Ils ne savent pas tout mon amour, ils ne savent pas…

Malgré toutes les ressources déployées pour nous observer, nous leur avons caché la face essentielle de notre vie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
sombras

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ils ne savent pas tout mon amour, ils ne savent pas…

Publié le 25 février 2012
- A +

Malgré toutes les ressources déployées pour nous observer, nous leur avons caché la face essentielle de notre vie.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

« Il peut y avoir des micros ici ? » me demandes-tu en jetant le regard dans tous les coins de la chambre. Ne t’inquiète pas, te dis-je, je vis avec le squelette à découvert et les ourlets de mon corps décousus. Je n’ai pas de coin sombre, fermé, privé… et ma vie me donne l’impression de cheminer à travers un énorme appareil à rayons X. Voici la clavicule que je me suis cassée enfant, la dispute que nous avons eu hier pour une vétille domestique, la carte jaunie que je conserve au fond d’un tiroir. Impossible d’échapper à la surveillance, impossible. Mais aujourd’hui, au moins pour quelques heures, ne pense pas au policier à l’autre bout de la ligne téléphonique, ni à l’œil circulaire de la caméra qui nous filme. Cette nuit nous allons croire que nous sommes seuls à nous intéresser l’un à l’autre. Éteignons la lumière et pour un instant envoyons-les au diable, désarmons leurs banales stratégies d’indiscrétion.

Malgré toutes les ressources déployées pour nous observer, nous leur avons caché la face essentielle de notre vie. Par exemple, ils ne connaissent pas un seul mot de cette langue construite ensemble depuis vingt ans et dont nous nous servons sans même bouger les lèvres. Ils auraient zéro à n’importe quel examen de déchiffrage du code complexe avec lequel nous nous disons le futile et l’urgent, le quotidien et l’extraordinaire. Il est certain que dans aucun profil psychologique qu’ils on tracé de nous, ne figure comment tu peignes mes sourcils et me dis en plaisantant que s’ils continuent à partir dans tous les sens je vais finir par ressembler à Brejnev. Nos surveillants, les pauvres n’ont jamais lu la première chanson que tu m’as écrite, encore moins le poème où tu disais qu’un jour nous irions à Sidney ou à Bagdad. Ils ne nous pardonnent pas non plus toutes les fois où nous leur échappons, sans laisser de trace, sur la diastole d’un spasme.

Comme l’agent Wiesler dans le film La vie des autres, à l’instant même quelqu’un nous écoute et ne nous comprend pas. Il ne comprend pas pourquoi après nous être chamaillés pendant une heure nous nous rapprochons et nous donnons un baiser. Le policier ébahi qui suit nos pas n’arrive pas à expliquer nos embrassades et se demande quel danger pour la « sécurité nationale » représentent ces phrases que tu me dis seulement à l’oreille. C’est pourquoi je te propose, amour, que cette nuit nous le scandalisions ou nous le convertissions. Faisons-le décoller l’oreille du mur ou sinon obligeons-le à gribouiller sur une feuille : « 1H30 : les sujets ont une activité d’amoureux. »

—-
Sur le web
Traduction : Jean-Claude Marouby

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Maintenant que la période des confinements et de l’obligation du télétravail est terminée, que devient ce dernier ?

En 2020, on cherchait des idées et astuces pour vivre avec le télétravail forcé, comme j’en parlais ICI.

En 2021, une fois l’obligation levée, on se demandait qui allait revenir au bureau, une fois de bonnes habitudes prises en télétravail ; voir ICI.

Le sujet n’est pas épuisé. Le Monde publiait en avril dernier un dossier de Catherine Quignon sur un nouveau problème : les logiciels qui se sont perfectionnés... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Parmi les nombreuses lubies de notre Président il s'en trouve une très préoccupante : sa volonté de traquer ses citoyens, car selon lui « dans une société démocratique, il ne devrait pas y avoir d’anonymat. »

La crise du covid lui a donné de nombreux prétextes à cette fin. En effet d’un côté, le citoyen voyait tous ses résultats de santé conservé et centralisé par l’État pour son bien dans le Health Data Hub. Ce qui est également bien pour le gouvernement américain, puisque l’hébergeur fut Microso... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles