Liberté scolaire : une leçon d’Espagne

Le contraste de la réaction des parents espagnols en face de celle des parents français laisse songeur

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 687 leçon d'Espagne

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Liberté scolaire : une leçon d’Espagne

Publié le 2 février 2012
- A +

L’apathie générale des parents d’élèves français est étonnante compte tenu des piètres résultats de l’Éducation nationale.

Par Anton Wagner

« La nature de l’homme est d’être libre et de vouloir l’être,
mais il prend facilement un autre pli lorsque l’éducation le lui donne.
 »

La Boétie

Le gouvernement espagnol vient d’annoncer la suppression des cours d’instruction civique mis en place par Zapatero en 2008.

Ce programme était très contesté par la droite, au motif qu’il s’agissait d’un embrigadement pro-socialiste et antichrétien… Je ne saurais dire si c’est vrai, même si cela ne serait guère étonnant venant de socialistes ; mais je n’ai pas lu ces programmes et ma pratique de l’espagnol est trop fastidieuse pour me le permettre.

J’ai d’ailleurs cru comprendre que la droite, sous Aznar, avait rendu obligatoires des cours de catholicisme, ce qui n’est pas plus plaisant à mes yeux [1]. Tout cela n’est donc très certainement qu’un énième rebondissement dans la lutte idéologique entre droite et gauche espagnoles, comme un lointain écho aux heures troublées des XIXème et XXème siècles.

Je ne prendrai donc pas partie dans cette querelle qui est spécifique au contexte espagnol. Néanmoins, je vois que des parents se sont rebellés contre une décision gouvernementale en matière éducative. Depuis 2008, ce serait plus de 55 000 demandes d’exemption qui auraient été déposées. Les opposants sont même allés se plaindre à la justice européenne !

Je ne peux qu’être désolé de voir, en contrepoint, l’apathie générale des parents français, malgré les résultats plus que mauvais de l’Éducation nationale. Tout semble comme si, de ce côté-ci des Pyrénées, la population avait intégré l’idée de sa privation de liberté ; une sorte de servitude volontaire, comme disait La Boétie, qui illustre sans doute l’enjeu de la liberté en matière d’éducation. En comparaison, c’est une vraie leçon qui nous vient d’Espagne !

—–

[1] Si c’est exact, la droite a beau jeu de parler désormais de liberté scolaire, dont elle ne devait pas beaucoup s’embarrasser lorsqu’elle était aux affaires.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que les écoles indépendantes et l’école à la maison se développent partout dans le monde, la France a fait le choix de dire non aux alternatives à l’Éducation nationale. C’est ce qui ressort de la dernière analyse proposée par « Créer son école » lors de la tenue de sa conférence de rentrée du 7 septembre 2022.

Avec la crise du Covid-19, le recours à l’école à la maison s’est développé partout dans le monde. Aux États-Unis, le taux de homeschooling est passé de 3,5 % à 10 % de 2019 jusqu’à aujourd’hui. En Grande-Bretagne, la croi... Poursuivre la lecture

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

La découverte de l’espionnage pratiqué par la direction nationale du Parti Populaire à l’encontre de la présidente madrilène Isabel Diaz Ayuso a plongé la formation dirigée par Pablo Casado dans une crise inédite. À plus d’un an des élections législatives nationales, son successeur devra faire un choix qui déterminera l’avenir de la droite espagnole : quelles relations le Parti Populaire entretiendra-t-il avec Vox ?

Pablo Casado, un président soumis aux diktats moraux de la gauche

La députée et porte-parole du PP, Cayetana Alvarez de T... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles