Présidentielle : les projets pour l’école

Que faut-il penser des projets pour l’Éducation nationale des deux principaux candidats à la présidentielle ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 814 école

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielle : les projets pour l’école

Publié le 5 mars 2012
- A +

Que faut-il penser des projets pour l’Éducation nationale des deux principaux candidats à la présidentielle ? Sont-ils à la hauteur des enjeux ?

Par Jean-Baptiste Noé.

Plusieurs lecteurs m’ont demandé ce que je pensais des projets pour l’éducation des principaux candidats à l’élection présidentielle. Je répondrai à cette question en ma qualité de professeur et de créateur d’un lycée.

Sur le constat tout d’abord, il me semble que l’ensemble des Français est d’accord pour reconnaître que l’Éducation Nationale ne fonctionne pas comme elle devrait. Nous pourrions de nouveau évoquer la litanie, que tout le monde connaît, des maux et des échecs qu’accumule l’Éducation Nationale.

Force est de constater que les deux principaux candidats répondent à ce défi majeur de façon diamétralement opposée. Le candidat socialiste propose d’augmenter le nombre de professeurs. C’est une idée saugrenue, car ce n’est pas cela qui est en cause. Les dépenses de l’Éducation Nationale n’ont cessé d’augmenter depuis 1981, alors même que ses résultats scolaires ont baissé. J’ai moi-même démontré, avec bien d’autres d’ailleurs, que l’Éducation Nationale ne souffre pas d’un manque d’argent mais d’un manque de liberté.

C’est pourquoi, les propositions de Nicolas Sarkozy me semblent plus en phase avec la réalité, et apporter des solutions plus véritables aux défis de l’éducation. Dans son discours de Montpellier le Président a rappelé que l’éducation est le fait des familles, et que rien ne peut se faire sans elles. C’est bien une des premières fois que j’entends dire que la famille doit avoir sa place au sein de l’école de la République. De même, on ne peut qu’approuver sa volonté de faire en sorte que les élèves soient suivis par un professeur référent, afin de les aider à structurer leur scolarité. Je ne peux qu’approuver ces deux mesures : intégration pleine et entière des familles, suivi des élèves, car c’est ce que nous faisons dans mon établissement depuis plus de 25 ans. Le bon sens semble avoir repris ses droits.

Quant à la proposition phare, celle d’augmenter de 25% le salaire des professeurs qui acceptent de faire 26 heures de présence dans l’établissement, elle s’inscrit dans la même logique. Il s’agit là de 26 heures de présence, et non pas de 26 heures de cours. Si les professeurs sont plus disponibles pour recevoir les familles et discuter avec elles, et pour faire du préceptorat avec les élèves, il est normal que ce temps de travail soit rémunéré.

L’autonomie des établissements scolaires, avec un directeur qui puisse recruter son équipe pédagogique, est la condition sine qua non d’une amélioration de l’école.

Ces mesures, si elles étaient appliquées, sont à même de redresser l’école française, qui se trouve dans une situation vraiment dramatique. Il resterait alors deux points à régler : celle de l’autonomie financière des établissements, et notamment des établissements privés, et celle du contenu des programmes scolaires. Mais on ne peut laisser plus longtemps l’école sous la coupe des syndicats et de l’idéologie.

La réforme de l’université et de l’enseignement supérieur était inespérée et elle comporte beaucoup de bonnes choses ; elle est particulièrement prometteuse pour l’avenir. Les réformes annoncées par Nicolas Sarkozy dans le domaine de l’école sont du même ordre, et devraient avoir les mêmes effets bénéfiques.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • La première étape est de supprimer le collège unique qui tue littéralement les bons éléments et asphyxie les « moyens » ; la seconde consiste à rétablir une sélection qui débouche sur une orientation intelligente et non pas défaut. Par ailleurs, il faut couper les ailes de tous les pédago démago qui tiennent d’une main de fer l’ensemble du système au niveau du ministère… Une dernière chose : il faut aussi de toute urgence rétablir la discipline !

  • Vos propositions sont élitistes, elles écartent une frange importante de la population. L’école donne une chance à tous les enfants, même ceux dont les familles n’ont pas les capacités intellectuelles pour les guider et prendre des décisions d’avenir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie Mp Meyer.

Quel parent n’a jamais eu à subir le « syndrome » du professeur absent non remplacé ? Au fil des rentrées scolaires, notre presse régionale égrène la complainte de familles désespérées par les heures d’enseignement que leurs enfants n’auront pas (par exemple en 2019, ou en 2021). Suivent des pétitions en ligne puis des articles dans les grands médias nationaux lorsque la situation devient franchement intenable.

 

Le rapport de la Cour des comptes épingle les profs absents de courtes durées

Comm... Poursuivre la lecture

parcoursup
1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

Nous l’évoquions dès novembre, au moment où la réforme Parcoursup a été annoncée, le risque de crash était majeur. Il fut moins important que ce que beaucoup craignaient, mais bien là. Dès 18 heures, au moment de l’ouverture de la plateforme, les lycéens se sont rués pour voir leurs résultats, provoquant un bug du site puis le bug des sites de débordement. La normale est revenue dans la soirée.

Seule la moitié des lycéens a eu des réponses positives, contre plus des trois quarts avec l’ancien système, APB.... Poursuivre la lecture

Lorsque les premiers jeunes réfugiés ukrainiens arrivèrent en France au début du mois d'avril, ce fut une véritable surprise pour leurs petits camarades français qui les accueillirent dans leurs écoles : leur niveau en mathématiques était notoirement meilleur que le leur et certains professeurs de notre Édulcolration Nationale s'en ouvrirent abondamment dans la presse.

Eh oui : apparemment, en Ukraine, les élèves ne lambinaient pas trop sur les exercices simples de mathématiques. Les opérations de base en arithmétique, y compris sur le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles