Faut-il encore s’inquiéter du réchauffement climatique ?

Le Met Office a dévoilé de nouveaux chiffres qui ne montrent aucun réchauffement depuis 15 ans

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
article-2093264

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faut-il encore s’inquiéter du réchauffement climatique ?

Publié le 19 février 2012
- A +

Le Met Office a dévoilé de nouveaux chiffres qui ne montrent aucun réchauffement depuis 15 ans. Certaines théories prévoient au contraire un refroidissement des saisons. Faut-il craindre le retour de la glace sur la Tamise ?


Par David Rose, Royaume Uni

Le « consensus » supposé autour de la question du réchauffement climatique d’origine humaine fait l’objet de plus en plus de contestations. De nouvelles données montrent que la planète ne s’est pas réchauffée au cours des 15 dernières années.

Les chiffres montrent même que nous pourrions faire face à une mini période glaciaire. Ce qui pourrait être comparé à la baisse des températures durant une période de 70 ans qui a vu des blocs de glaces flottés sur la Tamise au 17ème siècle.

Établies à partir d’une analyse de plus de 30 000 stations météorologiques, le Met Office [NdT le Météo France britannique] et le département de Recherche Climatique de l’université d’East Anglia ont publié sans fanfare les données il y a trois semaines. Ils confirment que la tendance à l’élévation de la température mondiale a cessé en 1997.

Une peinture de 1684 d’Abraham Hondius représentant la Tamise gelée pendant le petit âge glaciaire.

Pendant ce temps, des climatologues ont expliqué au Mail on Sunday qu’après avoir émis un niveau particulièrement élevé d’énergie tout au long du 20ème siècle, le Soleil se dirige dorénavant vers un « grand minimum » de son activité. Il nous menace d’étés froids, d’hivers rigoureux et un raccourcissement des saisons pour faire pousser notre nourriture.
L’activité solaire passe par un cycle de 11 ans, avec un grand nombre de tâche solaire lors de l’apogée.

Nous sommes aujourd’hui à ce qui serait l’apogée du « Cycle 24 » – ce qui explique pourquoi la tempête solaire a permis de voir des aurores boréales beaucoup plus au Sud que d’habitude. Mais les tâches solaires sont moitié moins nombreuses aujourd’hui que lors de l’observation des apogées des cycles solaires du 20ème siècle.

Les analyses des experts de la NASA et de l’université de l’Arizona – à partir de la mesure des champs magnétiques à 120 000 miles (190 000 kms) de profondeur sous la surface du Soleil – montrent que le Cycle 25, dont l’apogée est prévue en 2022, sera toutefois nettement plus faible que les précédents.

Selon un rapport du Met Office paru la semaine dernière, il y a 92% de chance qu’à la fois le Cycle 25 et ceux des prochaines décennies soient faibles, ou plus faibles que le « minimum de Dalton » de 1790 à 1830. Dans cette période, du nom du météorologiste John Dalton, les températures moyennes à travers l’Europe ont baissé de 2°C.

Cependant, il est également possible que l’effondrement d’émission d’énergie solaire soit aussi profond que le « minimum de Maunder » (d’après l’astronome Edward Maunder). Entre 1645 et 1715, au moment les plus froids du « Petit Age Glaciaire », il y avait présence de blocs de glace sur la Tamise, et en même temps les canaux de Hollande étaient aussi gelés.

Dans son rapport, le Met Office affirme encore que les conséquences seraient dorénavant négligeables – car l’impact du Soleil sur le climat est bien plus faible que le dioxyde de carbone d’origine humaine. Bien qu’il soit probable que l’activité solaire baisse jusqu’en 2100, « cela ne causerait qu’une réduction dans les températures globales de 0,08°C. » selon Peter Stott, un des auteurs. Il a également ajouté : « nos découvertes suggèrent qu’une réduction de l’activité solaire à des niveaux jamais atteints depuis des centaines d’années serait insuffisante pour contrer l’influence prépondérante des gaz à effets de serre. »

D’autres experts du Soleil contestent férocement ces découvertes.

« Les températures globales pourraient finir par être beaucoup plus froides qu’actuellement pour les 50 prochaines années ou plus », explique Henrik Svensmark, directeur du Centre de Recherche Soleil et Climat à l’Institut National de l’Espace du Danemark. « Ce sera une longue bataille pour convaincre quelques climatologues que le Soleil est important. Il est possible que le Soleil le démontre par lui-même, sans avoir besoin d’aides. »

Il a souligné qu’en annonçant que l’effet du minimum solaire serait faible, le Met Office faisait confiance à leurs modèles informatiques. Ces derniers sont  disqualifiés car incapables de voir la pause dans le réchauffement global.

Les niveaux de CO2 ont continué à s’élever sans interruption. En 2007, le Met Office annonçait que le réchauffement climatique allait bientôt faire un retour fracassant. Il précisait qu’entre 2004 et 2014 il y aurait une élévation globale de 0,3 °C. En 2009, il avait prévu qu’au moins trois années entre 2009 et 2014 allaient battre le record précédent établi en 1998.

Jusqu’ici rien de tel ne se passe. Mais hier un porte-parole du Met Office a insisté pour dire que ses modèles étaient encore valides.

« Les projections à dix ans restent une science révolutionnaire. La période pour la projection originale n’est pas terminée » dit-il.

Dr Nicola Scafetta, de l’Université de Duke de Caroline du Nord, est l’auteur de plusieurs articles soutenant que les modèles climatiques du Met Office montrent qu’il y aurait dû y avoir « une augmentation continue des températures depuis l’an 2000 jusqu’à aujourd’hui ».

Si les températures continuent de rester stables ou commencent à se refroidir, la divergence entre les modèles et les données réellement enregistrées va devenir très grande. À la longue, toute la communauté scientifique va mettre en question les théories actuelles.

Il croit que le modèle du Met Office donne beaucoup trop d’importance au CO2 par rapport au Soleil. Scafetta se sent obligé de conclure qu’il n’y aura pas de refroidissement. « Le véritable problème est de savoir si le modèle en lui-même est fiable (précis). » Le Dr. Scafetta ajoute : « en attendant, un des plus éminents climatologues des États-Unis, le Professeur Judith Curry du Georgia Institute of Technology, a dit qu’elle trouvait que la confiance dans la prédiction d’un impact ‘négligeable’ [du Soleil] assez difficile à comprendre. »

« Accepter que le modèle a des lacunes en ce qui concerne l’influence du Soleil serait la chose responsable à faire », dit le Professeur Curry. En ce qui concerne la pause dans le réchauffement, elle dit que beaucoup de scientifiques « ne sont pas surpris ».

Elle soutient qu’il devient évident que d’autres facteurs que le CO2 jouent un rôle important dans l’augmentation ou la baisse de la chaleur, comme les cycles de 60 ans sur la température de l’eau dans les océans Pacifique et Atlantique.

« Elles ont été très largement sous-estimées en termes de climat global », dit le Professeur Curry. Quand les deux océans étaient froids dans le passé, comme par exemple entre 1940 et 1970, le climat s’est refroidi. Le cycle du Pacifique s’est retourné du chaud au froid en 2008 et la même chose va arriver pour l’Atlantique dans les toutes prochaines années.

Pal Brekke, conseiller principal du Centre Spatial Norvégien, a dit que certains scientifiques acceptent difficilement l’importance des cycles sur les températures océaniques. En effet, ils reconnaitraient que les océans – et pas le CO2 – ont énormément influencé le réchauffement global entre 1970 et 1997.

Il arrive la même chose pour l’impact du Soleil. Celui-ci a été très actif pendant presque tout le 20ème siècle.

« La nature va bientôt effectuer une expérience très intéressante », a-t-il dit. « D’ici 10 à 15 ans, nous serons beaucoup plus aptes à déterminer si le réchauffement de la fin du 20ème siècle était vraiment causé par le CO2 d’origine humaine ou par des variations naturelles. »

En attendant, depuis la fin de l’année dernière, les températures mondiales ont baissé de plus d’un demi-degré, puisque l’effet froid de « La Nina » se fait à nouveau sentir dans le Sud Pacifique.

« Nous sommes bien dans la seconde décennie de pause », explique Benny Peiser, directeur de la Fondation Politique du Réchauffement Climatique. « Si nous n’avons pas de preuve évidente du réchauffement global d’ici à 2015, il sera évident que les modèles informatiques sont mauvais. Et, s’ils le sont, les conséquences pourraient être très sérieuses pour certains scientifiques. »

—-
Article publié originellement sous le titre « Forget global warming – it’s Cycle 25 we need to worry about (and if NASA scientists are right the Thames will be freezing over again) » dans le Daily Mail, le 29.01.2012.

Traduction : Nicolas B. pour Contrepoints.

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • J’admire votre entêtement à publier et re-publier la même nouvelle alors que vous avez parfaitement que c’est une déformation des données et de leur interprétation.

  • eh bien tout ceci est ce qui pouvait arriver de pire puisque d’après l’état des réserves en hydrocarbures le pic de température dû au CO2 est toujours prévu pour 2300 environ donc quand le cycle du soleil repartira à la hausse dans environ 50, 100 ou 200 ans alors tout se cumulera ensemble et la planète sera cuite puisqu’on aura fait aucun effort pour réduire le CO2 entre-temps… l’extinction de l’espèce humaine est donc plus que jamais inéluctable (au plus tard en 2300)

    • Ce qui est amusant avec les sectes catastrophistes c’est que leurs propres arguments sont tellement contradictoires qu’ils peuvent resservir pour démontrer le contraire de ce qu’ils avancent.

      Enfin bref, même sans démonter les pseudo arguments des prédicateurs, la littérature depuis 4000 ans regorge de prédictions de fin du monde, de quelques dizaines à quelques centaines par génération. La science en a pris un bon lot aussi, les prédictions s’enchainent depuis 200 ans sans qu’aucune d’entre elle ne ce soit jamais vérifiée.

      Dommage qu’on ne vive pas aussi vieux parce que ça m’aurait donné l’occasion de vous rire au nez en 2300. Il est probable que vous auriez laissé tombé ces névroses d’ici là mais il ne faut jamais laisser passer une occasion de rire.

      • @Ilmryn :

        Faisons alors de la science, encore :

        Prenez 2 pots en verre.

        Vous remplissez l’un avec des gaz d’échappement.
        Vous laissez le deuxième vide.

        Vous fermez les deux que vous mettez au soleil pendant une journée.

        Vous percez un trou sur le couvercle de chaque pot et vous y glissez un thermomètre.

        Que constatez-vous ?

        Je vous laisse réaliser par vous même cette expérience, comme il aurait fallu que vous fabriquiez à l’antiquité des cadrans solaires que vous auriez placé tous les 100 km pour vous démontrer que la terre est ronde par l’ombre déportée et non plate !

        Que constatez-vous ?

        Que la température du pot dans lequel il y a des gaz d’échappement est incroyablement plus élevée que celle dans le pot vide, très certainement même, la température dans le pot qui aura reçu les gaz sera si élevée que le pot pourra éclater.

        CECI EST LA PREUVE QUE LE PRODUIT DE LA COMBUSTION DES CARBURANTS FOSSILES ACCROIT L’EFFET DE SERRE !

        Autrement dit, si un jour on se retrouve avec une incroyable concentration de ces gaz dans l’atmosphère terrestre que le soleil entre en même temps dans un cycle de haute vélocité, dans 11 ans, dans 100 ans, dans 300 ans ou dans 1000 ans, advienne que pourra ?

        • Nous avons là une démonstration pseudo scientifique parfaite, car il se trouve que la température actuelle sur terre est déjà celle indiquée par Tintin avec son verre plein de gaz. Le principal gaz à effet de serre c’est la vapeur d’eau. Le CO2 vient compléter l’effet de serre de la vapeur d’eau aux 2 longueurs d’onde infra-rouge qu’il est capable de capturer, c’est à dire 4 µm et 15 µm. La concentration actuelle de CO2 sur terre est suffisante pour arrêter 95 % des infra rouges à ces 2 longueurs d’ondes. Il est donc facile de comprendre qu’en rajouter encore n’aura quasiment pas d’effet. Puisque tout ce qu’il y a à prendre est déjà pris. Si en 1992, lors du protocole de Rio plusieurs millier de scientifique dont près de 70 prix Nobel on signés une pétition contre les peurs irrationnelles c’est entre autre parce qu’ils savaient que par le passé la terre a connu de concentration en CO2 25 fois élevée qu’actuellement sans qu’il n’y ai d’emballement de la machine. Méfions nous des raisonnements simplistes.

    • C’est exactement ce que je voulais publier.

      Ces gens attendent des réponses à court terme et si à court terme ils ont la preuve qu’il n’y a aucun risque de réchauffement, après moi le déluge, dans 100 ou 300 ans lorsque le soleil changera de cycle, alors ils pourront bien tous mourir, je ne serais plus là !

      Il faut vraiment insister sur le fait que ces gens ne sont pas des libéraux, le libéralisme consistant à laisser les citoyens libre de tout, mais à les protéger contre les crimes et dangers par un Etat gendarme…

      Contrepoints.org au contraire, défend la planification du nucléaire et du pétrole (par les campagnes militaires nécessaires pour s’approvisionner en pétrole et gaz) et veut que l’Etat laisse les industriels libre de polluer et détruire l’environnement…

      Ces gens participent de la caricature des libéraux auxquels ils ne font pas partis.

      • « Prenez 2 pots en verre. Vous remplissez l’un avec des gaz d’échappement. Vous laissez le deuxième vide. »

        Tintin ou la science de pot de yoghourt.

        Ne manquez pas demain Tintin qui résout la masse manquante avec une boite de pizza et trouve le boson de Higgs avec une agrafeuse.

        « CECI EST LA PREUVE QUE LE PRODUIT DE LA COMBUSTION DES CARBURANTS FOSSILES ACCROIT L’EFFET DE SERRE ! »

        Maintenant utilisez les mêmes proportions de gaz que dans l’atmosphère et doublez la ou décuplez là si vous voulez.

        Rien ! Pas la plus petite augmentation.

        Votre expérience c’est de la science de bistrot.

      • Mais que fait Milou ? Il m’a l’air bien azimuté, le Tintin…

  • Très bon article. On est plus fondé à croire les scientifiques qui s’occupent du soleil que ceux qui font confiance à des modélisations qui ne reflètent que l’opinion de ceux qui les font tourner.
    Quant aux grands brûlés du cerveau qui balancent leur certitude d’être bientôt grillés sur la « poêle à frire » (copyright Michel Rocard) hé bien ils n’ont qu’à rester en T shirt.
    Un petite remarque concernant la traduction: sur la Tamise, on n’avait pas de « bloc de glace » (ça m’a bien fait rire), mais bien un fleuve entièrement gelé au point de permettre la tenue de foires comme on le voit sur les illustrations de l’époque.

    • Au cas où, les scientifiques qui s’occupent du soleil travaille à grand coup de modélisations qui sont encore plus imprécises que celles sur le climat… Et puis dans les modèles climatiques on y fourre beaucoup de soleil…
      Enfin bon si vous vous mettez aussi à faire des prédictions en espérant le retour d’un PAG il faudra allez avec les écolos pour créer une bonne secte bien débile où vous pourrez mener vos activités militantes et religieuses, et au moins on aura la paix.

      • @chria
        Je vois avec plaisir, cher ami, que vous admettez enfin que les modèles climatiques sont imprécis. Encore un petit effort, et vous admettrez qu’ils sont faux!…Et vous pourrez peut-être (on peut toujours rêver…) quitter votre secte bien débile, dans laquelle vous menez vos activités militantes et religieuses, et nous aurons la paix…

        Quant au futur, je pense que personne ne souhaite un nouveau Petit Age Glaciaire, dont les conséquences seraient bien plus graves qu’un petit réchauffement…

        • Ben si, un PAG et les GES seront nos amis pour la vie

        • Quant à acceptez que les modèles sont faux comme suite logique de l’acceptation qu’ils sont incertains, et bien cela me rappelle un bigot musulman qui expliquait que la meilleure route vers la foi en Dieu est l’agnosticisme.
          Les modèles ne sont ni faux, ni vrais : ils sont juste le reflet de nos connaissances actuelles, teintés d’incertitude, et utiles pour répondre à des questionnements précis : si on envoie plein plein de GES, qu’est-ce que ça fait ? Et bien en l’état des connaissances, ça chauffe, toute chose égale par ailleurs (volcanisme, soleil, etc).

          • « Les modèles ne sont ni faux, ni vrais… »

            Et tout est dans rien et inversement.

            Dynamique des fluides, modélisation profil NACA XXXX:
            Faux = Crash avion.
            Vrai = Pas crash.

            Merci d’être venu.

          • @chria
            Les modèles sont surtout basés sur diverses hypothèses jamais validées, et ils ignorent encore bien des processus climatiques (par exemple on ne sait pas modéliser le cycle de l’eau, les grands courants marins, les échanges dynamiques d’air et d’énergie, ou l’ennuagement). Ils sont donc beaucoup plus qu’incertains : ils n’ont, en l’état actuel de nos connaissances, aucune crédibilité. Et c’est pourquoi toutes les conséquences politiques du dogme du RCA (réglementations, normes, taxes, bourses carbone, …), qui coûtent très cher aux contribuables, sont cataclysmiques pour nos économies en grandes difficultés. Sans parler du fonctionnement aberrant du GIEC, qui privilégie le politique par rapport au scientifique….

          • « Quant à acceptez que les modèles sont faux comme suite logique de l’acceptation qu’ils sont incertains »

            Tu as tout à fait raison, c’est ridicule (comme ton exemple), on ne peut trancher actuellement et vouloir prédire l’avenir relève du charlatanisme tellement le climat est complexe et comporte encore trop d’incertitudes.

            Il existe pourtant une catégorie qui prétend que les modèles sont parfaitement exacts et définitifs et qui s’en servent pour nous faire cracher des centaines de milliards d’euro.

            Les observations ne confirment pas une augmentation cataclysmique, aucune étude sérieuse n’a pu démontrer un cataclysme à venir (on à pris 1C° et strictement rien ne c’est passé, on vis très bien)

            Et pourtant les clowns continuent avec leurs annonces.

          • Et la question a poser la dessus est la suivante. Est-il nécessaire de faire une expérience potentiellement dangereuse sur notre propre planète pour en arriver à un résultat ou on fait attention et on ne pousse pas notre chance. Pour moi la réponse est évidente. Et l’argument économique est stupide, l’argent n’aurait plus de valeur dans un monde ou il faut lutter pour survivre

        • Arghh, j’ai un alter pseudo !

        • @Ilmryn : ben non, tu confonds ingénierie et système complexe

  • Beaucoup de name droping dans cet article, mais je serai bien en peine de dire quelle sont les arguments scientifiques mis en avant. C’est à peu près aussi sérieux et convainquant que ma voisine de palier qui pense que le réchauffement climatique n’existe pas puisqu’il a fait froid la semaine dernière, et qui va se remettre à y croire dur comme fer au prochain pic de chaleur.

    • @Hueb
      Les meilleurs arguments sont les données d’observation citées, qui reflètent le comportement des températures, ce qui est beaucoup plus probant que les prévisions des modèles numériques, qui, en l’occurrence, ont tout faux depuis 13 ans….(sans compter le passé climatique de la planète….)

  • Pour compléter jpebe29, si vous alliez sur des sites spécialisés dans le domaine, comme ici: http://www.pensee-unique.fr/
    Et poser des question et faire valoir vos arguments comme ici: http://www.skyfall.fr/ ce serait mieux que de critiquer sans preuves. Mais je vous préviens que le site et le forum climatique cités sont fréquentés par des pointures.

  • La décennie 1980-1990 a été en moyenne la plus chaude du siècle jusqu’à ce que la décennie 1990-2000 la dépasse, elle-même supplantée par la décennie 2000-2010. Les dix années les plus chaudes jamais mesurées sont toutes postérieures à 1997. Affirmer que les températures restent stables est tout simplement grotesque et contraire à toutes les observations.

  • J’hais ces arguments qui disent carrément de cesser d’avancer nos technologies vers des sources d’énergies renouvelables et moins polluantes. Ouvrez les yeux! Si vous avez 25 ou 30 ans vous avez vous même constaté des changements. Je ne vois pas quel est le but des sceptiques. Ils remettent en doute le réchauffement, mais mettent t-ils aussi en doute la pollution et la sur exploitation de nos ressources. Mettent t-ils en doute l’augmentation des problèmes de santé du aux pollutions démesurées. Mettent t-ils en doute tous nos mauvais gestes envers notre environnement ou sont t-ils seulement des autruches qui refusent de voir la vérité et qui tente de se créer un monde merveilleux de toute pièces. J’aimerais savoir parce que franchement, je ne comprend pas votre entêtement!

    • En fait d’autruche tu es plutôt un sacré dindon dans ton genre. Et même un dindon d’une espèce très commune.

      « J’aimerais savoir parce que franchement, je ne comprend pas votre entêtement! »

      Faut que tu t’interroge sérieusement sur ces psychoses et que tu examine un peu les -faits- au lieu d’écouter les vendeurs de peurs qui ont toujours existé.

      Tiens, je suis sympa commence par là:
      http://www.infoselec.net/developpement-durable/catastrophisme-ecologique-et-environnemental.html

      Continue là:
      http://www.delaplanete.org/Pic-Petrolier-Culte-du.html

      Et enchaine sur ça:
      http://www.globenet.org/transversales/grit/dupuy.htm

      Si t’en as encore ici la BBC sur le rechauffement:
      http://news.bbc.co.uk/2/hi/8299079.stm

      Et la un physicien statisticien qui explique très bien la complexité des données:
      http://climatenergie.over-blog.com/

      Toujours sur le réchauffement un autre scientifique:
      http://www.pensee-unique.fr/

    •  » Si vous avez 25 ou 30 ans vous avez vous même constaté des changements.  »
      J’en ai le double et effectivement, j’ai constaté des changements. En fait, ça change tout le temps. Jamais un hiver qui ressemble à un autre. Jamais un été qui soit conforme à mes attentes…
      Nous vivons dans un univers dynamique jeune homme, ce qui implique que ça change tout le temps.
      Regardez une photo de vous même prise il y a dix ans et vous serez surpris des « changements »…
      Le changement est la seule certitude que nous puissions avoir. Si vous vous en inquiétez, il serait peut être temps de consulter un psy.

    • 25 ou 30 ans et 20 ans de propagande dans les gencives…comme exemple on trouve mieux. Je sais, c’est très douloureux de s’ apercevoir qu l’on à été floué, escroqué, trompé et cocufié par un système d’éducation qui est laïc concernant les religions, mais sectaire en ce qui concerne l’église de climastrologie. Mais il n’est pas trop tard pour ouvrir les yeux et se faire une opinion par soi-même. Maintenant si pour vous, nous ne somme que des charlatans, attendez-vous à vous en prendre plein le c.. durant votre existence et de surcroit devoir fournir la poignée de sable de quartz concassé pour mieux la sentir passer.

  • venez faire un tour au québec vous verrez que les saisons ne se refroidissent pas du tout au contraire. On manque de neige et on ne peut même plus jouer au hockey l’hiver, manque de glace. On était habitué a des -15 l’hiver et on peine a descendre sous -10. Faudrait vraiment se fermer les yeux pour ne pas le voir et affirmer que les saisons se refroidissent est purement stupide et imbécile parce que tout le monde peut observer le contraire

    • « tout le monde peut observer le contraire »

      Ah ouais la science de l’observation de son jardin qui a donné les meilleurs théories au monde.

      Bravo lol !

    • Cela ne prouve rien, sauf que votre évaluation est que ça se réchauffe dans votre région. Comme vous n’avez pas pas le don d’ubiquité, vous ne pouvez pas savoir ce qu’il en est pour le reste du monde. Et comme vous avez 25 ans, et non pas dix mille ans, la fenêtre temporelle de votre évaluation ne nous dit rien sur la normalité du climat chez vous si cette notion a un quelconque sens.

    • ça vaut ce que ça vaut, mais j’ai trouvé en 5 minutes des courbes mensuelles de température pour le Quebec entre 1995 et 2009.
      Résultat, la tendance est à la baisse pour toute l’année sauf pour les mois d’avril, septembre et novembre. Etonnant non ?

      http://mohapl.dyndns.org/temptrendreg/CNQUEBEC.html?city=Quebec&country=Quebec&region=Canada&units=C

      • Abitbol : « Résultat, la tendance est à la baisse pour toute l’année sauf pour les mois d’avril, septembre et novembre. Etonnant non ? »
        ———————————–
        Etonnant qu’un réchauffiste mente comme un goret ? Non, pas vraiment.
        Etonnant qu’un réchauffiste ressorte systématiquement la bouffonnerie « regardez autour de vous, ça se réchauffe » et se défile piteusement quand on lui montre la courbe de température ? Non, pas vraiment.

    • tu dit que vous manquer de glace ou de neige depuis quelques années au canada?? nous en france, c’est tout l contraire: depuis des années, des chutes de neiges tres rarifiées ya quelques années , reviennent frequament , chaques hivers, les rivieres gèlent de nouveaux, comme ya 30/40ans en arriere. et tu sait pourquoi??? parce que aucne années ne se suivent et n se resemble: tout a fait normal, le monde est fait ainsi (aujourdhui, il fait beau, demain, il pleuvra peut etre! l’hiver passé a ete glacial et sec, et l’hiver prochain sera peut etre doux et pluvieux) et depuis la nuit des temps (bien avant l’homme et son GES) les changement sont la, rien n’est reglé comme une montre, au jour pres , a la temperature pret!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Drôle de semaine, que je viens de passer. Non seulement tous les microbes de saison semblent s’être donné rendez-vous dans mon nez et ma gorge ce week-end, ce qui n’est jamais de nature à me faire voir la vie en rose, mais ils sont arrivés après deux conversations totalement déprimantes que j’avais eues successivement mercredi et jeudi sur les thèmes désormais incontournables de la chasse aux émissions de CO2 et du nécessaire encadrement de la liberté d’expression dans les démocraties.

Dans les deux cas, un dîner de plusieurs convives ... Poursuivre la lecture

photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

8
Sauvegarder cet article

Le suicide par écologisme

Il faut que les choses soient claires : l’empreinte carbone qu’il s’agit de réduire, c’est vous ! Et c’est tellement vrai, tellement évident qu’une récente tribune du journal Le Monde revient sur ce qui est maintenant un but affiché de l’écologie de combat, à savoir la réduction active de l’humanité.

Peu importe que les dernières projections raisonnables montrent une réduction naturelle drastique (plus de 50 %) de la population d’ici 2100 ; pour les activistes malthusiens du climat, pas de doute : éliminer rapidement une partie de la p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles