Des puces, des PIP et de l’AFSSAPS

Les récentes affaires (Médiator ou PIP, par exemple) montrent largement la nocivité de l’AFSSAPS, même en doses légères.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Prothèse Mamamaire PIP

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des puces, des PIP et de l’AFSSAPS

Publié le 7 février 2012
- A +

Les récentes affaires dans le domaine de la santé auront eu deux effets notoires : l’un, bien vite poussé sous le tapis du politiquement correct, et l’autre, très vite utilisé pour ajouter des lois et des idées saugrenues livrées en shrink-wrapped par palette de douze aux réglementations déjà existantes…

Dans le domaine de la santé, on savait déjà que les politiciens pouvaient arriver à s’en tirer sans dommages notables moyennant des procès biaisés dans lesquels leur responsabilité était clairement établie, mais pas leur culpabilité.

Dernièrement, le public français a pu découvrir que l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, l’AFSSAPS, n’était au final qu’une n-ième boutique à la solde d’intérêts particuliers, qui avait réussi à laisser passer, pendant de nombreuses années, les affaires Mediator, ce médicament utilisé comme coupe-faim et qui aura surtout coupé pas mal de sifflets, puis PIP, ces implants mammaires bricolés à la graisse de hérisson : bien que les problèmes aient été finalement connus et tus depuis des années, l’Agence aura eu la présence d’esprit de regarder bien ailleurs là où il faut pour que les activités lucratives des laboratoires concernés puissent continuer.

Noel MamereNormalement, ici, j’introduis une image d’implant mammaire, pour illustrer un peu. Comme ce n’est pas très rigolo, je vais mettre une image d’un implant béglais dont les contre-indications et effets secondaires apparaissent lentement au fil du temps et à mesure que l’implant tourne amère. Je sais, cela n’a aucun rapport, mais c’était rigolo et revenons donc à nos moutons.

Or donc, à la suite de ces différentes affaires, il apparaît maintenant clairement que l’AFFSAPS ne fait pas son travail. D’ailleurs, j’avais récemment entendu une interview du Pr. Olivier Ameisen qui a tenté, pendant des années, de faire accepter son expérience personnelle et les tests cliniques menés dans différents établissements anglo-saxons et qui ont prouvé qu’à fortes doses, le baclofène était réellement très efficace pour guérir complètement l’alcoolisme. Evidemment, l’AFFSAPS s’est empressé de sortir un joli rappel empressant les médecins à bien respecter les utilisations normales du produit. On admirera dans ce cas les précautions employées là où, pour Servier ou PIP, on ne s’en est guère embarrassé. A son sujet, le Pr. Ameisen déclare ainsi sans ambiguïté :

« L’Afssaps essaye de minimiser les chiffres car elle est officiellement « anti-baclofène” pour les addictions, explique le Pr Ameisen dans un entretien accordé à Slate.fr. Son attitude est proprement scandaleuse. En dépit du poids du fléau de l’alcoolisme en France (120 morts prématurées chaque jour), elle est la seule agence du médicament au monde à avoir émis une réserve intimidante aux médecins en mettant l’accent sur leur « responsabilité pénale » ».

Sarkozy est au plus mal.Ici, c’est le moment d’introduire une image d’alcoolique dont on sait pertinemment qu’il va mal finir. Là encore, mon illustration n’a qu’un rapport lointain avec l’article en question, mais sans image ici ou là, l’article devient moins intéressant, plus monotone. Et puis c’est aussi l’occasion de ressortir des images amusantes. Bref. Reprenons.

L’AFSSAPS a donc prouvé son enchevêtrement humide et gluant avec des intérêts privés plus ou moins gros, parfaite démonstration du capitalisme de connivence que tout libéral exècre. La conclusion que les étatistes s’empressent donc de pousser sous le tapis est que cette institution ne sert à peu près à rien si ce n’est à découvrir les problèmes une fois qu’ils sont bien enkystés dans la société.

En second point, il semble évident que les affaires et les problèmes enkystés ont tout de même un avantage non négligeable : ils permettent de faire avancer un agenda, toujours aussi étatiste et pas franchement joyeux.

C’est ainsi qu’on apprend d’un côté que la Commission Européenne veut renforcer la surveillance pour éviter les fraudes : si la surveillance telle qu’elle est en place actuellement n’a pas marché, c’est parce qu’il n’y en avait pas assez, et non parce qu’elle était faite n’importe comment ou qu’elle attisait les risques de conflits d’intérêts !

On comprend aisément que grâce à l’intervention européenne, l’AFSSAPS va faire mieux, avec plus de moyens et que ça va roxxer du mauvais médicament, de la prescription foireuse, de la contre-indication louche et du médecin tout corrompu, c’est moi qui vous le dis. Et en plus, ce sera avec votre argent, ce qui fait une raison supplémentaire d’être satisfait.

Mais comme on ne recule devant aucune bonne idée, la Commission a trouvé encore mieux : autant insérer des puces électroniques dans les implants, afin de bien les traquer, tiens, pardi !

Ah que voilà de la bonne idée bien solide, bien trouvée.

Et surtout, ça ne se rapproche pas d’un fichage systématique de toutes les façons possibles des gens honnêtes, fichage d’ailleurs passé inaperçu en France.

Mais c’est normal : chacun sait que lorsque vous êtes honnêtes, vous n’avez rien à cacher, et qu’on peut donc précisément savoir où vous êtes, ce que vous faites et ce que vous pensez.

Tout ceci est excellent, vous ne trouvez pas ?
—-
Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Malades et médecins se mobilisent pour les prescription du baclofène depuis déjà trois ans.

    Si l’Afssaps se montre encore prudente vis à vis de ce traitement, les malades n’ont pas attendu pour le réclamer, soutenus très rapidement par
    des médecins, qui se constituent depuis, en réseau au sein de notre association.

    Les dernières publications de l’Afssaps sur le baclofène datent effectivement d’avant l’obligation de déclaration de conflit d’intérêt de ses experts.
    Aussi, sachant que certains des experts ayant participé à cette publication avaient des conflits d’intérêts avec des laboratoires producteurs de futures molécules pour traiter l’alcoolisme, on peut légitimement penser que leur prochaine étude sur le sujet sera plus objective.

    Notre association, Aubes (Association des Utilisateurs du Baclofène et Sympathisants) œuvre depuis janvier 2010 pour rassembler les prescripteurs et permettre aux malades de trouver un médecin.On trouve sur notre site de très nombreux témoignages de succès.

    En France et ailleurs plusieurs études ont été pratiquées sur des centaines de patients montrant un taux de réussite de 80% : 50% de malades qui cessent toute consommation, 30% qui la réduise aux normes OMS (3 verres pour les hommes, 2 pour les femmes)
    Deux thèses de doctorat ont été publiée, plusieurs autres sont en cours.

    Nous nous battons sur le terrain pour propager l’information auprès du corps médical et des malades. Des centaines voire des milliers sont aujourd’hui traités en france, ce sont les médecins qui, en constatant les excellents résultats, imposeront le traitement, sans attendre l’accord de l’Afssaps.

    Par ailleurs, la prescription hors AMM n’est pas illégale, elle est même monnaie courante, environ une prescription sur 5 est hors AMM en france, à commencer par l’aspirine, aujourd’hui,très largement prescrite pour traiter les troubles cardio-vasculaire…
    Les effet secondaires à hautes doses sont archi-connus, tous bénins et réversibles.
    La prescription à haute dose est pratiquée depuis longtemps par les neurologues.En se qui concerne la toxicité à haute dose, on la connait aussi depuis 40 ans: ce médicament est moins dangereux que le paracétamol où même l’aspirine.Des tentatives de suicide avec prise de 2500mg (250 comprimés!) ont été répertoriées, sans effet létal, avec comas, certes, mais sans aucune séquelles. Pour exemple: il suffit de prendre 20 comprimés de doliprane 500 pour avoir un effet létal.

    Pour des informations supplémentaires je vous invite à consulter notre site où vous trouverez toute la documentation disponible sur le sujet. http://www.baclofene.fr/
    et , si vous êtes médecins vous pouvez poser vos questions à des prescripteurs aguerris sur notre forum spécialisé http://medecin-baclofene.fr/portal.php
    Marion Gaud Association AUBES

  • Merci pour cet article qui décrit bien le fonctionnement de l’Afssaps.
    Ne pas oublier la SFA qui est l’éminence grise de l’Afssaps pour l’alcoologie.

    Pourquoi le Baclofène n’obtient-il pas son extension d’AMM ?

    Comme le Pr Granger l’a déclaré lors de la conférence du 24 janvier à Cochin : « La bataille du baclofène est gagnée ! » .
    Médicalement, il n’a plus rien à prouver, des milliers de guéris en sont la preuve vivante.
    Notre combat n’est pas médical, il est politique et financier.
    Quels sont les principaux et médiatisés détracteurs du Baclofène : les Pr Lejoyeux, Paille, Aubin et le Dr Batel.
    Ces messieurs sont Président, Président d’honneur, Vice-Président et Administrateurs de la SFA !
    Je n’invente rien mais c’est énorme :
    Sur le site de la SFA, regardez qui « oublie » le Baclofène et assure la promotion du futur Nalmefène : http://www.sfalcoologie.asso.fr/download/Medicaments-alcool_SFA2011.pdf (les conflits d’intérêts sont en bas de l’article) les Pr Paille et Aubin.
    Lisez aussi une démolition en règle du Baclofène et la promotion du Nalmefène par le Dr Batel : http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/alcool/articles/14000-prise-en-charge-alcoolisme-02.htm dans le même article il se dit prescripteur de Baclofène, en expliquant que ça ne marche pas (avec des taux d’échecs exceptionnellement élevés !) et il donne un numéro de téléphone pour obtenir gratuitement du Nalmefène !

    Le Ministère de la Santé a fait un peu de ménage à l’Afssaps, à quand un peu/beaucoup de ménage à la SFA ?

    Signez la pétition : « Le SCANDALE du Baclofène ! Obtenons au plus vite une extension de l’AMM » http://liencs.fr/040

    Nous avons plus de 400 médecins qui faisant fi des recommandations de l’Afssaps ont constaté que le Baclofène fonctionnait et le prescrivent couramment.
    Sur notre forum d’entraide http://www.baclofene.com

    Yves BRASEY Vice-Président de l’Association Baclofène http://www.baclofene.org

  • A propos du Mediator et des laboratoires Servier, j’ai lu que tout ce « scandale » a été créé par l’AFSSAPS avec le soutien musclé de certains grands laboratoires pour tuer Servier qui est le dernier laboratoire français indépendant.
    Quelqu’un peut confirmer cette rumeur ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On apprend, dans une presse manifestement désœuvrée, entre des massacres islamistes, un krach monétaire en Russie et quelques déclarations de politique intérieure idiotes, que d'abominables parents auraient eu l'idée aussi sotte que grenue d'utiliser des produits vétérinaires pour se débarrasser des poux de leurs enfants. C'est incroyable tout de même ce qui se passe dans notre pays, ma brave dame !

Et c'est ainsi que 20 Minutes, PravdaFranceTV, ou LeParisien par exemple se sont empressés de relayer l'incroyable information : si vos en... Poursuivre la lecture

Pour Michèle Rivasi (EELV), l'automutilation consentie par Angelina Jolie n'avait pas pour motif la santé de l'actrice, mais celle de l'industrie.

Par Wackes Seppi. Mme Michèle Rivasi, membre du Parlement européen pour Europe Écologie Les Verts et siégeant dans le Groupe des Verts/Alliance libre européenne, a commis – c'est le mot qui convient – le 28 mai 2013 un article sur le Huffington Post version française, « L'ablation des seins d'Angelina Jolie : la vraie-fausse solution ? » Comme c'est souvent le cas pour les points d'interrog... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

La revue de presse du jour, dont la couverture de l'élection présidentielle se limitera aux faits et gestes des candidats libéraux.

Proxénétisme : DSK, ancien directeur du FMI et ancien dirigeant socialiste, est mis en examen pour proxénétisme aggravé dans l'affaire du Carlton. Il encourt jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle. Le prévenu reconnait sa participation aux parties fines organisées dans l'hôtel lillois, mais nie tout lien avec la prostitution.

Afrique : Au Mali, les militaires qui viennent de réaliser un coup... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles