Partir cubain de La Havane, arriver espagnol à Nassau

Comme elle, beaucoup de cubains prennent un vol pour Nassau avec l’intention de se servir là-bas de leur nationalité espagnole. Ils sortent de Cuba en montrant une pièce d’identité nationale et atterrissent à Nouvelle Providence en montrant leur autre identité d’appartenance à l’Union européenne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Aéroport International de Nassau (Bahamas) vu d'avion

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Partir cubain de La Havane, arriver espagnol à Nassau

Publié le 16 mars 2012
- A +

Comme elle, beaucoup de cubains prennent un vol pour Nassau avec l’intention de se servir là-bas de leur nationalité espagnole. Ils sortent de Cuba en montrant une pièce d’identité nationale et atterrissent à Nouvelle Providence en montrant leur autre identité d’appartenance à l’Union européenne.

Par Yoani Sanchez, depuis La Havane, Cuba.

Elle gravit les marches de la passerelle de l’avion. Elle a dans son sac à main les lunettes, un morceau du sandwich qu’elle n’a pas eu le temps de terminer et le passeport qui la consacre citoyenne espagnole. Mais il n’est pas encore temps de le montrer. Tant qu’elle est sur le territoire cubain elle pourra seulement montrer cet autre, bleu avec sur son écusson une palme solitaire, signe qu’elle est née à La Havane. Elle vient de passer le contrôle de la douane, elle est sortie radieuse d’avec le fonctionnaire qui a vérifié son permis de sortie et elle a payé –en rechignant- la taxe d’aéroport excessive. Les haut-parleurs annoncent le départ de son vol pour les Bahamas et elle sait qu’elle va expérimenter une transformation. Elle n’écoute même pas quand l’hôtesse de l’air souhaite la bienvenue à bord, ni ne remarque le signal lumineux qui lui indique d’attacher sa ceinture. Son esprit est concentré sur le fait de se dépouiller d’une nationalité pour en endosser une autre, de se secouer de l’enfermement insulaire pour se sentir faire partie du monde.

Comme elle, beaucoup de nos compatriotes prennent un vol pour Nassau avec l’intention de se servir là-bas de leur nationalité espagnole. Ils sortent de Cuba en montrant une pièce d’identité nationale et ils atterrissent sur l’île de Nouvelle Providence en montrant leur autre identité d’appartenance à l’Union européenne. La transformation se passe dans les airs, sur la portion qui sépare les Antilles des Bahamas, dans la frange de bleu qui sépare les deux archipels. Procéder ainsi leur permettra d’entrer sur le territoire américain sans avoir besoin d’un visa et d’éviter les regards suspicieux aux points de contrôle à l’arrivée. L’aéroport international de Lynden Pindling est le lieu de la métamorphose, l’endroit où ils peuvent faire valoir une double nationalité qui ne leur est pas reconnue dans leur propre pays.

Et puis arrive le moment du retour. Le moment de ré-expérimenter la même mutation mais à l’envers. L’avion atterrit au terminal cinq de notre capitale, les familiers cherchent des yeux la nouvelle arrivée. Un officier de douane la couvre de questions, pendant qu’on lui demande de passer dans une pièce pour vérifier minutieusement ses bagages. Au fond du sac à main repose son passeport espagnol, ce petit livre à la couverture rougeâtre qu’elle garde pour retourner un jour à Nassau. Dans cette île magique où à la différence du miroir d’Alice le monde n’apparait pas à l’envers mais à l’endroit.

Traduction : Jean-Claude Marouby / Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Pour votre information, la taxe d’aéroport de 20 Euros ou 25 USD (25 CUC) n’a absolument rien d’excessive et est comparable à celle prélevée dans d’autre pays comme le Brési, le Mexique ou le Pérou par exemple.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’expatriation est un phénomène de plus en plus courant dans un environnement mondialisé. Cette tendance est particulièrement présente chez les jeunes générations. Dans le cas de la France, ce sont plus de 2,5 millions de Français qui vivent à l’étranger.

Quelles sont les raisons de cette expatriation ? Où vont-ils ? Quels sont leurs profils ?

Si les profils des expatriés français sont variés, on constate que certaines tendances se dessinent.

Des expatriés français réputés pour le travail

Selon le site internations : « 56... Poursuivre la lecture

Depuis longtemps, circule l’idée de soumettre à l’impôt sur le revenu, non seulement les résidents français, comme c’est le cas actuellement, mais aussi les personnes de nationalité française vivant à l’étranger.

Un récent rapport d’information a été écrit sur ce sujet par la commission des Finances de l’Assemblée nationale. Sans avaliser un tel projet, cette commission préconise certaines mesures pouvant conduire à une taxation de certains revenus, et notamment, de plus-values pour les personnes quittant la France.

Un prétendu pac... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Le sujet de l’immigration est revenu au cœur de l’actualité française et de la campagne présidentielle. Néanmoins, l’émigration mérite une attention particulière car une partie croissante de la population française quitte le pays, principalement pour des raisons professionnelles.

Si la pandémie a impacté ces migrations, elle ne les arrêtera pas et risque juste de les transformer.

Une attractivité faible de la France comparée à ses voisins

Selon le Migration Data Portail, un outil financé par plusieu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles