Les dirigeants européens boudent François Hollande

Pour le candidat François Hollande et son équipe de campagne, l’internationale socialiste, c’est bien, tandis que l’internationale anti-socialiste, c’est mal.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 862 Hollande

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dirigeants européens boudent François Hollande

Publié le 15 mars 2012
- A +

Pour le candidat François Hollande et son équipe de campagne, l’internationale socialiste, c’est bien, tandis que l’internationale anti-socialiste, c’est mal.

Un article de l’aleps.

Le Parti Socialiste, notamment par la bouche de Pierre Moscovici, ne décolère pas, et dénonce un complot anti-Hollande fomenté par les dirigeants des pays occidentaux. Pas de rendez-vous avec Obama, refus de recevoir le candidat français de la part de David Cameron et Angela Merkel. Mario Monti lui-même, pourtant de centre gauche, ne veut pas le rencontrer. Pourtant tous ces gens sont assez informés pour savoir qu’ils vont peut-être devoir compter avec Hollande si la tendance actuelle se confirme.

Mieux : certains d’entre eux, comme Angela Merckel, soutiennent ouvertement le candidat président. « C’est un cadeau empoisonné » a dit Dominique de Villepin. Et François Hollande de s’en saisir : ce sont les Français qui votent, pas les étrangers.

Le PS joue donc la carte franchouillarde, voire xénophobe de l’électorat français, faute de pouvoir jouer la carte européenne, dont il s’est défaussé en remettant en cause la ratification de l’accord signé à Bruxelles il y a un mois.

Évidemment, il ne viendrait à l’esprit de personne que François Hollande ne se soit pas gêné pour aller soutenir les candidats du parti socialiste allemand, le SPD, au cours des dernières élections générales. Cette amnésie partielle s’explique. L’internationale socialiste est une famille noble, à l’idéal élevé, elle unit les prolétaires du monde entier. Par contraste, l’internationale des chefs d’État européens n’est qu’une coalition d’intérêts plus ou moins avouables, et manipulée par le monde de la finance. Pouah !

—-
Sur le web

 

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

uerss
13
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

union européenne
3
Sauvegarder cet article

La gestion de la crise énergétique actuelle, la planification écologique, ou encore les récentes manifestations d’agriculteurs aux Pays-Bas posent de plus en plus la question du bien-fondé des politiques européennes. Si cela est particulièrement notable depuis la guerre en Ukraine, la plupart des pays européens subissent aujourd’hui les conséquences d’un système énergétique européen fragilisé depuis plusieurs années par des politiques expérimentales et des investissements dans des sources d’énergies peu fiables et résilientes.

L’engoue... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles