Les ados et l’économie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les ados et l’économie

Publié le 9 février 2012
- A +

Si on enseignait la logique économique de base à nos jeunes au secondaire, on en ferait de meilleurs citoyens. Et des électeurs plus responsables.

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec.

Un ado de 16 ans peut-il voir à travers la propagande des syndicats ou du lobby des entreprises? C’est ce qui m’inquiète quand je pense à l’idée de donner le droit de vote à 16 ans, comme le propose le PQ.

Au Québec, un jeune de 16 ans n’a suivi aucun cours d’économie à l’école. Le dernier cours au secondaire a disparu à la rentrée 2009. On parle un peu d’économie dans le nouveau cours Monde contemporain, dit-on. Mais dans des discussions à saveur internationale sur l’environnement ou la répartition de richesse. Certains profs peuvent aborder des notions comme le taux d’intérêt, le PIB, ou la productivité, mais à leur guise. Ou hors classe.

Comprendre l’économie aide pourtant à établir des budgets, consommer intelligemment et épargner. Mais plus important encore : cela nous évite, comme électeurs, de nous faire passer des savons par les politiciens et les groupes de pression.

Enseignons l’évidence

Le juge américain Oliver Wendell Holmes Jr. a déjà dit : « nous avons besoin d’éducation dans ce qui est évident, beaucoup plus que d’études approfondies dans ce qui est obscur. »

En fait, ce n’est pas les notions de PIB ou de taux de chômage qu’il faut enseigner dans nos écoles, mais la logique économique de base. Par exemple, la première leçon en économie, écrivait le journaliste Henry Hazlitt en 1946, consiste à regarder au-delà de l’impact immédiat d’une politique. Pour en voir les conséquences non seulement sur le groupe concerné, mais sur l’ensemble des citoyens.

Comme quand un politicien donne des millions $ à une multinationale, parce que « ça va créer de l’emploi ». Il oublie de nous dire que lorsqu’il devra augmenter les impôts et les taxes pour financer cette subvention, il va détruire des emplois.

Ou lorsqu’un lobby quelconque nous arrive avec une étude de « retombées économiques », du genre signée par la firme Faitedir-Ôchiff-Skilveul. On tente de justifier l’utilisation de nos taxes avec du vaudou économique. C’est tout juste si on ne prétend pas changer l’eau en vin! Qu’importe. Les journalistes reprennent tous l’« étude » sans se poser de questions.

Ou quand un chef syndical nous dit que les pensions blindées des fonctionnaires sont la plus belle invention depuis le grille-pain radio FM. Il oublie de dire que l’argent ne pousse pas dans les arbres. Que ce sont tous les contribuables, la plupart non syndiqués et sans fonds de pension, qui devront payer sa retraite de leurs poches.

Le bonheur coûte cher

Hazlitt, comme Frédéric Bastiat avant lui, disait qu’un bon économiste ne s’attarde pas à ce que l’on voit, mais examine plutôt ce qu’on ne voit pas.

Prenez le ministre des Finances Raymond Bachand. Il nous dit que l’important, c’est d’être heureux comme peuple… même si on défonce le budget! Il oublie de dire que la génération suivante, qui sera obligée de rembourser nos dettes, ne sera pas heureuse…

Nos jeunes ne sont pas idiots. Et à bien y penser, ils savent probablement mieux compter que nos politiciens. Mais ça ferait probablement l’affaire du PQ — et de sa clientèle syndicale — de voir arriver une nouvelle cohorte d’électeurs insouciants. Prêts à dire oui à toutes sortes de dépenses qu’on ne peut pas se payer.

Si on enseignait la logique économique de base à nos jeunes au secondaire, on en ferait de meilleurs citoyens. Et des électeurs plus responsables.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • « les pensions blindées des fonctionnaires » ? Quel dommage que les fonctionnaires ne soient pas au courant, eux que l’on paye en dessous du niveau auquel leurs diplômes donneraient droit… Je suis certain que les retraités de la fonction publique vont être ravis de cette augmentation inespérée.

    • Le diplôme ne donne aucun droit à un niveau de paie.

      • Exact… Ce n’est pas le niveau d’un diplôme qui donne une valeur, mais la richesse produite par un individu. La plupart des fonctionnaires (et même des salariés, je m’inclus dans le lot vu mon emploi actuel) ne créé que marginalement de la richesse.
        Par richesse, je n’entends bien sûr pas seulement produits commerciaux, mais tous les types de richesse.
        Un fonctionnaire employé à contrôler le travail de quelqu’un dont l’utilité est déjà douteux ne créé aucune richesse.
        Mon boulot, corriger des erreurs d’autres gens, est tout aussi « économiquement inutile ». Si au lieu de me verser un salaire on avait investi dans une formation initiale et des outils plus adaptés, tout le monde se porterait mieux et j’aurais probablement un boulot plus interessant. Dans le cas présent, mon « niveau de diplôme » me permet juste de constater l’inanité de ma tâche (mais ouf… plus que 4 mois).

  • Trop pas d\’accord. Les cours d\’économie au lycée ont fait de moi un socialiste. Dieu merci, internet m\’a montré la lumière plus tard.
    Supprimons les cours d\’économie, mettons plus de maths et de français, c\’est le plus important. Un peu de gestion financière ne serait pas de trop par contre.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de l'Institut économique de Montréal

J'ai récemment fait une rencontre qui s'est d'ailleurs terminée de façon passablement abrupte et orageuse, avec deux personnes de monde des affaires. Nous discutions notamment du libre-échange et de son pendant inverse, le protectionnisme.

Cette rencontre m'a permis de réaliser à quel point certains concepts économiques de base demeurent au fond très incompris, et ce même chez des personnes éduquées occupant des positions importantes.

Depuis au moins deux siècles, la science... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Le Québec semble être la région d'Amérique du Nord la plus dure sur le plan des restrictions covid, mais aussi sur le plan des taxes et des impôts. Pourquoi cette situation ?

Jérôme Blanchet-Gravel : Le Premier ministre québécois, François Legault, s’est lui-même vanté d’imposer les mesures sanitaires les plus sévères en Amérique du Nord, comme s’il s’agissait d’un noble exploit. Voilà de quoi donner le ton à l’esprit autoritaire qui caractérise le Québec actuel. Le 31 décembre dernier, le Québec fut le seul État sur 92 ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Damien Theillier.

De nos jours la philosophie est devenue un phénomène de masse. Elle est partout : dans les magazines, sur internet, dans les forums, à la télévision, dans les cafés. Le philosophe lui-même n’échappe pas à la starisation médiatique. Souvent d’ailleurs il est invité à s’exprimer sur des sujets qui ne sont pas de sa compétence directe : l’économie, la psychologie, le climat etc.

Mais pour certains, la philosophie est déconnectée de la vie, elle n’est rien de plus qu’une analyse du langage, une spéculation vide... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles