Le problème ce n’est pas la richesse mais la pauvreté pour Liberaux2012

Liberaux2012

En privilégiant la taxation à la création de richesses, les propositions de François Hollande sont dangereuses pour l’avenir économique de la France.

« Libéraux 2012 » réagit à l’intervention du candidat Hollande hier soir sur le plateau de l’émission « Des paroles et des actes ». En privilégiant la taxation à la création de richesses, les propositions de François Hollande sont, pour le mouvement libéral, dangereuses pour l’avenir économique de la France.

Pour Jean-Baptiste Jaussaud, porte parole du mouvement libéraux 2012 « les propositions de François Hollande stigmatisent la richesse alors que le problème de la France est justement de trouver de nouvelles sources de croissance ! Qu’il s’agisse de créer une nouvelle tranche d’impôt à 75% ou de taxer les revenus du capital à l’identique des revenus du travail, le candidat socialiste se trompe d’adversaire : notre pays ne doit pas s’attaquer à la richesse mais à la pauvreté ! ».

Pour les libéraux la création de ces nouvelles taxes aurait, sans aucun doute, pour effet de faire fuir les capitaux hors de notre pays ce qui est précisément l’inverse de ce qui devrait être fait en cette période de crise.

« Nous avons besoin de libérer la croissance de l’industrie afin de créer des emplois et d’augmenter la création de richesses sur notre territoire. Il faut attirer les capitaux et non les faire fuir, ce que ferait inéluctablement les différentes propositions du candidat Hollande », poursuit Jean-Baptiste Jaussaud.

Pendant toute la durée de la campagne présidentielle, le mouvement libéral prendra part aux débats afin de mettre chaque candidat face à ses contradictions et proposer des idées nouvelles. L’initiative, soutenue par Alain Madelin, mettra à profit cette période pré-électorale pour faire valoir ses idées : « Nous voulons profiter de notre indépendance pour mettre sur la table les sujets de fond et nous attaquer à chaque proposition qui nous semblera démagogique ou absurde. Nous n’avons pas de candidat à l’élection présidentielle mais nous avons une voix, tel est le sens de l’initiative Libéraux 2012 » conclut Jean-Baptiste Jaussaud.