Libéralisme = non agression

Personne ne doit négocier ni se mettre d’accord avec personne pour violer ce qui est nôtre, notre personne, nos valeurs, nos biens

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Libéralisme = non agression

Publié le 21 mars 2012
- A +

Le libéralisme ne peut être objet de négociation : personne ne doit négocier ni se mettre d’accord avec personne pour violer ce qui est nôtre, notre personne, nos valeurs, nos biens.

Par Carlos Rodríguez Braun (*)

Être libéral signifie ne pas accepter ni justifier l’agression d’autrui. Qui que soit cet autre et quelle que soit la justification de son agression. La base du libéralisme est que jamais nous ne pouvons porter préjudice au prochain. L’unique exception est quand ce prochain nous attaque avant. Seulement dans ce cas, et dans aucun autre, nous ne pouvons faire usage de violence. Et seulement nous ne pouvons l’employer que pour nous défendre.

Le libéralisme, par conséquent, et contrairement à que l’on pense, n’est pas une doctrine principalement économique, mais morale et politique. Le marché libre est seulement une partie du libéralisme, que les libéraux défendent parce que nous défendons le droit de propriété et le droit dérivé de contracter avec notre propriété volontairement avec la propriété de notre prochain. Il est vrai que le socialisme de tous les partis, dans la mesure où il limite, conditionne et enfreint plus ou moins la propriété, et limite et enfreint plus ou moins les contrats, est antilibéral, mais non pas pour des raisons économiques mais bien, encore une fois, pour des raisons morales et politiques.

Ces raisons morales et politiques de rejet de l’agression, du viol de la justice, de la violation des droits et des libertés, font que le libéralisme ne peut être objet de négociation : personne ne doit négocier ni se mettre d’accord avec personne pour violer ce qui est nôtre, notre personne, nos valeurs, nos biens.

Et maintenant, vous pouvez remplir des pages et des pages, énumérant les jolies excuses sans nombre avec lesquelles depuis les chaires, les pupitres et les tribunes on allègue sans fin que la liberté de chacun c’est bien, mais qu’il faut la profaner au nom de la cohésion, du progrès, de l’égalité, de la justice « sociale », de l’écologie et de tout un ample catalogue derrière lequel se retranchent les antilibéraux de gauche et de droite qui, au final, applaudissent l’agression.

___
Traduit de l’espanol.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Trois bonhommes Monopoly, l'un se couvrant les yeux avec ses mais, le deuxième les oreilles et le dernier la bouche
0
Sauvegarder cet article

Un article de La Nouvelle Lettre

 

Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé : loi de la jungle, vol organisé, égoïsme débridé, inégalités croissantes, victoire de l’avoir sur l’être, société de consommation, concurrence sauvage, obsession de la rentabilité, etc. Il est facile de réfuter ces attaques : la réalité est autre.

Il y a mieux à faire : il est temps d’appliquer les vrais principes libéraux. Pourquoi préciser les « vrais » principes ? Parce qu’il est dit beaucoup de choses ridicules et menson... Poursuivre la lecture

Depuis 2017, la France semble constamment agitée par des crises inédites.

De la jacquerie des Gilets jaunes à la pénurie énergétique en passant par la pandémie, la guerre aux frontières de l’UE ou l’urgence environnementale, le citoyen vit dans une atmosphère d’apocalypse permanente, certainement entretenue par intérêt politique.

La sensation est tellement étouffante qu’on en oublie les problèmes structurels majeurs du pays que ces conjonctures tendues ne cessent pourtant de mettre en évidence. Pointer ces problèmes, proposer de... Poursuivre la lecture

Cher ami,

Depuis le lancement de sa campagne de dons, Contrepoints a récolté 20 000 euros sur sa cible de 115 000 euros. Avec cette somme, nous sommes assurés de pouvoir maintenir notre infrastructure technique, et c’est à peu près tout.

Avoir une infrastructure technique dédiée nous donne une forme d’indépendance vis-à-vis des grandes plateformes internet. Nous sommes seuls responsables de notre modération et de la ligne éditoriale de Contrepoints. Mais ce n’est pas suffisant : pour être certains de continuer à publier ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles