Poutine, les enfants et la délégitimation du pouvoir

Aujourd’hui, le peuple russe voit les pires intentions dans n’importe quelle action entreprise par le pouvoir en place. Il ne faut pas y voir une source évidente d’optimisme

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Poutine, les enfants et la délégitimation du pouvoir

Publié le 3 mars 2012
- A +

Aujourd’hui, le peuple russe perçoit les pires intentions dans n’importe quelle action entreprise par le pouvoir en place. Il ne faut pas y voir une source évidente d’optimisme. La délégitimation d’un régime autoritaire ne mène à son remplacement pacifique que lorsque ce pouvoir est déjà en train de vaciller et peut s’effondrer à tout moment.

Par Ostap Karmody, depuis la Russie.

Chulpan Khamatova

Quelque chose m’interpelle quand je lis les discussions à propos de la vidéo de Chulpan Khamatova [1] soutenant Vladimir Poutine. Certaines personnes – la majorité – estiment que Poutine a pris Khamatova en otage car si elle avait refusé, il aurait fermé son œuvre caritative pour les enfants gravement malades. D’autres soutiennent que Khamatova a elle-même choisi Poutine, parce qu’il lui donne du ‘fric’ et qu’elle en est contente. Ce qui me surprend le plus c’est que personne ne dit : « Mais vous êtes fous ? Poutine ne va tout de même pas fermer une association qui aide des enfants cancéreux ! Pour qui le prenez-vous ? »

À dire vrai, ce n’est pas tout à fait exact. J’ai entendu une seule voix affirmer en effet que Poutine n’allait pas fermer une organisation de bienfaisance parce que cela lui ferait une mauvaise publicité. Par contre je n’ai pas une seule fois entendu ni de la part de ses adversaires ni de ses partisans que le Premier ministre ne ferait rien de tel tout simplement parce qu’il est aussi un être humain et qu’il a un cœur.

Il est surprenant de constater que les autorités en général et le Premier ministre en particulier ont réussi à se forger une telle image au sein de l’opinion publique. L’image de ces gens prêts à tout dans la lutte pour le pouvoir même quand il s’agit de la vie d’enfants. Peu importe que le Premier ministre ferme ou non le fonds de Khamatova, tout le monde croit qu’il pourrait réellement le fermer. Et s’il ne le fermait pas ce serait uniquement pour sa publicité. On dirait qu’il suffit de raconter au premier venu qu’à la place de botox, Poutine s’injecte dans les joues du sang de bébés chrétiens pour que tout le monde y croit.

Dans ce contexte, les appels à considérer les électeurs de Poutine comme des personnes valables dont il faut respecter l’opinion relèvent soit de la bêtise, soit de l’hypocrisie. Comment peut-on en effet respecter les complices d’un homme qui mange de jeunes enfants au petit déjeuner ? Impossible de faire des compromis ici : soit c’est eux, soit c’est nous.

Après les élections de décembre, beaucoup ont évoqué la délégitimation du pouvoir. En effet, si on en arrive à penser que les autorités puissent commettre des atrocités sur des enfants, où diable se trouve encore la légitimité ? Nous avons sans aucun doute observé une forme de délégitimation du pouvoir mais je n’y vois pas une source évidente d’optimisme. La délégitimation d’un régime autoritaire ne mène à son remplacement pacifique que lorsque ce pouvoir est déjà en train de vaciller et peut s’effondrer à tout moment. Si le pouvoir reste en place fermement, s’il bénéficie de l’appui des services spéciaux, de l’armée et de la police, la délégitimation peut s’avérer très dangereuse.  Un pouvoir légitime peut gouverner par la force de sa propre légitimité, comme cela se passe la plupart du temps en Europe et aux États-Unis où la population respecte plus ou moins volontairement les injonctions du pouvoir mais un pouvoir illégitime ne pourra gouverner que par la force, en réprimant sévèrement toute forme de mécontentement et en muselant l’opposition.

En fait, ce processus a déjà commencé : le remplacement du conseil d’administration de l’ « Écho de Moscou » [2], la fermeture de sites internet sans ordonnance d’un tribunal, la suppression de l’émission de Ksenia Sobtchak [3] juste au moment où A. Navalny [4] devait y passer, l’émission ‘maski show’ dont l’objectif était la recherche d’informations compromettantes sur ce même Navalny. Tout ceci s’est produit au cours de ces derniers jours. Ce ne sont que les premiers signes. D’autres plus importants vont suivre.

Le pouvoir a commis une grande erreur en publiant la vidéo de Chulpan Khamatova. Peu importe si Khamatova a sincèrement encouragé les gens à voter pour Poutine ou si elle l’a fait parce qu’elle a subi des pressions. Peu importe également de savoir si Poutine aurait ou non fermé un orphelinat, s’il est cruel au point de manger des enfants. Ce qui compte c’est que les gens voient les pires intentions dans n’importe quelle action entreprise par le pouvoir en place. Et toute coopération avec les autorités est perçue comme intéressée. Nous en avons reçu un signal très clair. Le pouvoir en place a compris ce signal et a fait le seul choix possible pour lui-même. De toute évidence, il se prépare à livrer un combat des plus difficiles. Nous saurons d’ici peu si l’opposition est prête à livrer cette bataille.

—-
Article originellement publié en russe pour InLiberty.ru, a Russian website project of the Atlas Economic Research Foundation.
Traduction par Claire D. pour Contrepoints.

Notes :
[note][1] Célèbre actrice russe qui a notamment joué dans Good bye, Lenin ! (2003)

[2] L’une des premières radios indépendantes russes apparue en 1990.

[3] Jeune personnalité mondaine qui affiche son opposition à Poutine.

[4] Activiste politique russe. Juriste, il a suivi une formation à l’université de Yale. Fervent opposant à Poutine, il dénonce régulièrement des faits de corruption.[/note]

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Toujours à cracher sur Poutine sur Contrepoints.. Vous n’êtes pas tellement différents en cela de l’Huma et de Libé dans votre couverture de cette actu en fait.. Tout le monde est alcoolique à cause de Poutine, et c’est la faute à Poutine si il fait trop froid, etc. Tout était tellement mieux pendant les années Elstine.
    Sinon, le site Objectif liberté avait fait un article intéréssant sur l’instauration du la flat tax par le méchant Poutine: http://www.objectifliberte.fr/2011/10/flat-tax-opportunites.html

    • Vous voulez dire Objectif Liberté, de Vincent Bénard, dont les articles sont repris régulièrement ici ? Vous voulez dire que vous trouvez intéressant un article d’un contributeur régulier à Contrepoints ? Mais Mais Mais … Vous vous contredisez complètement, ma parole !

      • Je n’ai rien contre Contrepoints en général, sinon je n’irai pas lire vos flux RSS à peu près quotidiennement. Mais je constate qu’il y a une très nette obsession consistant à casser du russe ici sous n’importe quel prétexte, vous reprenez même des articles sans rapport avec l’économie, comme ici: c’est du blabla de potins people avec un ton Schtroumpf moralisateur, on se croirait sur Rue89 !

        • Ouais, c’est dégueulasse de Contrepoints de passer sous silence la flat tax de Poutine. Dé gueu lasse.

          https://www.contrepoints.org/2011/10/17/50871-quest-ce-quun-bon-systeme-fiscal

          « …Poutine, arrivant au pouvoir, constata le désastre, et adopta la seule solution de bon sens qui lui restait: rétablir la Flat Tax de l’ancien régime, au taux de… 13% … »

          Rhâ la la

        • petit rappel : le libéralisme est avant tout une philosophie politique prônant la prépondérance de la liberté individuelle sur toute les forme de pouvoirs collectif (l’état était la plus grosse et hideuse tête ce cet hydre térrorisant l’humanité depuis des millénaire). il n’ets donc pas véritablement suprenant que poutine et toute la cohortes des tyrans plus ou moins démocratique, plus ou moins légitime mais toujours à l’égo gonflé à l’hélium fasse tot ou tard parti du tableau de chasse de contrepoint. Vous n’êtes pas à la PRAVDA ici…
          Ceci dit en lisant l’article j’ai eu exactement la réaction contraire à la votre. la rédaction alambiqué permet de comprendre que Poutine est un brave type mais qu’il communique mal, le pov chou c’est un incompris en fait…
          Non soyons réaliste, poutine est un dictateur, et la russie suit le parcours classique : effondrement d’un régime dur, bordel, régime dur. Lorsque les russes cesseront de chercher l’homme providentiel et prendont leur responsabilité individuellement alors ils seront près à passer à autre chose.
          ya des chances qu’il y arrivent avant la France d’ailleurs parce que ça fait un moment que nous faisons du sur place (blocage au niveau second empire)

          • Cessons de projeter nos fantasmes occidentaux (surtout anglo-saxon) sur le reste du monde, vous dites :

            « Lorsque les russes cesseront de chercher l’homme providentiel et prendont leur responsabilité individuellement alors ils seront près à passer à autre chose. »

            puis :

            « ya des chances qu’il y arrivent avant la France (…)  »

            Ce qui laisse à penser que vous imaginez que ce changement d’état serait nécessairement positif pour eux. Il n’y a pas la moindre trace de recherche d’un quelconque autre gouvernement que celui du sacro-saint homme providentiel dans toute l’histoire de la Russie. Et pourtant ils ont toujours été prompts à la révolte ( exemple : en 1812, le tsar Alexandre était paralysé dans son action défensive car il n’osait pas armer les milices populaire, sûr qu’il était que le peuple l’attaquerait plus qu’il ne se battrait contre Napoléon.)

            Je ne juge pas, je connais (un peu) la Russie et j’ai souvent l’occasion d’avoir des discutions abouties avec des Russes. Les Russes ne sont pas libéraux, ils veulent parfois être oligarque et pense qu’une politique libérale leur permettrait, mais c’est tout 😀

            Sans vouloir jouer au moralisateur, ne voyez vous pas le monde uniquement au travers du filtre de vos utopies politiques?

          • L’auteur évoque justement le fait que Poutine est perçu par une partie de la population comme un dictateur prêt à tout pour rester au pouvoir. D’où son manque de légitimité et le fait qu’il semble insensible voire inhumain aux yeux de certains.

  • La même Chulpan Khamatova qui jouait le rôle de Lara dans « Good Bye, Lenin! » ? Quelle ironie…

  • Après tout, Contrepoints est libre de reprendre tous les billets d’ONG émargeant chez George Soros, hein. Et de relayer les manifestations de libéraux (?) qui battent le pavé côte à côte avec les nationaux-bolchéviques de Limonov et les néo-nazis du DPNI. Bah, oui, ce sont eux les « libéraux » dont vous faites la promo, dis-moi qui tu fréquentes et je te dirais qui tu es.
    Dans un précédent article, l’éditorialiste exultait de joie voyant Russie unie avec seulement « que » 49% (haha), j’imagine qu’avec les 55-60% qu’il vient d’engranger, vous allez réussir à trouver de quoi titrer sur « l’impopularité croissante de Vladimir Poutine ».
    Ou alors, sous-entendrez vous que après tout, si le peuple vote mal, il serait temps de changer de peuple (© Bertold Brecht).

    • Tiens. Le voilà en roue libre, à présent. Néo-nazi, nationaux-bolcheviques, … Le gros troll à deux centimes s’est vu, brave Wills.

      • http://static.themoscowtimes.com/upload/iblock/5b0/vandyke.jpg
        Une photo de famille avec Boris Nemtsov avec Limonov (nazbol). Désolé, c’est ainsi.

        • Mais c’est complètement hors sujet. Désolé, c’est ainsi. Et vous n’avez rien compris aux remarques qui vous sont faites. Désolé, mais c’est visible.

          • Là où je veux en venir, c’est que vous ne donnez la parole quà l’opposition, alors que celle-ci n’a rien de sain. S’opposer à Poutine est devenu un but en soi pour eux, être libéral ou bolchévique est juste accessoire.
            Ces opposants représentent une proportion dérisoire de la population, qui serait encore plus faible si les Soros et compagnie n’étaient pas là pour leur donner un bon coup de pouce.
            Contrepoints est libéral sans aucun doute, mais sur la Russie, vous relayez la propagande des néoconservateurs.

  • « les gens a voté ». Humm… « les gens à voter » (dernier paragraphe).

    Contrepoints >> Effectivement. Vilaines fautes corrigées. Merci.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
anti-guerres
4
Sauvegarder cet article

Certains thèmes dans la société occidentale sont difficiles à remettre en question sans courir le risque de recevoir des vives critiques. Par exemple, pour les thèmes suivants, il existe un position considérée correcte par l’opinion publique : « l’État social », « la politique climatique », « la société multiculturelle », ou « la vaccination anti-covid ». La position à adopter socialement sur ces sujets a été donnée d’innombrables fois par les médias ; il est sous-entendu qu’aucune analyse critique préalable est nécessaire au niveau individue... Poursuivre la lecture

La banque mondiale a débloqué 4,5 milliards de dollars pour l’Ukraine afin de l’aider à faire face aux conséquences économiques de la guerre. Ces fonds sont fournis par les États-Unis. Le gouvernement ukrainien recevra le financement par tranches, en commençant par un décaissement de 3 milliards de dollars en août. Un problème persiste néanmoins : la corruption endémique du pays. Un défi de taille pour la bonne utilisation de l’aide à l’Ukraine.

 

Le problème de la corruption en Europe de l’Est

La corruption reste très impo... Poursuivre la lecture

Par Julien Pomarède.

« Régénérée », « revitalisée », « ressuscitée » : les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le retour de premier plan de l’OTAN depuis le début de l’agression de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

L’idée d’une renaissance de l’OTAN tire sa crédibilité d’un constat simple. Après deux décennies d’errements dans le bourbier afghan, l’Alliance retrouve sa mission historique : dissuader une attaque conventionnelle d’un État tiers – qui plus est de l’ancien ennemi, la Russie – contre ses membres.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles