François Hollande : une gestion catastrophique de la Corrèze

François Hollande a été élu, le 20 mars 2008, président du Conseil général de la Corrèze. En trois années de gestion, la situation financière du département est devenue très critique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Hollande : une gestion catastrophique de la Corrèze

Publié le 1 mars 2012
- A +

François Hollande a été élu, le 20 mars 2008, président du Conseil général de la Corrèze. En trois années de gestion (2008,2009,2010), la situation financière du département est devenue très critique.

Par Claude Jaillet
Article publié en collaboration avec Le Cri du Contribuable

Compte tenu des difficultés que connaît la Corrèze depuis que François Hollande a été élu président du Conseil général du département en 2008, l’État – et donc le contribuable – lui a apporté un soutien de 19 millions d’euros en 2011.

Au cours de la période 2008-2011, les dépenses de charges de personnel ont augmenté de 46 millions d’euros.

La dette par habitant (on compte 242 038 Corréziens) est la plus importante de tous les départements (1 428 euros en 2010, pour une moyenne nationale de 476 euros).

La dette totale a augmenté de 87 millions d’euros.

Voici quelques chiffres clefs 2010 / 2007.

· Charges de personnel : + 54,95 %

· Dépenses d’équipement directes : – 66,35 %

· Subventions d’équipement versées : – 31,01 %

· Capacité d’autofinancement pour remboursement des emprunts :  -33,04 %

Au 31.12.2010, pour le remboursement de la dette, il manquait en capacité d’autofinancement 2,4 millions d’euros.

· Montant de la dette : + 33,81 %

Nombre d’années théorique de remboursement de la dette en 2007 : 9 années ; en 2010 : 18  années.

· Trésorerie nette en fin d’exercice

Au 31.12.2007              Positive     12,593 millions d’euros

Au 31.12.2008              Positive       9,424 millions d’euros

Au 31.12.2009              Négative    – 7,891 millions d’euros

Au 31.12.2010              Négative    – 6,528 millions d’euros

Cette collectivité n’a plus, depuis le 31.12.2009, un euro en disponibilité pour les dépenses courantes. Elle est en découvert permanent.

Les élus peuvent continuer de faire des largesses pour se faire élire, car en cas de difficultés, on matraque le contribuable national. Trop, c’est trop.

—-
Sur le web

Sources :

Voir les commentaires (55)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (55)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles