Le scandale Vanneste

Le bruit médiatique remonte lentement autour des propos du député du Nord Christian Vanneste. L’occasion de revenir au fond de son intervention qui a fait scandale, et de voir combien ce scandale lui donne in fine raison!

Le bruit médiatique remonte lentement autour des propos du député du Nord Christian Vanneste. L’occasion de revenir au fond de son intervention qui a fait scandale, et de voir combien ce scandale lui donne in fine raison !

Par Anton Wagner.

Verbatim du député Vanneste (à partir de 4’30 dans cette vidéo) :

Il y a aussi des légendes qui sont répandues. Par exemple, il y a la fameuse légende de la déportation des homosexuels. Il faut être très clair là aussi. Manifestement Himmler avait un compte personnel à régler avec les homosexuels. En Allemagne il y a eu une répression des homosexuels et la déportation qui a conduit à peu près à 30 000 déportés. Et il n’y en a pas eu ailleurs. Notamment en dehors des trois départements annexés, il n’y a pas eu de déportation homosexuelle en France.

Ensuite il donne des exemples de collaborateurs français homosexuels, certains ayant même été reçus par les nazis, en faisant aussi une référence au livre de Patrick Buisson, 1940-1945 années érotiques.

Il se pourrait bien que cela soit vrai. D’après un rapport de 2001 (voir PDF), de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD), 210 Français furent déportés pour cause d’homosexualité, dont 206 depuis les territoires annexés par le Reich, et 4 venant du reste de la France. Encore ces derniers étaient-ils des volontaires pour le STO arrêtés en Allemagne. (C’est cet article du Figaro qui donne le lien.)

Il faut noter qu’à la page 4 de ce rapport, les auteurs précisent : « Nous ne pouvons affirmer que ce chiffre est à considérer comme définitif à partir du moment où nous ne sommes pas certains d’avoir eu accès à toutes les archives du monde combattant comme des Archives de France. » Néanmoins, il semble bien que le député ait raison, les nazis n’ont apparemment pas cherché à déporter systématiquement et massivement les homosexuels Français — ce qui ne les empêchaient pas de le faire, lorsqu’il leur en tombait sous la main.

Il faut aussi replacer le propos dans son contexte. Le député cherche à rendre compte de ce que 63% des Français (dit-il) sont favorables au mariage homosexuel. Selon lui, cela vient « du bourrage de crâne, du battage médiatique à sens unique » (0’50), car les media sont acquis à la cause homosexuelle (média et homosexuels partageraient un même trait narcissique qui explique leur connivence). Le député accuse donc les média de pratiquer « un art consommé de la déformation systématique des faits » (4’12), dont la légende de la déportation des homosexuels n’est qu’un exemple.

La vidéo dure près de vingt-et-une minutes. Le député développe plus largement sa vision de la famille et de la société. Sans conteste, c’est une vision conservatrice : la famille est la cellule de base de la société, sa fonction est de produire et d’élever des enfants dans un cadre le plus harmonieux possible. Vanneste déclare, par exemple, tout en dénonçant la théorie du genre, que « l’enfant a le droit d’avoir les deux modèles de l’humanité […]. Il a le droit d’avoir un père et une mère » (7’35).

Par conséquent, toute politique se doit de protéger la cellule familiale traditionnelle, comme il le dit en conclusion (20’19) : « il faut absolument assurer et rassurer la famille. C’est une dimension essentielle de la société, c’est pas une dimension marginale, c’est surtout pas une dimension passéiste. Pour une raison qui est évidente : c’est que précisément, il n’y a que la famille qui prépare l’avenir. »

Bref, j’ai bien l’impression que nous avons encore là une polémique stupide. Bien sûr, en tant qu’organisation, l’UMP a parfaitement le droit de définir ce que ses membres peuvent ou ne peuvent pas dire ; l’exclusion de ce parti ne serait pas un cas de censure. Une telle décision marquerait cependant une gauchisation de l’UMP dans la question des mœurs.

Il est dommage qu’on ne puisse discuter de ces questions sans tomber dans d’idiots psychodrames. En tout cas, je sais gré au député d’écorner le politiquement correct dans ce domaine. Je me souviens que Robert Ménard avait dû s’expliquer après avoir déclaré préférer que ses enfants soient hétérosexuels, ce qui lui valut en sus des menaces de mort selon lui (4’23)…

Pour ce qui est du mariage, mon indécrottable libéralisme me conduit à dire que ce n’est pas là affaire d’État. Pour le reste, les préventions du député me paraissent fondées, il est a priori préférable que les enfants soient élevés par leurs géniteurs et, à tout le moins, par un homme et une femme. Mais savoir si le fait d’être élevé par des parents homosexuels est dangereux pour l’enfant est affaire de fait et non d’opinion. Or, qu’en sait-on ?

Sur le web