Le chiffre du jour : virgule cinq !

Hayek parlait de la présomption fatale à l’origine du socialisme. En voici un bel exemple avec les estimations de la dette grecque pour 2020, dénoncé avec brio dans cet article.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 831 dette grecque

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le chiffre du jour : virgule cinq !

Publié le 10 mars 2012
- A +

Hayek parlait de la présomption fatale à l’origine du socialisme. En voici un bel exemple avec les estimations de la dette grecque pour 2020, dénoncé avec brio dans cet article.

Par Pasm, depuis Bruxelles (Belgique).

Le chiffre du jour – voire de l’année – c’est absolument et certainement le virgule cinq dans la phrase “les pays de la zone Euro se sont entendus pour réduire la dette grecque à 120,5 % du PIB d’ici 2020.” 12 heures de négociations pour aboutir à ce 120,5% ! Parce que vous aurez remarqué que, jusqu’à présent, on parlait de réduire cette dette à 120% du PIB en 2020.

Et moi, naïvement, quand on me disait 120%, je pensais qu’on citait un ordre de grandeur !

Non, non, non, non, non, non, non, non, non, non !

Il y a quelque part un mec qui pense réellement qu’il est capable d’évaluer le ratio dette/PIB de la Grèce à un horizon de 8 ans avec une décimale de précision ! Et ce mec a manifestement dû revoir son calcul suite à une information nouvelle. Par contre, je ne sais pas exactement laquelle : est-ce qu’il prévoit que le PIB de la Grèce en 2018 sera de 0,45% inférieur à ses prévisions antérieures ? Est-ce que le remboursement des médicaments génériques va se mettre en oeuvre avec 6 mois de retard ? Est-ce qu’il anticipe une hausse du taux directeurs de la BCE dans 3 ans et 2 mois plutôt que dans 3 ans et demi ?

Je suis sûr qu’il doit avoir un modèle économétrique formidable ce type. Faut dire qu’à la Commission européenne, ils sont bien équipés. C’est pas parce qu’ils ont foiré la création de l’Euro, qu’ils n’ont pas détecté les chiffres trafiqués de la Grèce, qu’ils n’ont rien vu venir de la crise de la dette et, qu’en 2 ans, ils n’ont pas été fichus d’avancer d’un pas dans son dénouement qu’ils vont changer leurs habitudes. Si la feuille Excel leur dit que la ratio d’endettement de la Grèce sera de 120,5 % en 2020, on ne va pas prendre des engagements irréaliste en faisant rêver les Grecs à un ratio de seulement 120 % !

Non, mais, sans déc !

Sur le web

Présentation de la présomption fataleLe livre sur Amazon

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Pas d’accord. La décote n’est pas calculée sur la valeur faciale. En facial ce serait seulement 22% de décote. La décote est calculée en valorisant les titres grecs et FESF en actuariel, et en valorisant à 0 les titres GDP.

    L’hypothèse retenue est raisonnable : avec 85% de dette en moins, la Grèce même en grande difficulté peut rembourser les 15% restants (le reste n’est pas payé par la Grèce), surtout si c’est étalé sur 15 ans. Et si jamais par hasard la Grèce repartait économiquement, alors les « GDP bonds », qui a l’heure actuelle sont valorisés à 0, sortiraient des coupons.

    Donc je pense que cette décote n’est pas seulement raisonnable, elle est même très probablement maximale et très prudente.

  • Ca me fait penser au film Jabberwocky, dans le quel le roi cherche le meilleur chevalier pour combattre un monstre. Ils organisent une sélection via des duels, mais un ministre se plaint d’avoir perdu les 3 quarts des chevaliers lors des combats. Le roi lui répond alors : « Les 3 quarts, ca n’est pas sérieux pour des statistiques , 74,8 % ou 76, 3 %, ça se sont de vrais chiffres »
    Pour faire sérieux, il faut toujours un chiffre à virgule.

  • Ce type de comportement n’est pas étonnant même de la part des économistes. Combien de grandes écoles d’économie/finances/gestion forment leurs étudiants aux principes de l’économie libérale ? à ma connaissance aucune …
    Ces écoles pratiquent depuis des décennies le bourrage de crâne keynésien avec la plus haute prétention de faire croire que les gouvernements peuvent contrôler l’inflation, le chômage, les échanges, etc., à l’aide de modèles économétriques très sophistiqués (comme ceux du GIEC …).
    Pour l’avoir vécu, je sais qu’il est très difficile de s’enlever les oeillères imposées par la « science économique » keynésienne enseignée et de voir le monde tel qu’il l’est.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Les gens ignorent souvent ce qui se passe au jour le jour sur les marchés obligataires qui brassent pourtant des sommes considérables. Ainsi, le marché obligataire en euros pèse 2775 milliards.

L’indicateur clé de ce marché est le taux d’intérêt des emprunts d’État à dix ans considérés comme l’actif financier le plus sûr. Or, les taux d’emprunt des différents pays de l’Union européenne recommencent à diverger comme il y a dix ans. L’écart se creuse depuis que la Banque centrale européenne a indiqué qu’elle allait mettre fin à ses racha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles