Assurance-vie : Sarkozy tue l’épargne et la responsabilité

Nicolas Sarkozy, pourtant porté par une majorité électorale de droite, est en train de tuer l'épargne et la responsabilité individuelle en France.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 689

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Assurance-vie : Sarkozy tue l’épargne et la responsabilité

Publié le 3 février 2012
- A +

En complément à notre précédent article, voyons comment Nicolas Sarkozy, pourtant porté par une majorité électorale de droite, est en train de tuer l’épargne et la responsabilité individuelle en France.

Un article de Thibault Doidy de Kerguelen.

Les contrats d’assurance-vie seront directement impactés par la décision annoncée par le Président de la République d’augmenter de 2% le taux de la Contribution Sociale Généralisée. Ainsi les prélèvements sociaux passent désormais de 13.5% à 15.5%, rien que ça! Avec des rendements qui dépassent rarement 3%, une inflation qui dépasse 2% et une réintégration dans l’IRPP ou le PLF selon l’âge de votre contrat, faites vos comptes!

C’est incroyable qu’un gouvernement qui se disait, au moment de son élection, partisan de la responsabilisation des citoyens, en particulier en matière de préparation de la retraite, en arrive à réduire les rendements des contrats d’assurance-vie au point de les rendre à peine neutres en euros constants. Comme il ne faut rien attendre de positif de la part de son challenger, il est fort à craindre, comme l’avait prévu le cabinet Pair Conseil il y a quelques jours, que le mouvement de décollecte ne s’accentue en 2012.

Il est plus qu’urgent d’investir dans d’autres formes de placements, moins sensibles aux fluctuations monétaires, dans des secteurs encore fiscalement protégés…

Notons pour mémoire que l’assurance-vie n’est pas seule concernée par cette augmentation de la CSG.

Sont aussi concernés, les revenus fonciers, les rentes viagères à titre onéreux, les revenus des capitaux mobiliers (actions, parts sociales, obligations, bons du Trésor, titres de créance négociables…), les plus-values professionnelles à long terme des personnes percevant des BIC, BNC ou BA, les gains réalisés lors de la cession de valeurs mobilières, les revenus de l’épargne salariale, les plus-values immobilières et sur biens meubles, les produits des bons ou contrats de capitalisation, quel que soit leur régime d’imposition à l’IR, les gains réalisés ou les rentes viagères versées en cas de retrait ou de clôture des PEA, les produits, rentes viagères et primes d’épargne des PEP et même les intérêts et primes d’épargne versés aux titulaires de CEL et de PEL. Rappelons pour mémoire que les sommes que les petites fourmis françaises ont placé sur ces produits ont, auparavant, déjà subi la fiscalité sur les revenus.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Le problème est qu’il n’y a aucune alternative politique, il suffit de voir le debat de hier doir ou fillon et aubry de disputaient pour savoir lequel a le plus augmente les impots comme si c’etait un acte benefique. Tous les partis politique francais sont vraiment pathetiques.

  • Il serait pas en train de se tirer une rafale dans le pied? Il me semble que l’assurance vie détient une part loin d’être négligeable de notre dette souveraine? (notez que la dette est notre nouveau souverain, pas la peine de voter)

  • Moi j’ai un nouveau programme pour 2012 : faire mes valises.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de Finfrog 

Durant la crise sanitaire, les Français ont continué d'épargner, à des niveaux plus ou moins importants selon les périodes. Selon la Banque de France, ils auraient accumulé un surplus d'épargne de près de 187 milliards d'euros fin octobre 2021 soit une augmentation de 73 milliards d'euros en un an.

Plus de 44 milliards d'euros d'épargne au deuxième trimestre 2021

 

Les chiffres publiés par la Banque de France sur l'épargne des Français en 2021 montrent que la crise du covid a eu un impa... Poursuivre la lecture

Mise à jour janvier 2022

Sans grande surprise, après les rumeurs qui l'annonçait depuis 2021, le taux du livret A a été remonté à 1 % annuel. Une première depuis une décennie.

C'est une mauvaise nouvelle pour les épargnants français, contrairement aux apparences : le livret A accumule en effet des montants bien trop élevés (plus de 10 000€ en moyenne !), qui rapporteraient bien plus ailleurs. Le gouvernement encourage pourtant encore et toujours les Français à aller sur de l'épargne réglementée au lieu de meilleurs placements.Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Comme cela a d’ailleurs été le cas assez souvent dans le passé, on se préoccupe souvent actuellement, et en particulier les politiciens, des changements éventuels à décider pour les allocations chômage et pour les retraites. Il s’agit dans les deux cas des périodes durant lesquelles des personnes cessent de travailler pendant un certain temps (chômage) ou définitivement (retraites). Les revenus qui sont gagnés au cours des périodes de travail cessent évidemment de l’être dans ces deux cas et il est donc normal que les travailleurs puissent di... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles