Merkel, la grande eurosceptique

C’est ça, le jeu qui se joue en ce moment : l’Allemagne veut « sortir », et le reste de l’Europe essaye de la retenir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Angela Merkel à Davos (crédits : World Economic Forum, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Merkel, la grande eurosceptique

Publié le 14 février 2012
- A +

Angela Merkel fait-elle tout pour faire sortir de la zone Euro la Grèce, le Portugal et l’Irlande ? Une théorie qui semble coller aux faits.

Par Richard North, depuis Bradford (Royaume-Uni).

Angela Merkel à Davos (crédits : World Economic Forum, licence Creative Commons)Mary Ellen Synon pense que Merkel est délibérément en train d’essayer de forcer la Grèce à sortir de la zone euro, avec le Portugal et l’Irlande à suivre.

À mon avis, c’est sensé. De plus, cela reflète non la force mais bien la faiblesse d’une chancelière en mauvaise position électorale, essayant désespérément de s’accrocher au pouvoir dans son pays. Mais c’est encore beaucoup plus profond que ça. À mon avis, elle essaye de réconcilier l’attitude euro-centrique, désormais traditionnelle, de sa nation, avec le stress phénoménal causé en Allemagne par l’appartenance à l’Union Européenne et par tout ce qui va avec.

Avec tout ça, son peuple exprime désormais des objections envers le gâchis que représente sa richesse jetée par la fenêtre en direction d’un pays à l’économie sans espoir ; et cependant, dans le paradigme de l’après guerre, l’Allemagne n’est autorisée à exercer son pouvoir que dans le contexte des Communautés Européennes. Sa puissance économique et militaire est restreinte (principalement) par la France et les autres États membres, à l’intérieur de la matrice de l’Union Européenne. C’est là le but principal de l’UE.

Portant toujours le fardeau de la « culpabilité de la guerre », Merkel ne peut pas sortir ouvertement de cette situation. Elle doit être perçue comme une « bonne Européenne », comme soutenant l’Euro et, plus généralement, l’Union Européenne. Mais l’Union est devenue une prison. Dit autrement, l’Allemagne doit rompre avec son embrassade destructrice. Et c’est à cela que nous assistons, ce qui est d’ailleurs obtenu en créant les conditions de la démolition de la monnaie unique, ou un réalignement majeur, mais sans que Merkel ne laisse d’empreintes digitales sur les lieux du forfait.

Un tel « plan de jeu » contraste fortement avec ce qu’on admet sagement de la part de Merkel. Dans le scénario normal, les pays quittent par leur propre volonté, ou y sont forcés par « les marchés » ou d’autres pressions externes. Au bout du compte, ça laisse une Allemagne indépendante (ou un groupe Grande Allemagne), libre de suivre les politiques nationales qu’elle préfère, sans avoir à être vue comme responsable de l’éclatement de la construction européenne.

Merkel, de ce fait, est la grande eurosceptique. Ce n’est pas la Grande-Bretagne de Cameron qui va faire s’effondrer l’Union Européenne, mais bien l’Allemagne, échappant à ses liens, et redéfinissant l’arrangement d’après-guerre.

C’est ça, le jeu qui se joue en ce moment : l’Allemagne veut « sortir », et le reste de l’Europe essaye de la retenir.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Qu’elle sorte sera un fardeau en moins à porter c’est une très bonne chose ! Ca suffit de massacrer la démocratie et les libertés sur l’autel d’un Euro dont l’unique vertu aura été de déverser des quantités monstre d’argent pas cher qui n’a créé aucune valeur.

    L’Euro n’a servi qu’à asseoir les puissances étatiques contre la libre économie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À cause de l'inertie de la Banque centrale, sur un an, l'euro a chuté de 14 % par rapport au dollar.

Mais pas d’inquiétude, explique un article chez Bloomberg. Cela touche toutes les monnaies, pas seulement la nôtre.

La livre sterling est aussi en baisse de plus de 10 %, et le yen, la pire des grandes devises, a chuté de près de 15 % sur un an, par rapport au dollar.

L’auteur, Marcus Ashworth, précise que « c’est un problème collectif. Et la résolution du problème sera collective également… »

Par ailleurs, Capital ... Poursuivre la lecture

Plutôt que d’ouvrir une nouvelle ère d’innovation le crypto-euro promet de nous plonger dans un communiste 2.0. L’État pourra contraindre ses citoyens et son économie sans effort juste par la monnaie.

Qu'est-ce qu'une MNBC ?

Dans le dernier article, nous avons soulevé le voile derrière les très paradoxales monnaies numériques de banque centrale (MNBC) également appelées cryptomonnaies de banque centrale. Paradoxales, car une cryptomonnaie est par nature décentralisée et anarchique. Rien à voir donc avec une banque centrale.

Les ... Poursuivre la lecture

Merkel est partie et Friedrich Merz arrive. Il s'agit du tournant le plus spectaculaire dans la politique des partis allemands au cours des deux dernières décennies.

Mais qui est Merz et que représente-t-il ?

L'ère Merkel a été marquée par la rupture des règles d'or de son parti, l'énergie nucléaire, les dépenses européennes et l'immigration clandestine en étant les exemples les plus marquants, tout en transformant le parti libéral-conservateur en un parti social-démocrate. Ce faisant, son ère a également été confrontée à une pu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles