Les vieux ont le dos large

personnes âgées

pourquoi des changements démographiques jadis sans conséquence sont-ils maintenant si problématiques?

Pourquoi des changements démographiques jadis sans conséquence sont-ils maintenant si problématiques ? Tout simplement en raison du mode de financement et de fonctionnement de nos programmes étatiques.

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec

Quand rien ne va plus, on cherche un coupable. Aujourd’hui, le vieillissement de la population semble être responsable de plusieurs problèmes. Qu’il soit question de l’état des finances publiques, des coûts du système de santé, des déficits des régimes de retraite ou de l’immobilisme, ne cherchez pas : ce serait parce que la population prend de l’âge.

Certes, à l’instar de la population de la plupart des pays occidentaux, celle du Québec vieillit rapidement, particulièrement depuis les vingt dernières années. Toutefois, y voir la cause de tous nos maux est une erreur.

Rappelons que les changements démographiques ont toujours existé. L’espérance de vie augmente presque partout depuis plusieurs siècles et surtout depuis la révolution industrielle. Au Québec, les données démographiques montrent que la population vieillit depuis maintenant plus d’un siècle alors que l’âge médian a doublé de 1901 à aujourd’hui. Alors pourquoi des changements démographiques jadis sans conséquence sont-ils maintenant si problématiques? Tout simplement en raison du mode de financement et de fonctionnement de nos programmes étatiques.

Les régimes de retraite, par exemple, ne sont pas déficitaires parce que la population vieillit, mais bien parce qu’ils fonctionnent selon le principe d’une chaîne de Ponzi, cette escroquerie pyramidale qui a valu à Bernard Madoff 150 ans de prison. Plusieurs régimes de retraite, y compris celui de la Régie des rentes du Québec, sont financés par répartition avec, au mieux, une capitalisation partielle. Cela signifie que les cotisations perçues aujourd’hui servent immédiatement à payer les prestations des retraités actuels. Le système survit tant que les contributions des nouveaux arrivants sont supérieures aux sommes versées aux plus anciens. Sinon, il s’effondre. Dans un régime par répartition, chacun paie pour les vieux jours de l’autre. Voilà pourquoi la démographie est si importante ! Si nous avions des comptes d’épargne-retraite individuels, la démographie n’aurait aucun impact, car chacun épargnerait pour sa propre retraite.

En ce qui concerne le système de santé, le vieillissement de la population ne peut être tenu entièrement responsable de l’explosion des coûts. D’abord, parce qu’il semble généralement admis que les dépenses les plus importantes ont lieu de six mois avant la mort, indépendamment de l’âge de la personne. Le vieillissement ne ferait donc que repousser certaines dépenses sans nécessairement les augmenter. Ensuite, parce que les gains d’efficacité réalisés grâce à l’amélioration des technologies médicales ne peuvent être ignorés. Par exemple, certaines interventions chirurgicales ne requièrent plus aucune hospitalisation alors que le patient devait autrefois passer plusieurs jours à l’hôpital. En revanche, au fil du temps, le système de santé s’est hyperbureaucratisé, ce qui occasionne aujourd’hui une pléthore de coûts inutiles. Ça, la classe politique ne l’admettra jamais !

Cessons donc de faire porter à nos aînés l’odieux de la facture stratosphérique de notre système de santé et les dérapages des régimes de retraite. Nous ne faisons que payer le prix des mauvais choix posés autrefois.

Pouvoir vivre plus longtemps est une excellente nouvelle. N’en faisons pas une crise nationale !

—-
Sur le web