L’Allemagne a laissé tomber la Grèce

Manœuvres de Berlin pour tenter de pousser la Grèce à la sortie de l’Union Européenne, tout en préservant l’image de l’Allemagne

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 723 Allemagne Grèce

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’Allemagne a laissé tomber la Grèce

Publié le 13 février 2012
- A +

Manœuvres de Berlin pour tenter de pousser la Grèce à la sortie de l’Union Européenne, tout en préservant l’image de l’Allemagne.

Par Pasm, Bruxelles, Belgique.

Depuis quelques jours, il apparaît de plus en plus probable que Berlin a pris la décision de cesser l’aide à la Grèce. L’échec de l’accord sur le dernier plan d’austérité n’est qu’un indice de plus à l’appui de cette idée. Les déclarations récentes sur la mise sous tutelle de la Grèce et les propos de Neelie Kroes vont dans la même direction.

1) Politiquement, le tout grand problème quand on prend la décision de laisser tomber un partenaire, c’est de ne pas passer pour le salaud de service. Après tout l’argent qui a été gaspillé, le gouvernement allemand ne peut pas annoncer benoîtement qu’il laisse la Grèce faire défaut. Non seulement, il serait politiquement affaibli, mais il n’est pas sûr que les partenaires européens ne trouveraient pas un moyen pour lui forcer la main. De plus, si les choses tournent mal (et elles tourneront mal), il passera pour le responsable du désastre aux yeux du monde entier. En négociation, il existe une solution très simple pour contourner cette difficulté, il s’agit d’affirmer son désir de continuer la relation tout en y mettant des conditions telles que le partenaire ne peut que refuser d’y souscrire. Ainsi, c’est l’autre qui fait le pas décisif et qui porte la responsabilité de la rupture. J’interprète de cette façon la demande récente faite par l’Allemagne de placer la Grèce sous tutelle et de confier la responsabilité budgétaire à un commissaire européen spécialement désigné. Il aurait été totalement impossible pour la Grèce d’accepter cette proposition. Hélas pour Mme Merkel, les partenaires européens, dont une bonne partie vont bientôt suivre le chemin de la Grèce dans la crise, se sont refusés à entériner une proposition qui allait les concerner dans le futur. Échec.

2) Le coup suivant est venu des Pays-Bas. Le 7 février, la commissaire européenne Neelie Kroes a déclaré qu’il “n’y aurait pas mort d’homme si la Grèce quittait l’Euro”. Le jour même, le premier ministre néerlandais, Mark Rutte, s’est déclaré « d’accord » avec Mme Kroes. Il s’agit évidemment d’une manœuvre en service commandé par Berlin. Les Pays-Bas sont un des derniers États triple-A d’Europe et, comme l’Allemagne, doivent payer pour tout le monde. Quelques jours avant la sortie de Mme Kroes, les pays triple-A s’étaient donnés rendez-vous à Berlin. Aucun doute que l’on s’est réparti les rôles. Encore un fois, il fallait préserver l’image de l’Allemagne et ce sont donc les Pays-Bas qui se sont chargés de tirer ce ballon d’essai et de tester la réaction des partenaires européens. On peut dire qu’elle n’a pas été franchement hostile. Bien sûr, Barroso a rappelé que la place de la Grèce était au sein de la zone Euro. Mais, là encore, il ne fait que jouer son rôle sans trop de conviction et on l’imaginait mal dire autre chose. Pour le reste, aucune réaction. Dans la population, par lassitude, le défaut grec semble être devenu une évidence et plus personne ne s’offusque de ce qui semblait inconcevable, il y a seulement 2 ans. Manifestement, l’opinion publique est mûre pour le défaut.

3) Enfin, cette nuit, les ministres européens des finances ont renvoyé les Grecs à leur copie concernant leur dernier (en date) plan d’austérité. On parle de l’obligation pour Athènes de préciser les moyens pour réduire les dépenses de 325 millions d’Euros. Dit comme ça, ça semble important, mais, en réalité, c’est une paille. Le nouveau plan d’aide en discussion porte sur 130 milliards et l’ensemble de l’aide à la Grèce représente le montant astronomique de 400 milliards d’Euros. On refuse leur plan d’austérité pour des imprécisions sur une somme équivalente à 0,1% de la facture totale ! À titre de comparaison, lors du prochain contrôle budgétaire, la Belgique doit trouver 2,5 milliards d’Euros, soit prêt de 8 fois le montant litigieux grec. Si la volonté d’aboutir était là, on ne ferait pas une telle montagne de montants aussi faibles. L’objectif est manifestement de se montrer à ce point exigeant que les Grecs finiront par refuser de se plier aux diktats allemands.

La décision est prise, la population est prête, et la récente hausse des marchés diffuse un dangereux sentiment de confiance. Tous les ingrédients sont réunis pour sauter dans l’inconnu.

Accrochez vos ceintures.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

On se souvient de la grave crise grecque en 2009. L'endettement du pays était devenu considérable et l’agence de notation Fitch avait abaissé sa note en dessous de A. C’était la première fois qu’une telle dégradation survenait dans un pays européen.

Il s’ensuivit une panique en Europe. La zone euro fut jetée dans la tourmente et le FMI, la BCE et la Commission européenne durent intervenir à trois reprises. On imposa à la Grèce des mesures drastiques qui conduisirent au pouvoir en 2015 le parti anti austérité d'Alexis Tsipras. Après six... Poursuivre la lecture

Par Baylen Linnekin.

Les éleveurs de bétail néerlandais sont de plus en plus indignés et désemparés par une décision de justice qui a commencé à contraindre des milliers d'entre eux à cesser leur activité - à dessein.

En 2019, le Haut Conseil des Pays-Bas, l'autorité judiciaire suprême du pays, a jugé qu'un système de 2015 consistant à autoriser de nouveaux projets émetteurs d'azote en exigeant des compensations d'azote ne respectait pas les limites d'émission convenues par tous les membres de l'Union européenne. La décision du ... Poursuivre la lecture

angela merkel
2
Sauvegarder cet article

Les Allemands sont durement touchés car ils payent plus cher que nous les folles décisions de leurs gouvernants Schroeder et surtout Merkel.

Sous la pression de leurs gardes rouges 2.0, ils ont pris des options à long terme qu’ils regrettent amèrement aujourd’hui : gaz russe et abandon de la filière nucléaire.

 

Quelles sont les réalités et les moyens pour s’en sortir ?

Les Allemands ne paniquent pas comme nous… Concrètement le gouvernement avance : pour redresser le même désastre hospitalier que le nôtre, l’État déb... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles