacifique » et par conséquent, quand on stigmatise un musulman qui commet un ‘hate crime’ au nom de sa religion, on nous dit : « ah non, il ne faut pas stigmatiser l’islam, on vous a démontré que l’Islam était une religion pacifique »…

        Alors que c’est un pur sophisme. La réalité, on ne le répétera jamais assez, c’est qu’on a imposé la coexistence dans le même ordre juridico-politique de peuples dont les cultures, la hiérarchie des légitimités etc… entre clairement en contradictions. De Gaulle l’avait compris et prophétisé.

        On ira au clash, c’est mathématique, et croyez bien que beaucoup d’entre eux en sont parfaitement conscient.

        • oui, au XVIe siècle. Et le communisme a fait 80 millions de morts. Les nazis ont tué six millions de juifs.

          Une fois ces rappels historiques bien compris, on peut s’occuper des problèmes qui se posent ici et maintenant, ou on est obligés de laisser faire ?

        • Oui, à cette nuance près que nulle part dans les évangiles vous ne trouverez de justification à ces massacres…
          Alors que les agissements des salafistes se trouvent totalement justifiés par le coran, de nombreux hadiths et par la sunna en général, et je ne parle même pas de la charia…

        • Je fais une petite restriction à mon post précédent : concernant le cas Mohamed Merah, il n’y a pas à ma connaissance de justification pour les meurtres d’enfants, quelque soit la lecture qu’on peut faire du coran… même chez les salafistes.
          Ce qui pose quelques problèmes de lisibilité aux musulmans par rapport aux actes de ce triste sire.

        • Ce que je voulais dire, c’est que tu nous parles de guerres de religion qui ont eu lieu il y a 500 ans, alors que je parle d’ici et maintenant, des problèmes qui nous concernent effectivement.

          Et, actuellement, le christianisme est globalement apaisé, et c’est l’Islam qui pose problème à nos sociétés.

  • « Il se trouve que les problèmes que posent l’Islam en France ou en Europe au 21e siècle sont absolument ridicules à côté des problèmes que l’Europe a pu connaître, et surmonter, à cause de conflits générés par le fanatisme religieux des chrétiens. »

    c’est argument n’a aucun sens. à ce compte là, il se trouve que les problème que posent le socialisme en France au 21e siècle sont absolument ridicules à coté des problèmes que la France à pu connaitre lors de la Grande Peste de 1347, et que les libéraux sont donc des socialophobes écouillés.

    • ou bien : il se trouve que les problème que posent le socialisme en France au 21e siècle sont absolument ridicules à coté des problèmes que la France à pu connaitre lors de la Terreur de 1793, et que les libéraux sont donc des socialophobes écouillés.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si la réalité du terrorisme est ancienne, le mot français est un héritage de la Révolution française. La Première République est née dans et par la Terreur.

La monarchie à peine renversée, une première Terreur pousse les révolutionnaires à massacrer dans les prisons de Paris plus de 1000 détenus considérés comme des « ennemis de l’intérieur » prêts à égorger les « patriotes » en septembre 1792. La plupart des victimes étaient de banals détenus de droit commun. Les éléments radicaux ne cessent de faire pression sur les organismes offici... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Par Dora Triki, Alfredo Valentino, and Anna Dimitrova.

Bien que le nombre de décès dus au terrorisme ait diminué de 14 % en 2021, le nombre d’attentats terroristes dans les pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA) reste élevé, et en conséquence, le terrorisme demeure une menace importante dans ces pays. Encore récemment, un attentat revendiqué des forces rebelles Houthis du Yémen a eu lieu à quelques kilomètres du site du Grand Prix de Formule 1 d’Arabie saoudite, qui réunissait fin mars l’élite du sport automobile inte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles