La grande illusion

L’endettement du gouvernement masquait le vrai taux d’imposition qu’on devait subir. C’était la grande illusion! On nous faisait croire qu’on était plus riche qu’on l’était vraiment. Alors on disait oui à tout le monde, et on mettait ça sur la carte de crédit. Mais une illusion, ça dure seulement un temps.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Cartes de crédit

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La grande illusion

Publié le 12 mars 2012
- A +

L’endettement du gouvernement masquait le vrai taux d’imposition qu’on devait subir. C’était la grande illusion! On nous faisait croire qu’on était plus riche qu’on l’était vraiment. Alors on disait oui à tout le monde, et on mettait ça sur la carte de crédit. Mais une illusion, ça dure seulement un temps.

Par David Descôteaux, de Montréal, Québec.
Cartes de créditJ’ai fait un drôle de rêve hier. J’étais au magasin et j’achetais une télé.
— 616 $ svp, me dit le vendeur.

— Comment ça? C’est écrit 499 $…

— Oui, mais la TVQ a augmenté, elle est à 17,5 %. Ajoutez à cela la TPS…

J’avais beau essayer, je n’arrivais pas à me souvenir comment on en était arrivé à faire presque doubler la TVQ. J’ai donc demandé au vendeur s’il pouvait me rafraîchir la mémoire…

— C’est Charest. Il a décidé du jour au lendemain d’être responsable. Il a décrété la fin de l’endettement. On arrête de vivre au-dessus de nos moyens, et on paye tous nos programmes, toutes nos vaches sacrées, avec des taxes et des impôts. On arrête d’endetter la prochaine génération.

J’étais estomaqué.

— Il ne pouvait pas réduire les dépenses à la place, dis-je?

— Non. Personne ne veut qu’on coupe quoi que ce soit dans sa cour. À la moindre proposition de réforme, les gens sortent dans la rue.

Hum… c’est vrai que l’an dernier, notre dette du secteur public a augmenté de 13 milliards $. Si on refuse de réduire les dépenses, pour équilibrer nos finances (d’un point de vue comptable), il faut trouver ces revenus quelque part! Et comme une hausse d’un point de TVQ rapporte 1,6 milliard $ par année, selon le gouvernement…

Mais je me disais : ça ne pourra jamais fonctionner! Si on double la taxe, on risque de ralentir l’économie, donc les revenus pour l’État.

C’est un peu ce que me racontait Stéphane, un lecteur. Propriétaire d’un atelier de carrosserie et de peinture à Drummondville. « Être entrepreneur, ce n’est pas évident depuis la récession de 2008, me confiait-il récemment. Avec toutes les augmentations de taxes, c’est l’enfer avec les clients. Les gens ont de moins en moins d’argent, tirent le diable par la queue et veulent éviter de payer les taxes. Et ce n’est pas juste dans mon domaine! Mes clients sont des restaurateurs, des propriétaires d’entreprises de transport, ou même des bijoutiers. Et même son de cloche chez eux. Si ça continue comme ça, on va faire quoi dans cinq ans? »

Un vieux monsieur derrière moi, plutôt agité, a interrompu mes pensées. « Vous pensiez quoi, jeune homme? L’endettement du gouvernement masquait le vrai taux d’imposition qu’on devait subir. C’était la grande illusion! On nous faisait croire qu’on était plus riche qu’on l’était vraiment. Alors on disait oui à tout le monde, et on mettait ça sur la carte de crédit. Mais une illusion, ça dure seulement un temps… » Le vieux ricanait dans sa barbe.

J’allais lui répondre qu’en fait, l’endettement peut se justifier pour des investissements rentables — tant au plan social qu’économique. Mais c’est vrai que ces dernières années, près du deux tiers des dettes ont servi aux dépenses d’épicerie. Juste pour faire avancer notre énorme paquebot. Bref, qu’il avait raison, le vieux.

Mais il était déjà parti dans une autre rangée. Je me tourne alors pour remercier le vendeur et lui dire que, finalement, je vais prendre une télé plus petite. Mais à ce moment, je me suis réveillé.

Et j’étais presque content d’avoir un gouvernement qui continue de refiler la facture de ses excès — et de son manque de courage — à la prochaine génération. Parce que quand on y pense, si on vivait selon nos moyens, ce serait l’enfer.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • M. Descoteaux, il est vrai qu’avec votre ronflant doctorat et votre poste universitaire dans les six chiffres, vous payez une assurance privé ou faire des économies, ce n’est pas un problème pour vous. Votre mentalité est en « droite ligne » avec celle d’Éric Duhaime et de son fan club de libertaires. Je remarque aussi que vous ne publiez que dans des journaux et revues ouvertement favorable aux conservateurs, bravo pour votre « neutralité journalistique ».

    Ceci dit, vous devriez allé raconter vos fleurettes à la direction d’Esso et d’Ultramar qui, malgré le fait qu’Ils n’ont pas payés un seul sous d’impôts depuis des décennies, continue à se verser de généreux bonus. Pourquoi ne leurs demandez-vous pas de faire leur part eux aussi?

    Comment se fait-il que les gens comme vous (conservateurs) demandent toujours au moins nantis de se serrer encore plus la ceinture? Quand on regarde les généreux bonus que RBC et BMO ont versés en 2011 à leurs principaux actionnaires, elle est où la récession pour eux?

    Vous mêmes ne profitez-vous pas de paradis fiscaux pour vous soustraire à l’impôt?

    Non, tout ce que les gens comme vous désirez, c’est batir une société pour vos « amis » et vous mêmes. À vous lire, on dirait que vous voudriez revenir à un époque féodale ou juste les riches et leurs descendants avaient le droit d’avoir leur part du gateau.

    J’ai bien hâte de lire votre réponse…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
spirale
2
Sauvegarder cet article

Nombreux sont ceux qui essaient de comprendre le sens du mot inflation.

L’inflation va-t-elle impacter notre façon de vivre ? Représente-t-elle un danger ? Les solutions existent-elles ? Est-il judicieux d’être résilient ou d’être résistant ?

Il semble évident que cette crise touche d’abord les populations les plus fragilisées et nous sommes face à une situation pour laquelle nous nous devons de trouver des solutions.

Le pourcentage de la dette mondiale par rapport au PIB est passé de 200 % en 1999 à 350 % en 2021.

Poursuivre la lecture

Le gouvernement doit chaque année résoudre un problème récurrent : le budget.

Il consiste à faire correspondre une liste de dépenses prévues, ordinairement classées dans l’ordre des ministères qui les présentent à l’approbation des parlementaires, avec une liste d’impôts et de taxes. Les gouvernements n’ont en effet aucun autre moyen que ces deux instruments pour se procurer de l’argent.

Depuis plus de 40 ans néanmoins, devant la difficulté d’équilibrer ses comptes, le gouvernement a fait appel au crédit. Comme chacun le sait, c... Poursuivre la lecture

Par Eddie Willers.

Pour l'économiste Thomas Porcher, la dette française ne serait pas un problème car la France disposerait en face de 1,5 fois la valeur de cette dette en actifs. Il suffirait alors de vendre ces actifs pour payer la dette de la France.

Donc si la dette n’est plus un problème, nous pouvons continuer à nous endetter et à financer les programmes les plus dispendieux de notre État social-démocrate. Magnifique théorie Thomas, mais regardons d’un peu plus près ce qu’il se passe lorsque la dette d’une entreprise est é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles