Temps de travail et productivité

imgscan contrepoints 630 Productivité

Les Français travaillent plus vite que les autres, donc ils travaillent moins !

Les Français travaillent plus vite que les autres, donc ils travaillent moins !

Un article de l’aleps

La mesure de la productivité a toujours été une opération délicate. Par exemple, faut-il s’affoler du fait que les Français, avec leurs 1.679 heures par an travaillent moins que les Allemands (1.904) ou les Anglais (1.856), tandis que les Roumains se tuent au travail avec 2.095 heures ? Cette découverte a suscité bien des commentaires la semaine passée. Alors, les Français sont-ils fainéants ou très habiles ?

Le calcul de la productivité horaire rapporte la valeur du bien ou du service offert à la durée du travail effectué. Pour fabriquer la même chose, si un Français met moins de temps que l’Allemand, il est plus productif. Au lieu de s’abrutir au bureau, au magasin ou à l’usine, il part en week-end. Normal ! D’autre part, il est possible que les Français fassent un travail non comptabilisé par les statistiques officielles : travail clandestin (fait peut-être par des clandestins), ou travail à la maison (qui n’entre pas dans le calcul du produit intérieur brut).

À cette version optimiste des choses, on peut opposer que nous sommes mauvais exportateurs, et que nous n’arrivons pas à être compétitifs, notamment par rapport aux Allemands. Et si les Allemands travaillaient aussi vite que nous, voire plus vite ? Il n’y aurait alors rien de réjouissant dans les comparaisons qui sont faites.

Pour trancher définitivement, il faut aussi rappeler la structure de notre PIB : nous sommes ceux qui, en Europe, produisons le plus de services publics, et le moins de produits marchands : 10 points d’écarts avec les Allemands. Si le nombre d’heures travaillées est déterminant pour la concurrence sur les marchés, il n’a pas grande importance pour la production des services publics, qui ne s’exportent pas, ne subissent aucune concurrence, et sont payés par le contribuable, ou l’assuré, ou l’administré, ou l’usager – et au coût de la rémunération du personnel. Comment nos comptables nationaux enregistrent-ils la valeur du travail effectué par un fonctionnaire ? Rigoureusement au salaire complet de ce fonctionnaire. Nous ne voyons guère dans tout cela motif à réjouissance. Car ce système ne produit que des impôts et des déficits.

—-
Sur le web